Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le jeudi 27 février 2020

Nouveaux articles


** La pensée comme arme **
par Miquel Amorós - 19 février 2020

Agustín García Calvo
"Histoire contre tradition. Tradition contre Histoire"

Agustín García Calvo, si l’on tient compte de l’immense activité
qu’il déploya à intervenir dans des causeries, des conférences, à
écrire des articles et à défendre toutes les causes perdues, nous
semble aujourd’hui un penseur sous-estimé. Certes, il continue
d’avoir de l’influence, mais son nom n’est plus brandi aussi souvent
qu’autrefois dans les assemblées de jeunes ou dans les centres
autogérés, sans parler des programmes de l’Université, des débats
théoriques de haut vol ou des discussions qui ne dépassent pas
— comme il aurait dit — "la Politique que font les politiciens qui
font la politique". Affilié à aucune école, il était étranger aux modes
philosophiques, hostile aux hommages et à la télévision, et indifférent
à la reconnaissance académique. Méprisant le manque d’estime des
autorités, ses réflexions furent toujours à contre-courant de tout ce
qui était établi. Néanmoins, nous en aurions attendu davantage des
nouvelles générations plus enclines, si tant est que cela soit possible,
à tout questionner que les précédentes. Peut-être cela est-il en partie
dû au refus manifeste d’Agustín de donner des recettes, d’offrir des
solutions toutes faites ou d’accepter les positions de chef de file,
ou bien encore à son refus délibéré de toute étiquette. (...)
- https://lavoiedujaguar.net/La-pensee-comme-arme

** Notes anthropologiques (XLVII) **
par Georges Lapierre - 17 février 2020

Traité sur l’apparence (III)
Cosmovision et réalité

Percevoir le monde comme purement naturel et dire que la nature est
toute la réalité, que celle-ci n’a rien d’humain, qu’elle est constituée
de phénomènes physiques, qu’elle n’est qu’une pure apparence dont
le fondement ne nous est pas accessible, ou alors qu’il fuit toujours
devant nous, devant tous les instruments de la science qui le
poursuivent et le traquent sans relâche, qui poursuivent et traquent
la matière, telle serait notre façon de voir les choses. Et cette façon
de concevoir le réel, nous est propre, elle est propre à notre
civilisation, elle a émergé peu à peu au cours des temps, elle est un
aboutissement et elle n’est partagée que par l’avant-garde de notre
civilisation, par son élite, par tous ceux qui travaillent
d’arrache-pied à son accomplissement. C’est à la fois une idéologie
et une cosmovision. C’est une vue de la réalité qui a pu apparaître
chez quelques penseurs grecs, il y a très, très longtemps sur la côte
égéenne de l’Asie mineure. Elle est apparue, d’une manière encore bien
floue, chez ces penseurs grecs alors que leur société était devenue
(ou était en train de devenir) une société fondamentalement
esclavagiste, mais cette vision du monde n’était partagée ni par la
population grecque dans son ensemble ni même par les esclaves. (...)
- https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XLVII

** Sonate pour violon en sol mineur : l’Argent **
par SCI Galeano - 15 février 2020

"Quand il y a une crise, achète à bas prix et attends qu’elle passe
pour vendre cher. S’il n’y a pas de crise, provoque-la avec une guerre.
Pour sortir de la crise, fais une autre guerre. La guerre, comme ne l’a
pas dit Clausewitz, c’est l’autoroute pour entrer et sortir des crises
par d’autres moyens, y compris nucléaires."
Don Durito de la Lacandona, scarabée et docteur en Économie selvatique.

Si la meilleure des ruses du diable est de persuader qu’il n’existe
pas, l’une des fondations du système capitaliste est la conviction que
l’argent peut tout. Et l’argent est le maître et seigneur des
gouvernements. Dans l’argent se fonde leur projet de passer à la
postérité comme de grands transformateurs. Mais…

Bien, j’allais vous expliquer qu’une crise économique mondiale est en
train d’arriver, mais, en plus du fait que je n’y connais pas
grand-chose en économie politique, il semble que la réalité le fasse
pour moi avec de meilleurs arguments et de manière plus pédagogique.
Malgré tout, il nous faut prendre en compte qu’il reste pas mal à
faire.

