Une tribune pour les luttes

Le Centre international de recherches sur l’anarchisme

La lettre du CIRA de Marseille n°56

et Feuilles d’infos n° 228

Article mis en ligne le jeudi 18 juin 2020

Les causeries du CIRA reprendront au mois de septembre, si c’est possible

La Feuille d’infos du CIRA n° 228, juin 2020

Nous vivons sous le règne du capitalisme, son pouvoir semble tel qu’il tente de faire accroire qu’il est impossible de lui échapper, mais c’était ce que prétendaient les rois de droit divin. Tout pouvoir humain peut rencontrer une résistance, et être changé par des êtres humains. (Ursula K. Le Guin)

Rencontres

L’épidémie de Covid-19 est toujours là même si les mesures de confinement s’atténuent. Donc, nous ne pouvons toujours pas vous proposer de dates d’expositions, de salons du livre, de conférences...

Publications

Les livres qui sont présentés dans La Feuille d’infos sont disponibles dans toutes les bonnes librairies ou aux adresses parfois mentionnées.

ALSACE-LORRAINE. En novembre 1918, c’est une véritable révolution qui eut lieu en Alsace-Lorraine, encore sous régime allemand. Comme dans de nombreuses villes allemandes, se créent alors des conseils ouvriers et de soldats. Des grèves éclatent, le drapeau rouge flotte sur la cathédrale de Strasbourg. Les soldats n’obéissent plus à leurs officiers. La vie quotidienne est réorganisée : transports, ravitaillement, finances. Mais ce mouvement est très divisé quant au socialisme et à la question nationale. Une fois les troupes allemandes parties, l’armée française viendra remettre de l’ordre mais l’agitation sociale durera encore deux ans.
Une révolution oubliée : novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine par Jean-Claude Richez. Syllepse, 2020. 256 pages. (Avant-première). 20 euros.

ÉCOFÉMINISME. L’oppression des femmes et la destruction de la nature sont deux facettes indissociables d’un modèle de civilisation qu’il faudrait dépasser. Telle est la perspective centrale de l’écoféminisme. Cette mouvance est apparue il y a plus de quarante ans et ses pratiques sont variées : critique radicale du capitalisme et de la technoscience, redécouverte des sagesses et savoir-faire traditionnels, réappropriation par les femmes de leur corps, apprentissage d’un rapport intime au cosmos... Jeanne Burgart Goutal est agrégée de philosophie. Elle a rencontré des écoféministes dans diverses parties du monde, des Cévennes à l’Inde. Elle montre la richesse de ce mouvement (luttes concrètes de femmes et de communautés indigènes dans les pays du Sud) mais aussi ses ambiguïtés (Occidentales en quête de transformation personnelle, ONG poursuivant leurs propres stratégies commerciales).
Être écoféministe : théories et pratiques par Jeanne Burgart Goutal. L’Échappée, 2020. 320 pages. (Versus). 20 euros.

ESPAGNE 1937. Pendant les Journées de Mai 1937 à Barcelone, douze militants anarchistes ont été arrêtés, torturés puis exécutés par les staliniens dans la caserne Karl Marx. Dix militants ont pu être identifiés. L’un des deux inconnus avait 18 ans, il portait une chemise bleue avec les lettres CNT brodées en rouge. Les cadavres ont été retrouvés sur la route de Cerdanyola à Bellaterra.
La matanza del cuartel Carlos Marx : Bellaterra, 8 de mayo de 1937 par Augustín Guillamón. Binissalem (île de Majorque) : Calumnia, 2020. 89 pages. (Colossus). 7,50 euros. Ce livre est en langue castillane.

GRAVURE. Carl Meffert (1903-1988) est un peintre et graveur sur bois. Né à Coblence, il a passé une partie de son enfance dans une maison de correction. En 1920, il participe à l’insurrection spartakiste et se retrouve pour trois ans en prison. Ses gravures engagées paraissent dans la presse du Parti communiste d’Allemagne. Antinazi, il s’exile en Suisse en 1933 et prend le nom de Clément Moreau. En 1935, il part pour l’Argentine et revient en Suisse en 1962. Les gravures de ce recueil représentent les enfants de l’assistance publique, la révolte de Hambourg mais aussi la misère des travailleurs et des mères célibataires ainsi que la répression policière. L’anarchiste Eric Mühsam est aussi présent.
Premiers travaux ; suivi de Art prolétarien : 5 suites graphiques + 1 par Clément Moreau (Carl Meffert). Plein chant, 2020. 189 pages. (Type-type). 18 euros.

