Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours.

Article mis en ligne le mardi 14 juillet 2020

Nouveaux articles


** Anthropologie de la décadence aux marges de l’hellénisme :
une biographie intellectuelle et politique d’Elias Petropoulos **

par Christos Panagiotopoulos - 10 juillet 2020

Elias Petropoulos, le plus anthropologue des non-anthropologues grecs,
est un moraliste de la Grèce contemporaine, un ethnographe rude, au
regard sincère, au discours incisif. Grâce à sa distance avec le monde
académique, permise par son indépendance, Elias a brossé un portrait
décapant et original de la Grèce contemporaine. Fort de son amour de
la pègre, l’inclassable Elias s’est battu contre l’histoire
stérilisante d’un nationalisme qui avait commodément infiltré
l’université, en particulier la laographie grecque. Des recueils
laographiques des objets quotidiens de la Grèce de la seconde moitié
du XXe siècle aux essais critiques, en passant par les dictionnaires
des idiomes populaires et des enquêtes sur des facettes oubliées de
l’histoire de l’hellénisme contemporain, son œuvre et sa
documentation gigantesque pourraient le qualifier comme un éminent
ethnologue, anthropologue, historien, ou laographe. Pourtant, il ne
se reconnaît sous aucune de ces dénominations : "J’aimerais qu’on se
rappelle de moi comme d’un écrivain insolite et bosseur." Auteur
d’un des plus vastes corpus anthropologiques sur la Grèce contemporaine,
Elias ne s’est pourtant jamais autoproclamé anthropologue, ni n’a
jamais été professionnellement admis dans les cercles académiques de la
laographie. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Anthropologie-de-la-decadence-aux-marges-de-l-hellenisme-une-biographie

** Les situationnistes et l’économie cannibale **
par François Bott - 8 juillet 2020

Au début de l’année 1968, un critique, traitant de la théorie
situationniste, évoquait, en se moquant, une "petite lueur qui se
promène vaguement de Copenhague à New York". Hélas, la petite lueur
est devenue, la même année, un incendie, qui a surgi dans toutes les
citadelles du vieux monde. À Paris, à Prague, à Rome, à Mexico et
ailleurs, la flambée a ressuscité la poésie, la passion de la vie dans
un monde de fantômes. Et beaucoup de ceux qui, alors, ont refusé le sort
qui leur était fait, la mort sournoise qui leur était infligée tous les
matins de la vie, beaucoup de ceux-là — jeunes ouvriers, jeunes
délinquants, étudiants, intellectuels — étaient situationnistes sans
le savoir ou le sachant à peine.

Une fois le feu apparemment éteint, les sociologues et autres
futurologues d’État se sont efforcés, comme on exorcise une grande peur,
de rechercher les origines du printemps 1968. Ils n’ont récolté que des
miettes de vérité, autrement dit des parcelles de mensonge. N’importe
quel blouson noir rebelle en savait beaucoup plus sur la révolution de
mai. Les distingués penseurs n’ont pas songé à se référer aux
écrits de l’Internationale situationniste, que ce soit la revue ainsi
intitulée — dont le premier numéro date de 1958 — ou les essais de
Debord et Vaneigem. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Les-situationnistes-et-l-economie-cannibale

** De la dissolution de la normalité **
par Louis - 5 juillet 2020

Il y a moins d’un mois que ma mère est morte, et ce qui domine, ce
n’est pas tant la peine et le chagrin, que le sentiment généralisé de
l’absence de normalité, une saturation de l’esprit qui empêche de
construire un contexte pouvant être perçu et décrit comme normal.

Sans doute s’agit-il d’une fonction du deuil de construire ou de
reconstruire le lien qui unit les humains et leurs morts, de réinsérer
ce lien dans une dynamique, dans une continuité. Force est donc aussi
de constater que l’affaiblissement de la fonction sociale du deuil va
de pair avec l’affaiblissement de cette intégration de la mort dans
la socialisation contemporaine, affaiblissement que l’on pourrait
certainement caractériser comme une tendance lourde à la négation de
la mort réelle au profit d’une mort fantasmée comme panne technique,
qui, par cela même, peut idéologiquement être repoussée à l’infini…

On ne peut ici faire l’impasse sur le contexte sanitaire de la pandémie
résultant de la diffusion planétaire du Covid-19 : les morts remplissent
jour après jour les cases des tableurs, mais la mort elle-même disparaît
de la vie réellement vécue. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/De-la-dissolution-de-la-normalite

** La spoliation financière : les paysans,
"associés" du Train maya **

par Violeta R. Núñez Rodríguez - 4 juillet 2020

Le projet baptisé "Projet de développement Train maya", principal
projet d’infrastructures de l’actuel gouvernement fédéral mexicain
(présidence de la République, 2019), annonce que, pour la première
fois, les terres des paysans ne seront pas expropriées pour mener
à bien un projet de "développement", contrairement à ce qui s’est
produit à d’autres moments de l’histoire ; que ne seront pas élaborés
de projets (barrages, centrales hydroélectriques, exploitations
minières, routes, ponts, aéroports, entre autres) sans respecter
la propriété sociale. À ce sujet, l’un des premiers documents qui
présentait le Train maya de façon très générale indique que, "dans
le cas des constructions des gares, les propriétaires individuels ou
communautaires pourront céder leurs terrains et devenir des associés
du développement local" (Fonatur, 2019). Mais pourquoi cette affirmation
est-elle importante ?

