Une tribune pour les luttes

Appel à la longue marche 2021 pour la libération d’Abdullah Öcalan

Article mis en ligne le mardi 17 novembre 2020

Fin à l’isolement, au fascisme et à l’occupation ! L’heure de la liberté est venue !

“Je reste engagé jusqu’au bout dans la libération, sa lutte, sa création de beauté et son amour.”
Abdullah Öcalan

La marche de la société du Kurdistan vers un monde de justice sociale a donné un nouvel espoir aux populations du monde entier. Les pierres angulaires du mouvement kurde, à savoir la démocratie radicale, la libération des femmes et la conscience écologique, sont lentement devenues les valeurs fondamentales de nombreux autres mouvements. Le modèle social mis en œuvre à partir de 2012 au Rojava, marqué par la révolution des femmes et l’auto-gouvernance, est maintenant devenu une alternative possible dans le monde entier. Ce confédéralisme démocratique, dont Abdullah Öcalan a été le pionnier, a dépassé les limites du Rojava et des montagnes kurdes. Partout dans le monde, on l’apprend, on l’enseigne et on le met en pratique.

Pourtant, cette alternative démocratique subit encore les attaques très intenses de la modernité capitaliste. Qu’il s’agisse de la guerre d’agression que la Turquie mène actuellement au Sud-Kurdistan, de l’invasion du Rojava ou des politiques fascistes du régime AKP contre le peuple du Nord-Kurdistan. C’est une politique d’isolement et d’oppression qui est soutenue et encouragée par le silence de l’Union européenne.

Cet isolement n’est nulle part aussi concret que sur l’île-prison turque d’Imrali. C’est là que le fondateur et leader du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, est emprisonné depuis la conspiration internationale du 15 février 1999. Pendant plus de dix ans, il a été le seul prisonnier de l’île. Malgré les conditions indescriptibles de son isolement, il n’a jamais perdu espoir dans une solution pacifique aux conflits du Moyen-Orient. Pendant plusieurs années, Öcalan a réussi à négocier avec le gouvernement turc pour atteindre cet objectif. L’écrasante majorité de la population kurde considère Abdullah Öcalan comme son représentant. Cela a été confirmé par une pétition qui a recueilli plus de 3,5 millions de signatures en 2005-2006.

L’État turc soumet actuellement Abdullah Öcalan à un régime d’isolement sans équivalent dans le monde. Chaque visite de ses avocats ou des membres de sa famille n’est rendue possible qu’à l’issue de longues luttes sociales. En mai 2019, par exemple, des milliers de personnes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des prisons, ont réussi à briser l’isolement grâce à une grève de la faim qui a duré des mois. Ainsi, pour la première fois depuis de nombreuses années, il a été possible à Öcalan d’avoir des contacts avec ses avocats pendant une courte période. Mais, depuis le 7 août 2019, ce contact a de nouveau été complètement supprimé par le gouvernement turc. Le ministère public ne répond même pas aux demandes de visites hebdomadaires. Ainsi, toute possibilité de négociations sur une solution pacifique des conflits au Kurdistan et au Moyen-Orient est anéantie. Par le biais d’Imrali, l’État turc s’efforce non seulement d’isoler Öcalan en tant que personne, mais aussi et surtout de cibler, d’isoler et de détruire les acquis démocratiques fondés sur ses idées.

Afin de lutter contre cette tentative, l’Union des Communautés du Kurdistan (KCK) a lancé la campagne avec comme mot d’ordre : “Mettez fin à l’isolement, au fascisme et à l’occupation ! – L’heure de la liberté est venue”. La longue marche 2021 se déroulera dans ce contexte, car c’est Öcalan qui est le pionnier intellectuel du confédéralisme démocratique et un contre-modèle à l’État-nation en crise. Pour cette raison, la lutte pour la paix et la démocratie doit être pensée dans le contexte de la lutte contre l’isolement d’Öcalan. En même temps, cela renforcera également la lutte pour la démocratie et la liberté dans le monde entier. Ainsi, le soulèvement social au Rojava, la libération des Kurdes yézidis au Shengal et le Parti démocratique des Peuples (HDP) de Turquie, ne sont que quelques exemples des projets libérateurs qui ont pu être réalisés grâce à lui. Derrière les murs de la prison d’Imrali et malgré ses moyens extrêmement limités, Öcalan a continué à inspirer des millions de personnes dans le monde. L’isolement d’Imrali est donc la forme de répression la plus radicale exercée par l’État contre toutes les forces qui luttent pour la démocratie.

Défendons la fin de l’isolement, du fascisme et de l’occupation et battons-nous pour la liberté d’Öcalan ! Le temps de la liberté est venu !

Nous appelons donc tous les internationalistes à se joindre à la longue marche du 4 au 13 février 2021, sous la devise “Mettons fin à l’isolement, au fascisme et à l’occupation ! – L’heure de la liberté est venue !”. À l’issue de la longue marche, il y aura une manifestation vivante et bruyante à Strasbourg.

Informations générales :

- Rassemblement, briefing et coup d’envoi le 4 février à Francfort
- Longue marche du 5 au 13 février, de Hanau à Strasbourg
- Événement à Strasbourg le 12 février
- Grande manifestation à Strasbourg le 13 février
- Prévoir des chaussures de sport et des vêtements chauds adaptés à la marche, ainsi que des sacs de couchage.

Pour vous inscrire, contactez longuemarche2021 [at] protonmail.com

Nous nous réjouissons de votre participation à la marche et nous tenons à votre disposition pour de plus amples informations.

Salutations révolutionnaires,
Comité de préparation

Lire l'appel à la longue marche pour la libération d'Ocalan

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Fascisme/antifascisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 75

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 450

Solidarité c'est aussi ...

0 | 5