Et, il faut aussi signaler que ce qui va arriver n’est pas de la faute
de ce gouvernement, ni des précédents. Ce que l’on connaît sous le nom
de gouvernement mexicain n’a qu’une responsabilité : croire et nous
faire croire qu’ils ont un moyen, on ne dit même pas d’arrêter la crise,
pas plus de l’atténuer. (...)
- https://lavoiedujaguar.net/Sonate-pour-violon-en-sol-mineur-l-Argent

** Etcétera (Barcelone, 1976-2019)
Un itinéraire collectif **

par Colectivo Etcétera - 13 février 2020

Depuis les lointaines années soixante du siècle dernier, notre collectif
a voulu être, et a été, un lieu de rencontre par où de nombreux
compagnons de route sont passés. Certains nous ont laissés, d’autres
ont suivi différents parcours bien que leurs empreintes soient restées
présentes dans notre devenir et d’autres encore continuent dans cet
espace à s’interroger et à dénoncer les structures de pouvoir
capitaliste. À un moment donné, dans la seconde partie de 1983, on a
envisagé d’élaborer ce bulletin pour disposer d’un instrument de
communication avec des compagnons proches de nous ou d’autres horizons
avec lesquels nous partagions et avec lesquels nous partageons les mêmes
préoccupations concernant les relations de domination capitaliste, et
ainsi commencer une "correspondance de la guerre sociale".

Notre parcours a été long, notre réflexion a eu la volonté d’être
rigoureuse et partagée sans avoir été exhaustive car, en effet, nous
sommes conscients que certains thèmes importants sont restés à quai. Nos
réflexions et interrogations, sans dépendre de l’actualité passagère,
source de pertinence des médias qui marquent l’agenda, ne pouvaient
toutefois se soustraire aux "guerres" qui nous environnaient,
certaines belliqueuses, et d’autres, sociales. (...)
- https://lavoiedujaguar.net/Etcetera-Barcelone-1976-2019-Un-itineraire-collectif

** Festin du vent d’Autan contre RTE
Toulouse, 18 janvier 2020 **

par L’Amassada - 10 février 2020

Samedi 18 janvier, à l’appel du comité de soutien toulousain à
l’Amassada, dans le cadre de la Semaine contre l’expansion
énergétique, une centaine de personnes se sont réunies à la Cépière,
devant les locaux de RTE (Réseau de transport d’électricité, filiale
d’EDF) pour un festin. Cette action est pensée comme une manière pour
la lutte contre l’éolien industriel de venir visibiliser les campagnes
asservies à la métropole. Puisque RTE n’entend pas la colère des
territoires sacrifiés, ces derniers ont décidé de s’inviter devant
leurs locaux. Afin de ne pas rester dans l’ombre à laquelle ils nous
assignent, nous partageons ici un récit pour vous raconter ce repas haut
en couleur.

Arrivé·e·s en fin de matinée avec bottes de paille, bancs, aligot et
farçous, elles·ils se sont installé·e·s devant les grilles. À côté
d’une éolienne artisanale qui posait le décor, des banderoles ont été
déployées sur lesquelles on pouvait lire : "De l’Amassada à
Toulouse, NON à l’éolien industriel", "RTE dégage", "Soyons la
horde du vent d’Autan", "Contre l’expansion énergétique". Un
plaidoyer des-terres et éloquent a été déclamé, provoquant huées et
éclats de rire. Il était question de juger les exactions commises par
le Réseau de transport d’électricité au nom de la sainte "transition"
énergétique. (...)
- https://lavoiedujaguar.net/Festin-du-vent-d-Autan-contre-RTE-Toulouse-18-janvier-2020


LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

la voix du jaguar c'est aussi ...