Selon le Registre agraire national, dans les États où il est prévu de
mettre en place le Projet de développement du Train maya, 52 pour cent
de la propriété de la terre correspond en moyenne à la propriété
sociale, même si dans quelques États, comme le Quintana Roo, cette
propriété atteint plus de 60 pour cent. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/La-spoliation-financiere-les-paysans-associes-du-Train-maya

** La tentation écofasciste : migrations et écologie **
par Pierre - 3 juillet 2020

En 2019, le nombre de migrants internationaux à l’échelle mondiale a
atteint 272 millions selon l’ONU, soit une augmentation de
51 millions par rapport à 2010. Cette même année 2019, le jour du
"dépassement écologique" mondial, soit la date à partir de laquelle
l’humanité a consommé plus de ressources naturelles et émis plus de
gaz à effet de serre que la Terre n’est capable d’en produire et
d’en absorber au cours d’une année, a été atteint le 29 juillet.
Quelques mois auparavant, le 25 avril, un rapport affirmait que 14 %
des emplois des pays membres de l’OCDE allaient disparaître en raison
de l’automatisation, et que 31,6 % des activités seraient quoi qu’il
en soit transformées par celle-ci. Le 15 mars, à Christchurch, en
Nouvelle-Zélande, un homme répondant au nom de Brenton Tarrant, équipé
d’armes de guerre, tuait dans plusieurs mosquées 51 personnes et en
blessait 49 autres. Enfin, le 3 août, à El Paso, ville frontalière
du Texas, Patrick Crusius attaquait à l’arme automatique un supermarché
fréquenté par des latinos, tuant 22 personnes et en blessant 26. Quatre
phénomènes apparemment étrangers, mais néanmoins reliés les uns aux
autres par la dynamique du capitalisme, qui tend à épuiser "en même
temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le
travailleur" (Marx). (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/La-tentation-ecofasciste-migrations-et-ecologie


** Notes anthropologiques (LIV) **

par Georges Lapierre - 30 juin 2020

Traité sur l’apparence (IX)
Notes sur l’irréalité de l’être

Marcel Mauss se lance dans une analyse théorique du don comme si cette
pratique avait disparu dans nos sociétés et qu’il devait la retrouver
avec une certaine surprise dans des sociétés qu’il jugeait primitives.
À sa suite, les savants et les ethnologues se sont lancés dans une
analyse théorique et subtile, parfois passionnée, de cet échange de
cadeaux. Quelle pouvait bien être cette force difficilement saisissable
qui poussait les gens à se faire des cadeaux et à échanger des
présents ? Était-elle contenue dans la chose échangée ? Face à une
telle innocence, les gens interrogés répondaient ce qui leur passait
par la tête, n’importe quoi. C’est un peu comme si nous demandions de
nos jours pourquoi nous donnons de l’argent en échange d’une
marchandise. Est-ce l’argent qui obéirait à l’appel de la chose ?
L’agencement des échanges repose sur des évidences qui sont difficiles
à pénétrer et qui exigent de pousser assez loin toute une réflexion
théorique sur l’être humain et la société. Rien n’est véritablement
acquis, il s’agit de pousser la réflexion dans ses derniers
retranchements et, à cette fin, changer de perspectives, modifier les
points de vue. Nous voyons par exemple la société dans une perspective
unique, qui est en général la perspective dominante, seul existerait,
par exemple, l’échange marchand (qui s’oppose à l’échange de cadeaux),
pourtant nous sommes amenés à faire continuellement l’expérience du
chevauchement : l’échange marchand chevauchant l’échange de cadeaux.
(...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-LIV

** Solidarité avec San Mateo del Mar, Oaxaca, Mexique **
par Asamblea de Pueblos del Istmo - 29 juin 2020

La situation que traverse la communauté ikoots de San Mateo del Mar,
dans l’isthme de Tehuantepec, État d’Oaxaca, met en évidence le lien
pervers entre la politique de développement de l’État et les
agissements du crime organisé dans notre pays. Durant plus d’une
décennie, San Mateo del Mar a lutté pour la défense de son territoire
face aux menaces constantes que représentent l’installation de parcs
éoliens, la privatisation des terres, la construction d’une digue et
la modernisation du port de Salina Cruz.

Depuis la nomination du président municipal Bernardino Ponce Hinojosa,
en octobre 2019, le harcèlement à l’encontre des habitants de San Mateo
del Mar n’a cessé d’augmenter. Cette nomination survint à la suite
d’élections organisées par l’Institut électoral de l’État et par
Participation citoyenne d’Oaxaca qui non seulement n’ont pas respecté
le système normatif interne mais qui en plus ont fait l’objet de graves
irrégularités. Ces faits ont réveillé la colère et l’opposition des
habitants de San Mateo envers le président imposé et ont provoqué
l’escalade du conflit.

La nuit du 2 mai 2020, la communauté de San Mateo dénonçait déjà la
violente agression qu’elle vivait et qui s’est achevée par une attaque
à main armée dans l’agence municipale de Huazantlán del Río. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Solidarite-avec-San-Mateo-del-Mar-Oaxaca-Mexique


LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2065

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 435

La voie du jaguar c'est aussi ...

0 | 5