Une tribune pour les luttes

Athènes s’enflamme !

Yannis Youlountas

Article mis en ligne le vendredi 5 mars 2021

Dimitris Koufontinas est encore vivant, mais son état de santé s’est encore dégradé cette nuit.

Cette nuit, plusieurs incendies se sont déclarés dans la capitale : ici des bureaux, là une banque, mais aussi des voitures de luxe, des distributeurs de billets, des poubelles… De même, la grande manifestation d’hier était sous le signe des flammes et de la lumière.
La mobilisation est chaque jour plus nombreuse, malgré les restrictions menaçantes. Puis, la nuit, des petits groupes surgissent et disparaissent ici et là, dans la pénombre à l’écart des réverbères. Les « chats noirs », comme on dit ici.
Athènes est aussi le nom de la dernière chance de voir Koufontinas mettre un terme à sa grève de la faim et de la soif. Aujourd’hui ou, au plus tard, demain, une autre décision va être rendue, mais cette fois par le Comité central des transferts (KEM). Elle va concerner sa demande initiale de quitter le pénitencier de haute-sécurité de Domokos (où il avait brutalement été envoyé dans un cachot) pour la prison de Korydallos à l’ouest d’Athènes, où il a purgé ses 15 premières années de détention et où se trouvent les autres membres de l’organisation révolutionnaire « 17 novembre » qui sont encore emprisonnés. En résumé, comme le disent certains proches de Dimitris Koufontinas, « ce sera Athènes ou la mort ». Cette phrase, « Athina i thanatos » sonne comme « Elefteria i thanatos » : la liberté ou la mort, devise de la Grèce. Quand on sait que l’étymologie d’Athènes est « l’immortelle » (a privatif + thanatos), on comprend mieux l’articulation des mots « Athènes ou la mort », qui sonne encore mieux en grec : « Athina i thanatos ».
Cependant, il y a peut de chance que le KEM donne son aval à ce retour à la case départ. Car cette structure est présidée par une membre notoire du parti de droite Nouvelle Démocratie, proche de Mitsotakis, et entourée de gens qu’elle a nommés pour la plupart. Bref, la décision d’aujourd’hui ou de demain sera une décision purement politique. C’est en réalité Mitsotakis qui va montrer s’il veut tenter de calmer le jeu ou pas. Soit Mitsotakis (via le KEM) autorise Koufontinas à retourner à Korydallos, à défaut de rester dans sa prison rurale, et dans ce cas le prisonnier cessera immédiatement sa grève de la faim et de la soif et s’y rendra dès qu’il en sera physiquement capable, soit Mitsotakis refuse cette maigre compensation et continue à s’acharner sur lui (difficulté pour les médecins que Koufontinas a choisi de le visiter, menace de retourner dans son cachot de Domokos loin d’Athènes, impossibilité de retourner voir son fils en permission…).
Bref, ce sera soit Athènes, soit la mort. Et Athènes le sait qui s’enflamme désormais pour tracer le chemin du retour de Koufontinas. Mais Mitsotakis préférera-t-il la mort, avec tout ce que ça implique ? À suivre aujourd’hui ou demain, si Dimitris Koufontinas parvient à survivre jusque là.
 
Yannis Youlountas
 
Rappel : demain samedi 6 mars a été choisie comme journée internationale en solidarité avec le gréviste de la faim et de la soif Dimitris Koufontinas, par son comité de soutien athénien réuni en assemblée.

La Grèce à nouveau en ébullition.

2 mars par YY.

Un prisonnier politique en grève de la faim et de la soif est sur le point de mourir, 40 ans après la mort de Bobby Sands dans l’indifférence cruelle de Margaret Thatcher. Ce serait une première en Union Européenne et cela provoque beaucoup de débats, de tensions, d’actions, d’occupations, de manifestations… Ce soir encore, des milliers de personnes ont rompu le couvre-feu pour aller manifester, des bâtiments publics ont été occupés et des lieux de pouvoir attaqués. La tension ne cesse de monter et elle est palpable un peu partout ici.

Dimitris Koufontinas est en prison depuis 20 ans pour avoir participé dans sa jeunesse aux actions du groupe communiste révolutionnaire 17 novembre au sein duquel il a assassiné pour la plupart des anciens collaborateurs grecs et américains de la dictature des Colonels. Le nom du groupe provient du jour où le régime a tiré sur les insurgés autour de l’École Polytechnique, dans le quartier d’Exarcheia à Athènes, le 17 novembre 1973, avec des tanks et de l’armement lourd. Après la chute de la dictature, la purge n’a jamais été faite et beaucoup d’anciens responsables de la junte sont restés dans les arcanes du pouvoir. Voilà l’argument qu’a donné à l’époque Dimitris Koufontinas pour, selon lui, venger les victimes du 17 novembre. Quand ce groupe a été démantelé, il y a 20 ans, Koufontinas s’est rendu de lui-même pour ne pas faire porter le chapeau à ses camarades arrêtés et assumer sa part de responsabilité. À partir de 2010, selon la Loi grecque, il avait la possibilité de bénéficier de permissions qui ne lui ont finalement été accordées qu’à partir de 2017, sous Tsipras, ce qui lui a permis de voir son fils Hector du fait de sa « bonne conduite » en prison et de sa ponctualité. Après un bras de fer de plusieurs semaines début 2019, il a également été transféré dans une prison rurale aux activités agricoles en plein air.

