Une tribune pour les luttes

La chercheure Esther Gettler propose

Une analyse de la pandémie Covid en France et dans le monde

Article mis en ligne le mardi 4 août 2020

Cette chercheure en Mathématiques appliquées à Paris affirme notamment que "la France est coresponsable avec la Chine de la crise sanitaire mondiale en raison de son implication historique dans le laboratoire P4 de Wuhan. Le gouvernement français a menti dès le mois de janvier 2020 où l’ex ministre de la Santé Agnès Buzyn s’est rendue à Wuhan et a déclaré que le risque était nul.
Ce mensonge mortifère est de l’ordre du mensonge d’Etat criminel du sang contaminé de la fin du siècle dernier en France et de tous les mensonges d’Etat meurtriers, de Seveso à Tchernobyl, des dernières décennies".

1) LE POGNON
Depuis longtemps déjà, les cinq grands du consortium international pharmaceutique (dont l’Institut Mérieux en France) sont la main dans la main pour décider de leurs marges. Au siècle dernier ça a été sur les médicaments des maladies du cœur, digestion et autres organes. Puis le cancer a généré les plus gros profits (avec les piètres avancées en terme de mortalité que l’on connaît hélas) y compris les « thérapies ciblées ». Plus récemment la stratégie de la marge maximum a visé les vaccins : d’abord les grippes car elles mutent et donc on inonde le marché chaque année avec de nouveaux produits et un vaccin à refaire. Et plus récemment, je vous le donne en mille : les coronavirus, Sars et autres saloperies, toutes aussi mutantes.

Les P4 (laboratoires de haute sécurité biologique) comme celui de Wuhan en Chine, de Lyon en France et d’autres aux Etats Unis ou en Suisse, ont entre autres pour mission de fabriquer les nouveaux vaccins aux plus grandes marges (le P4 de la région parisienne est dédié aux armes bactériologiques, donc secret défense). Les plans du laboratoire P4 de Wuhan ont été dessinés par l’institut Pasteur, c’est Bernard Cazeneuve qui l’a inauguré. Agnès Buzyn ex-ministre de la Santé et Yves Lévy, ex-directeur de l’Inserm, le chouchoutent, et le savoir français, présent à Wuhan depuis des décennies, s’y est transmis. De Gaulle est le chef d’Etat à avoir salué Mao dès le début des années soixante et l’industrie pharmaceutique étant dans le top 10 des plus gros marchés économiques mondiaux, les échanges franco-chinois, et tout particulièrement à Wuhan, naviguent sur la vague du pognon depuis bien longtemps grâce à ce secteur.

2) L’OPPORTUNISME POLITIQUE
En France et en Italie, les gouvernements ont utilisé principalement la peur du virus au lieu d’explications pédagogiques et scientifiques, comme pression sur la population en interdisant les contacts interpersonnels, les rassemblement externes ou dans les lieux publics clos depuis maintenant plus de cinq mois.
Ces deux gouvernements étaient en difficulté avant le COVID face à des mouvements de protestation populaires : en France, contre les lois retraites et autres décrets limitant les libertés -voir la Ligue des Droits Humains- , grèves des transports, Gilets jaunes et tutti quanti, mouvements tous disparus depuis les mesures COVID et la police omniprésente.
A l’inverse, le gouvernement Merkel en Allemagne, sans réel enjeu politique fin 2019, l’a joué cool avec sa population en expliquant simplement, si un cas COVID était avéré dans un immeuble, que les habitants étaient en quatorzaine et testés. Par ailleurs aires de jeu etc. étaient ouvertes par exemple, comme dans la capitale, Berlin, et la police absente en tant que contrôleuse et administratrice d’amendes.
Plus récemment on parle de "recrudescence" du virus (qui peut contrôler les statistiques ?) chaque fois que l’on veut museler une situation politiquement défavorable aux gouvernants, comme à Hong Kong, ces derniers mois, pour stopper les émeutes.

