Une tribune pour les luttes

très court compte rendu du rassemblement de ce soir à Marseille...

et ailleurs (pour les CR qui sont arrivés)

Article mis en ligne le jeudi 2 février 2006

RESF 13 (photo ci dessus)

Comme une veillée d’armes avant l’été 2006, 100 à 200 personnes rassemblées avec torches enflamées, banderolles, chants et slogans... devant la préfecture des Bouches du Rhône ce soir mercredi 1er février à Marseille. Elles venaient pour dénoncer la politique de harcèlement des jeunes sans papiers scolarisés et leur familles. Les différentes organisations composant le RESF13 étaient présentes, la presse également. Une délégation a rappelé les exigences du resf 13 ( non aux expulsions, régularisations des jeunes sans papiers et de leur famille). Reçue par une subalterne, la délégation a demandé a être reçu dans les plus bref délais par le préfet de région en personne.

Florimond

RESF 92

Une soixantaine, profs, syndicalistes, LDH, Citoyens Unis Châtenay, CNT et des élèves de la classe de Valéry. Une nouvelle banderole de fille (on recherche toujours celle disparue au Mesnil-Amelot il y a quatre mois), des pancartes. Pas ridicule donc. Contact avec le responsable de RG :on doit être reçus, pinaillage sur le nombre de personnes, constitution de la délégation. 1 FSU, 1 CGT, 1 LDH, 1 RESF. Quand on se présente, changement de tableau : refus de nous recevoir parce qu’on n’a pas déposé de demande écrite (alors qu’on ne l’a jamais fait et que tout s’est toujours réglé par téléphone).

Arrive Pascal Buchet, maire de Fontenay-aux-Roses, conseiller général du 92 et qui, à ce titre, se farcit Sarkozy régulièrement : on est reçus par le secrétaire général (le sous-préfet, nommé préfet du 91, a pris ses nouvelles fonctions aujourd’hui à Evry où une délégation RESF l’attend et le nouveau sous-pref n’est pas arrivé).
Le Secrétaire général se borne à enregistrer nos déclarations (cas d’lèves signalés, protestation contre la mauvaise application de la circulaire Sarkozy, opposition aux expulsions massives en juillet, inquiétudes face aux projets de Sarko).

Au total, impression que ça n’a pas été inutile. On a marqué la présence du réseau et les autorités ne peuvent pas penser qu’en juillet ça passera tout seul. Mais, bien sût, tout reste à faire.

RESF77

Compte-rendu du rassemblement RESF à Melun :

le CSP77 s’est joint à la mobilisation alors qu’il était ressorti de la réunion de lundi soir (réunion de naissance de RESF77) qu’il était préférable de ne pas mélanger des « dossiers » suffisamment compliqués pris séparément. On peut évidemment comprendre le souhait du CSP77 de « profiter » de l’occasion de cette mobilisation pour se faire entendre...

deux délégations se sont montées séparément, sans difficultés, celle de RESF étant reçu par une chef de cabinet du préfet, celle du CSP77 par le préfet.

Bilan de l’audience... la chef de cabinet a écouté nos interventions et celles des jeunes qui étaient dans la délégation (une douzaine de personnes), escortée de deux jeunes bébés énarques. Ils ont tous les trois sagement pris des notes... tant au sujet des trois cas que nous leur avons présenté... que sur l’acte de naissance de RESF77 (qui ? quand ?...). Nous avons prévenu que nous suivrons les dossiers et que nous attendions une réponse du préfet quant à la création d’un cadre de rencontre.

Voilà donc brièvement le compte-rendu d’une action menée dans l’urgence, mais qui néanmoins est une réussite...

RESF 91

Une manif de militants devant la pref d’Évry (91). Je n’ai pas compté, entre 50 et 100 personnes (Composantes syndicales : CNT, FSU, SUD, CGT).

RESF 63

Notre appel a pu être diffusé à 1500 exemplaires pendant le week end au festival international du Court Métrage.
Hier soir les organisateurs nous ont donné la parole 3 minutes avant la séance de 20H dans la grande salle.
Aujourd’hui nous étions 150 personnes dans un grand froiD mais dans un beau rassemblement avec des belles prises de parole. Les personnels et les élèves du Collège de l’Oradou étaient au rendez vous ainsi que les habituels soutiens aux luttes de Sans-papiers avec davantage d’enseigants des quartiers nord où nous avons fait une réunion il y a peu et où une autre est en préparation autour d’une mobilisation dans une école maternelle.
Les médias étaient très présents (presse, radio, télé) et nous leur avons tous expliqué qu’il n’y aurait pas d’expulsion ni aujourd’hui ni en juin et que nous étions là pour ça. Nous avions choisi de ne pas demander d’entrevue à la Préfecture.

