Une tribune pour les luttes

Appel d’une institurice de la Cité de Rosiers à Marseille

Nos élèves de la cité des Rosiers sont en train de mourir de faim

Article mis en ligne le jeudi 26 mars 2020

Bonjour,
Nos élèves de la cité des Rosiers sont en train de mourir de faim.
La majorité des familles vivait de travail au black, parfois de recup ou de mendicité.
La cantine, gratuite pour les familles les plus pauvres, était parfois le seul vrai repas de la journée pour les enfants.

Depuis plusieurs jours, avec l’aide d’une maman des Rosiers et de ma binôme, nous travaillons sur une liste de besoin des parents de nos élèves.
Nous avons plusieurs besoins :
- de l’argent. C’est vraiment le nerf de la guerre. Voici le lien vers la cagnotte https://www.helloasso.com/associations/cagnotte-pour-les-familles-des-rosiers-13014/collectes/cagnotte-pour-les-familles-des-rosiers
Cet argent est redistribué aux familles pour qu’elles puissent faire des courses ou payer leur facture d’énergie (ça n’est pas le moment pour elles de se faire couper l’électricité).
- des courses de produits alimentaires de première nécessité (hallal, la plupart des familles sont musulmanes)
- des courses de produits d’hygiène et d’entretien
- des trucs pour les bébés : lait de 3 mois à 3 ans, couches pareil. Les enfants grandissent très vite à cet âge, les vêtements sont aussi les bienvenus, même si l’urgence est moindre.
- des courses de trucs chouettes qui massacrent l’équilibre alimentaire (bonbons, gâteaux, chocolat) mais qui permettent de trouver le temps moins long quand on est confiné dans un appartement insalubre avec vue sur la tour d’en face, sans ordinateur, sans site de vidéo à la demande, parfois même sans bouquin.
- des choses pour que les gosses s’amusent : feutres, cahiers de dessin, albums jeunesse, jouets, jeux de société.
- des bras pour faire des courses ou nous aider à apporter ça aux Rosiers. Les familles sans papier n’osent plus sortir, la multiplication des contrôles rendant leur situation encore plus difficile qu’elle ne l’était. De nombreuses familles sont monoparentales et c’est une vraie galère pour les mamans d’aller faire leurs courses avec leurs enfants. Les actes les plus simples de la vie quotidienne sont devenus compliqués.
Je sais qu’en ce moment, des gens ont peur pour leur vie ou celle de leur famille. J’ai la chance que ça ne soit pas mon cas.
Mais j’ai peur que mes élèves ne meurent de faim avant la fin du confinement. J’ai peur de ne pas retrouver ma classe au complet quand je retournerai à l’école dans quelques semaines. J’ai peur que ma petite tribu de 7 ans ne soit décimée par la misère et l’abandon des pouvoirs publics avant de l’être par la maladie.
Donc si vous vous ennuyez pendant le confinement, que vous pleurez sur la pauvreté des programmes Netflix ou le manque d’intérêt des musées virtuels, dites-le nous, j’ai plein de trucs à proposer pour vous occuper.
Laura

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Covid-19 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 65