Une tribune pour les luttes

Expulsion des habitant.es du « petit séminaire »

Collectif soutien migrantes 13

Article mis en ligne le dimanche 20 décembre 2020

Droit pour un logement pour tous et toutes !

REVENDICATIONS APRÈS L’EXPULSION DES HABITANT.ES DU « PETIT SÉMINAIRE »

Nous, personnes en situation de migration, demandeuses/demandeurs d’asile
ou sans papiers,
vivions depuis environ un an au squat du Petit Séminaire parce que
les politiques d’État nous ont laissé.e.s à la rue. Les institutions ont
l’obligation de proposer des hébergements aux demandeurs et demandeuses
d’asile tout au long de la procédure ! Dans la réalité nous sommes
obligé.e.s de squatter et on se fait expulser !

Le 24 novembre, la police est venue pour nous demander de partir en
invoquant l’insalubrité du bâtiment, donc « afin de garantir notre
sécurité », sans proposer aucune alternative. Quelques jours plus tard, un
incendie a accéléré l’obligation de quitter les lieux. Un feu… le même
incident qui a également eu lieu juste avant l’expulsion du squat de Saint
Just cette année-là à Marseille et en a accéléré l’expulsion. Une enquête
est actuellement en cours par rapport à l’incendie au squat de Saint Just.

Maintenant, après l’expulsion, environ 70 à 80 personnes étaient placé.e.s
dans plusieurs hôtels qui nous ont été proposés par l’association Sara
Logisol. Des hôtels 115 donc géré par la préfecture. La marie de son côté
aurait dû se subroger à case du arrêté du péril du bâtiment, mais ils ont
restés en silence.

Les conditions dans ces hôtels sont insupportables, mais si nous partons
on va se retrouver à la rue. Nous sommes également dans l’incertitude
permanente, car personne n’a communiqué combien de temps nous pouvons
rester là, chaque jour on peut se retrouver à la rue. Nous sommes
nombreux : des familles, des hommes seuls, des enfants, des femmes
enceintes. Les conditions de vie à l’hôtel sont insupportables : nous
n’avons aucun espace (2 par chambre), il n’y a pas de chauffage malgré le
froid, il y a des punaises de lits, nous ne pouvons pas cuisinier… De plus
nous n’avons aucune information sur le temps que nous allons passer ici.

Nous demandons un endroit où cuisiner librement. Nous demandons en endroit
où il est possible de se reposer et être en paix.

Nous disons Stop aux expulsions comme celles des squats du Boulevard
Dahdah, Saint Just et le petit Séminaire, où les gens se font jeter à la
rue et où les autorités restent silencieuses vis à vis de cette situation
d’extrême urgence.

La mobilisation va continuer, restez vigilant.e.s aux infos d’actions qui
suivront.

Des logements permanents et dignes pour les délogé.e.s !

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 14345