Rassemblement RESF à Paris contre les expulsions de sans-papiers
AFP 01.02.06 | 15h41

Plusieurs centaines de personnes, dont des personnalités politiques, se sont rassemblées mercredi à Paris devant la fontaine Saint-Michel, à l’appel du Réseau éducation sans frontières (RESF), contre les expulsions d’élèves et de parents sans-papiers, a constaté une journaliste de l’AFP. "Je soutiens ce mouvement car pour moi, il est insupportable que des enfants soient arrachés à leur vie et expédiés au loin", a ainsi déclaré à l’AFP l’ancien ministre de l’Éducation nationale Jack Lang, venu participer. "Je suis très heureux que tant de gens se regroupent et fassent bouclier contre cette politique inhumaine menée actuellement. Dans un pays où tout enfant a droit à être scolarisé, c’est violer la loi républicaine que de l’en empêcher. Combattre cela est une exigence de respect du droit et d’humanité", a-t-il ajouté. Alain Krivine (LCR), la députée Verts Martine Billard, Khadija Bourcart, adjointe au maire de Paris chargée de l’intégration, ou encore Jacques Duguenet, conseiller communiste de Paris, s’étaient également joints au rassemblement. Les manifestants, parmi lesquels des militants du Mrap, de la LDH, de Droit au Logement (DAL), de la FSU et de la FCPE (parents d’élèves), ont scandé "police partout, justice nulle part", "solidarité", "nous sommes tous des immigrés". Ils ont cité plusieurs cas d’expulsions ou de menaces, comme celui de deux élèves de 1ère littéraire du lycée Paul-Bert, une Ivoirienne et un Colombien priés de quitter le territoire en juin 2006, sans avoir fini leurs études, ou de deux frères coréens, en France depuis 2003, au collège Lavoisier, qui avaient passé les vacances de Noël dans leur pays et se sont vus refuser à l’aéroport le droit d’entrer. Ils ont été renvoyés le 4 janvier à Séoul. Ce rassemblement entrait dans le cadre d’une journée nationale d’action de RESF, avec manifestations devant les préfectures et sous-préfectures dans une quarantaine de villes.

Collectif Solidarité Migrants Oise (60)

Journée particulièrement chargée !
- Le matin, nous avons été appelés par la plupart des grands médias (RTL, France Inter, FR3, Canal +...) sur l’affaire des listes d’enfants Sans-Papiers que veut dresser le Rectorat.
- l’après-midi, très belle manif, très vivante, pas loin de 500 personnes !
Les jeunes étaient là pour montrer les êtres humains qui se cachent derrière les chiffres de ce gouvernement. Un superbe charter (en carton) planait autour du cortège. Nous avons marqué un arrêt devant l’Inspection Académique pour dénoncer la liste de la honte, un autre devant la permanence du député Dassault qui aura à se prononcer sur le projet de réforme de Sarkozy (CESEDA). Là, nous avons organisé un vote citoyen, même les immigrés avaient le droit de vote et des papiers étaient délivrés une fois l’acte citoyen accompli (l’urne était la grande boîte aux lettres du député). Voici les 2 propositions soumises :

Proposition UNE :
"Je soutiens Nicolas Sarkozy qui fait ce qu’il promet et qui va nettoyer au Kärcher la France de la racaille immigrée !"

Proposition DEUX :
"• Nous disons NON aux expulsions aujourd’hui comme à la fin de l’année scolaire
• Nous exigeons des papiers pour tous par un titre de séjour “vie privée et familiale”
• Nous demandons l’abandon du projet de réforme des conditions d’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile
Nous vous demandons, Mr Le Député, d’intervenir auprès du gouvernement et de voter, en ce sens, en cas de présentation de ce texte à l’Assemblée Nationale."

Le Député fera certainement le dépouillement dès demain mais le résultat semblait contenir bien peu d’incertitude.
Enfin, devant la Mairie de Beauvais, des jeunes Sans-Papiers ont témoigné, moment très émouvant. Nous avons enfin été reçus par la municipalité beauvaisienne qui semble bien embarrassée par notre résistance et l’emballement de la machine gouvernementale anti-immigrée.
Les manifestants étaient fiers et heureux de ce beau moment de lutte et de fraternité, prêts à revenir plus nombreux la fois prochaine. Bref, un beau mouvement qui ne s’essouffle pas et prend de l’ampleur !

RESF 69

500 personnes au rassemblement devant la préfecture, des familles avec enfants et des collectifs avec banderolles et pancartes. Nous avons débordé le lieu de rassemblement et occupé, brièvement, une grande avenue lyonnaise. Quelques personnalités politiques, élus du PC, verts et même un ou deux représentants du PS.
Et bien sûr, les organisations du réseau, syndicats, LdH et autres.
Etaient présentes des personnes nouvelles, qui n’ont pas l’habitude des rassemblements. Ambiance conviviale, assez joyeuse.
Beaucoup d’interventions des familles qui se sont adressées au préfet en demandant la régularisation de leur situation et en racontant leur expérience. Certains récits étaient particulièrement poignants.

Avant le rassemblement audience à la préfecture, sans surprise.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 4525

RESF 13 c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 500