LA GRYFFE. La librairie La Gryffe est née à Lyon en 1978. Elle est autogérée par des militants libertaires. On y trouve des documents (livres, journaux, brochures, films...) anarchistes mais aussi des productions issues des mouvements anticapitalistes et antiautoritaires. Dans son local, on trouve aussi une salle de réunion et le Centre de documentation libertaire (CDL). La librairie est présente dans des salons du livre ou diverses manifestations, notamment le salon écologiste et alternatif Primevère. Le sociologue Daniel Colson fait partie du collectif de la librairie depuis les origines, il en raconte l’histoire sans passer sous silence les conflits et les différends, souvent difficiles.
La Gryffe : la longue histoire d’une librairie libertaire par Daniel Colson. Atelier de création libertaire, 2020. 276 pages. 16 euros.

LIVRE JEUNESSE. Hiver 1870-1871, Paris est assiégé depuis des mois par l’armée allemande. Le peuple souffre du froid et de la faim. Les plus riches, eux, se régalent des animaux du Jardin des plantes. Une enfant, Zélina, avec ses amis, va tout faire pour sauver les animaux exotiques. Ce roman s’adresse aux 7-15 ans. Il se base sur une documentation sérieuse et donne une vision différente des animaux.
Sauvons les animaux du zoo par Fred Morisse ; illustrations de David Rebaud. Chant d’orties : Le Bas du pavé, 2020. 157 pages. (Graines d’orties) (La Caillasse). 16 euros.

TANIA MAGY. Tania Magy est Rom. Elle est artiste, anthropologue, anarcho-syndicaliste et bien sûr voyageuse. Dans ce livre d’entretiens, elle raconte son histoire, ses rencontres et ses combats. Elle se déplace avec une caravane-musée où est exposé de l’art rom. Elle peint, dessine et réalise des objets. En 2018, elle a soutenu une thèse d’anthropologie sur la culture rom. Ce livre donne aussi la parole à des chercheurs et à ses amis.
Magy : artiste voyageuse anthropologue par Tania Magy. La Cause du poulailler, 2020. 138 pages. 12 euros.

MILITANTISME. C’est une vie de militant que nous raconte Philippe Clochepin dans Anarchiste. Né en 1955, il s’investit d’abord dans les luttes de lycéens avant de rejoindre l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA), qui deviendra ensuite l’Organisation communiste libertaire (OCL), jusqu’au début des années 1990. Il nous parle des manifs, de l’organisation de meetings, de solidarité internationale et de l’édition de journaux. Son engagement est aussi professionnel puisqu’il milite dans un syndicat. Il est aussi impliqué dans les combats d’Attac. Il a été animateur socio-culturel entre Boulogne-sur-Mer et Dieppe, en passant par Lille, Amiens, Rouen et Paris. Malgré la maladie, il continue encore à se battre.
Anarchiste par Philippe Clochepin. Paul Plume, 2020. 503 pages. 30 euros (20 euros pour les lecteurs de La Feuille). Renseignements : lanarcaux.76 chez gmail.com

ABEL PAZ. L’historien anarchiste Abel Paz (1921-2009) a écrit trois livres de mémoires. Scorpions et figures de barbarie (Chumberas y alacranes) couvre la période de sa naissance jusqu’aux débuts de la Révolution espagnole. Abel Paz, de son vrai nom Diego Camacho, est né à Almería en Andalousie. À l’âge de huit ans, il arrive à Barcelone. En 1934, il travaille dans l’industrie textile. Dès 1935, il milite dans les rangs de la CNT (Confédération nationale du travail). Trop jeune, il ne peut combattre sur le front et participe aux activités du groupe Los Quijotes del Ideal qui fait partie de la FIJL (Fédération ibérique des jeunesses libertaires).
Scorpions et figures de barbarie : mémoires, 1921-1936 par Abel Paz. Rue des Cascades, 2020. 299 pages. 12 euros.