Cette année, il aurait pu solliciter une remise en liberté conditionnelle dès l’automne. Mais depuis que la droite a gagné les élections en juillet 2019, les choses ont changé. L’une des victimes de Koufontinas était le beau-frère du nouveau premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, qui n’a pas manqué de faire voter une loi spéciale en décembre 2020 visant uniquement Koufontinas. Cette loi l’empêche désormais de revoir son fils, de poursuivre sa détention dans sa prison rurale et d’entrevoir la perspective d’une libération conditionnelle dans les prochains mois ou années. Étrangement, les prisonniers néo-nazis d’Aube Dorée n’ont pas été frappés par cette loi postérieure à leur condamnation, du fait d’une subtilité glissée dans le texte : cette loi vise les personnes poursuivies pour « terrorisme » (Koufontinas), mais pas pour « participation à une organisation criminelle » (les aube doriens). Après avoir épuisé les recours, Koufontinas s’est mis en grève de la faim puis de la soif. Depuis samedi, il refuse également l’hydratation apportée par les perfusions d’antibiotique. Il va donc mourir dans les prochaines heures, si le gouvernement continue de s’acharner.

Malgré l’intervention de très nombreux collectifs, associations (dont Amnesty international), organisations (anarchistes, communistes révolutionnaires, etc.), partis politiques (dont Syriza, Diem25, KKE, Antarsya, etc.), personnalités (dont Costa Gavras), Mitsotakis et son gouvernement ne veulent rien entendre : ils se servent de leur pouvoir pour satisfaire leur vengeance et attendent l’issue mortelle du bras de fer. Interpellée par beaucoup d’entre nous, la présidente grecque s’est murée dans le silence depuis une semaine et laisse faire Mitsotakis.

Comme vous l’aurez compris, il ne s’agit pas d’avoir une opinion ou une autre sur Koufontinas et sur ses actes d’il y a une trentaine d’années. Il s’agit simplement de ne pas laisser faire un pouvoir qui devient absolu et se permet de régler ses comptes comme s’il avait rétabli la peine de mort. Voilà pourquoi la principale association de juristes et d’avocats, ainsi que la fédération des médecins hospitaliers sont engagées dans cette lutte pour faire reculer le pouvoir, avant qu’il ne soit trop tard.

Depuis quelques jours, le mouvement social est volcanique dans une atmosphère qui rappelle les années passées. Certains prédisent une explosion de violence si Dimitris Koufontinas finit par mourir de sa grève de la faim : des émeutes avec une incidence politique probable. À l’heure qu’il est, Koufontinas semble condamné. Le bras de fer est sans appel. Le pouvoir ne veut rien entendre, malgré l’immense protestation qui s’étend dans le pays. Difficile d’imaginer ce qui va se passer.

Si vous voulez suivre ce qui se passe, je vous propose une info en temps réel sur mon blog, au cœur de cette lutte : http://blogyy.net (site gratuit, bien sûr)

Voici les derniers articles à ce sujet (avec infos, analyses, photos et vidéos) :
Samedi 27 février / Koufontinas : la Grèce retient son souffle
http://blogyy.net/2021/02/27/koufontinas-la-grece-retient-son-souffle/
Samedi 27 février / Lettre à Katerina Sakellaropoulou, présidente de la République Hellénique
http://blogyy.net/2021/02/27/lettre-a-katerina-sakellaropoulou-presidente-de-la-republique-hellenique/
Dimanche 28 février / Grèce : la violence du pouvoir génère la révolte et la répression
http://blogyy.net/2021/02/28/grece-la-violence-du-pouvoir-genere-la-revolte-et-la-repression/
Dimanche 28 février / « Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
http://blogyy.net/2021/02/28/je-ne-veux-pas-mourir-mais/
Lundi 1er mars / Actions et occupations se multiplient en Grèce
http://blogyy.net/2021/03/01/actions-et-occupations-se-multiplient-en-grece/
Lundi 1er mars / Des rassemblements nombreux en Grèce
http://blogyy.net/2021/03/01/des-rassemblements-sont-nombreux-en-grece/

Voilà, merci de vos messages de soutien. Bon courage à vous en cette période étouffante. Puissent nos expériences un peu partout sur la planète nous aider à comprendre ce qui nous arrive et à nous libérer du pouvoir qui nous piétine.

Amicalement,

Yannis Youlountas
------

mise à jour 2/03
Koufontinas à la limite du coma

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 530

Justice c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 180