3) LA SCIENCE
Un vaccin a besoin d’une clé pour entrer dans la serrure de la cellule et être efficace. Dans le cas du vaccin concocté à Wuhan qui a généré le COVID, il s’agit d’un « bricolage génétique » comportant le VIH (Sida) comme clé d’entrée. D’où la gravité de la sortie de la chaîne génétique du laboratoire. Reste cette interrogation : fuite fortuite ou délibérée ? L’an dernier il y a eu une période de turbulence entre la France et la Chine au labo P4 de Wuhan...
Le virus est bien transporté par le froid, d’où la dangerosité des avions qui sont des transports principalement refroidis. En Italie c’est l’aéroport international d’Orio al Serio localisé à Bergame, plateforme des échanges commerciaux et industriels intercontinentaux de l’hinterland milanais, qui a été la porte d’entrée du COVID.
Par ailleurs le « bricolage génétique » génère des liens fragiles dans la chaîne du génome associé et les éléments introduits sont moins stables que dans les chaînes naturelles. Il y a donc des délétions, en l’occurrence la virulence décroît comme on le voit, et le "rétrovirus artificiel" disparaît finalement complètement.

4) EN FRANCE
La France est coresponsable avec la Chine de la crise sanitaire mondiale en raison de son implication historique dans le laboratoire P4 de Wuhan. Le gouvernement français a menti dès le mois de janvier où Buzyn s’est rendue à Wuhan et a déclaré que le risque était nul.
Ce mensonge mortifère est de l’ordre du mensonge d’état criminel du sang contaminé de la fin du siècle dernier en France et de tous les mensonges d’Etat meurtriers, de Seveso à Tchernobyl, des dernières décennies. Une chape de plomb s’est abattue sur les médias qui ont totalement perdu le peu d’indépendance restée pour diffuser sans trêve les dépêches et messages omniprésents de l’état. Messages et dépêches dépourvues d’information raisonnable ou scientifique, mais véhicules de terreur justement "irraisonnée" : le citoyen éloigné des cercles du pouvoir "n’a rien pu savoir" car on a traité la situation avec une tactique du type "secret défense".

Aujourd’hui la science n’a pas sa place dans le débat sur la crise sanitaire traversée. Cette crise n’est plus qu’une opportunité, pour chaque gouvernement dans le monde, à sa propre façon au fil des mois, de consolider son image et son pouvoir.

5) AUX ETATS UNIS : OPPORTUNISME POLITIQUE
Depuis plusieurs semaines, Donald Trump, confronté à des sondages très défavorables, brandit pourtant le spectre de fraudes électorales massives en novembre prochain. Ses propos sur ce thème ont fleuri fin mai.
Fin avril, son adversaire démocrate Joe Biden avait prédit que le milliardaire ferait son possible pour reporter l’élection. "Souvenez-vous de ce que je vous dis, je pense qu’il va essayer de faire reporter les élections d’une manière ou d’une autre, trouver des raisons pour lesquelles elles ne peuvent pas avoir lieu", avait-il lancé.
Quelques jours plus tard, Donald Trump, interrogé lors d’un point-presse à la Maison Blanche, avait catégoriquement écarté cette hypothèse. "Je n’ai jamais envisagé de changer la date (...) Pourquoi est-ce que je ferais cela ?", avait-il répondu, évoquant "la propagande" du camp démocrate. Or voyez ce qu’il dit aujourd’hui : "JE n’écarte pas l’hypothèse d’un report etc." sur fond de COVID bien évidemment ! Ah le COVID la bonne occase des gros bonnets !

6) EN AFRIQUE : SCIENCE ET GEOPOLITIQUE
Du côté de l’OMS (WHO) Tedros Adhanom Ghebreyesus, responsable de plusieurs postes Santé en Ethiopie, a été mis en place comme président de l’ OMS par les Chinois .Car les gros bonnets ont été très présents (par leur prêts à taux zéro entre autres) en Afrique de l’Est. En effet Tedros a soigné la population en suivant les approches chinoises des problèmes de santé ("médecins aux pieds nus"’ sur le terrain etc.) : en exemple le succès indéniable concernant les femmes éthiopiennes pour le SIDA. Trump qui avait son propre candidat a subi un échec cuisant dont il vient de se venger en retirant les USA de l’OMS et en insultant Tedros et la Chine pour bien enfoncer le clou. Comprenez alors les déclarations OMS pendant la crise sanitaire..
Du côté ....de notre grand ami Monsanto Bayer, pensez juste à l’expertise de Monsanto dans les bricolages génétiques jusqu’ici officiellement finalisés à l’agriculture (Monsanto a acheté récemment cinq sociétés agrochimiques en Afrique).
Malheureuse Afrique, terrain de toutes les expérimentations en virologie...
Esther Gettler (qui est également statisticienne et épidémiologiste)

P.-S.

Sources :
London Review of Books vol 42, no 13, 2 juillet 2020
The health transformation army, by James Meek
https://www.lrb.co.uk/the-paper/v42/n13

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 14220