RUSSIE 1920-1921. C’est un vrai roman d’aventures que Mauricius a écrit à son retour de Russie en 1921. Cet anarchiste individualiste part en Russie sans autorisation et se retrouve en prison, accusé d’espionnage. Après sa libération, il observe les résultats de la révolution qui ne lui conviennent pas vraiment. Le voyage de retour est épique : traversée de l’Ukraine en guerre, traversée de la mer Noire sur un petit bateau, arrestation à son retour en France. Mauricius (1886-1974), de son vrai nom Maurice Vandamme a collaboré puis dirigé le journal l’anarchie. Il s’est opposé à la Guerre de 14-18. Il s’est intéressé aux médecines différentes, notamment aux soins par l’ozone.
Au pays des Soviets : neuf mois d’aventures par Mauricius. Théolib, 2020. 352 pages. 30 euros port compris. Ce livre peut être commandé chez l’éditeur : Théolib, Pierre-Yves Ruff, La Saunerie de Bas, 50750 Saint-Martin-de-Bonfossé (courriel : redaction chez theolib.com).
Sur Internet : www.theolib.com

TRAVAIL 1. Pour gagner sa croûte, Damien Lelièvre travaille dans une banque. C’est un monde qu’il a désormais en horreur. Il nous montre les coulisses des banques : techniques de vente manipulatrices, pression hiérarchique, ravages du numérique (télétravail, cyber-management)...
Force de vente : dans la peau d’un conseiller financier par Damien Lelièvre. Le Monde à l’envers, 2020. 100 pages. (Petite collection). 5 euros.

TRAVAIL 2. David Snug s’est inspiré de son expérience professionnelle pour réaliser cette bande dessinée. Il s’agit d’une critique sévère du monde du travail, inspirée par Bob Black ou Paul Lafargue. Avec humour, il montre l’absurdité du salariat et les travers du capitalisme : pénibilité du travail à la chaîne, vacuité de certaines formations dites professionnelles... Il prône une vie en marge mais pas oisive avec des activités alternatives.
Dépôt de bilan de compétences par David Snugg. Nada, 2020. 96 pages. 15 euros.

Cinéma

CHOISY-LE-ROI. En 1957, des anarchistes espagnols en exil créent, avec l’accord de la CNT, une imprimerie à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne aujourd’hui). Elle a fonctionné jusqu’en 2007 sur des principes libertaires, notamment l’égalité des salaires. À l’Imprimerie des Gondoles, on éditait aussi bien les publications libertaires espagnoles et françaises (Cenit, Le Combat syndicaliste, le Calendrier de la SIA...) que la presse du camp républicain ainsi que des publications commerciales.
La fabuleuse histoire de l’Imprimerie des Gondoles réalisé par Richard Prost. Ville de Choisy-le-Roi : Association 24 août 1944, 2020. 37 minutes.
Le film peut être visionné à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=gYpuyTO_Pvg&feature=youtu.be

¡ Adiós !

LUIS SEPÚLVEDA. Né au Chili en 1949, Luis Sepúlveda a été un proche de Salvador Allende jusqu’à sa mort en 1973. Il a connu la torture, la prison et l’exil. Ses talents de conteur ont fait de lui un écrivain renommé. Le vieux qui lisait des romans d’amour a rencontré un succès international. On croise parfois dans ses romans et nouvelles des personnages anarchistes, toujours présentés avec sympathie. Son grand-père était lui-même un anarchiste andalou. L’ombre de ce que nous avons été met en scène trois vieux militants qui vont entreprendre une action révolutionnaire, s’inspirant de Durruti, Jover et Ascaso qui, quelques décennies plus tôt, étaient passés par le Chili. Il considérait le régime d’Allende comme le seul régime de gauche ayant existé. Il disait : « Je crois bien que je suis anarchiste. Quelqu’un a dit un jour, un doux anarchiste ». Le Covid-19 est responsable de la mort de Luis Sepúlveda survenue le 16 avril 2020 à Oviedo (Asturies).


Depuis novembre 1999, toujours gratuite, la reproduction et la diffusion de cette feuille sont vivement souhaitées.

Centre international de recherches sur l’anarchisme 50 rue Consolat, 13001 Marseille Renseignements (pour proposer une contribution) : contact@.encyclopedie-anarchiste.xyz
Téléphone : 09 50 51 10 89 Courriel : cira.marseille chez gmail.com Sur Internet : https://www.cira-marseille.info Permanences du lundi au vendredi de 15 heures à 18 heures 30. Possibilité d’ouverture sur rendez-vous

Word - 450.3 ko
lettre du CIRA n°56

P.-S.

httm :/cira.marseille.free.fr

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 14215