Une tribune pour les luttes

Tract de la CGT et de la CFDT du FASILD

Y’a Bon.. la République !

casse du FASILD (suite)

Article mis en ligne le mercredi 8 mars 2006

Depuis quelques semaines, les agents du FASILD (Fonds d’Action et de Soutien pour l’Intégration et la Lutte contre les Discriminations) sont tenus de répondre à de multiples injonctions des cabinets ministériels, relayées par la direction générale sans discernement, en dehors de toutes les règles de fonctionnement en vigueur de l’établissement et sans concertation de ses instances délibératives.

Le FASILD devient une agence de moyens au service d’un gouvernement qui ne se préoccupe que des prochaines échéances électorales. Les victimes de la précarité sont les derniers de leurs soucis, malgré les effets d’annonce.

Ainsi, le FASILD doit organiser et financer les opérations de communication du ministre Azouz Begag. Pas moins de sept « conférences pour l’égalité des chances » (Marseille, Lyon, Paris, Strasbourg, Bordeaux, Lille et Paris à nouveau) sont portées par l’établissement de mars à juin. Bien évidemment, c’est sur le budget du FASILD que sont ponctionnés les quelques 200 000 euros, nécessaires à ce coup politico-médiatico-pré-électoral.

De même, c’est sur le budget et la logistique du FASILD que repose la prise en charge de la très critiquée opération de parrainage, dite « Un par Un », du ministère de la promotion de l’égalité des chances, mise en place dans la précipitation et sans concertation et cohérence avec l’existant.

Les directions régionales du FASILD sont, également, aux ordres des nouveaux préfets délégués pour l’égalité des chances. Comme celui qui nous demande de proposer des personnes originaires des « quartiers » (une nouvelle nomenclature INSEE ou gouvernementale ?), ayant un parcours de réussite. La nouvelle division entre « bons » et « mauvais » immigrés a déjà commencé et on demande aux agents du FASILD d’en être les collaborateurs.

Le FASILD deviendrait-il un bureau des affaires indigènes, en direction des « étrangers de l’intérieur » ?

Une rupture totale avec la posture « poil à gratter » construite patiemment depuis des années par le FASILD. Que deviennent, dans ce contexte, le savoir-faire et l’ingénierie acquis par ses agents depuis de nombreuses années ?

Il est temps que cesse cette mascarade.

Annie HONNORAT
Secrétaire Générale
T : 04 91 53 80 21
F : 04 91 53 80 02
ahonnora chez fasild.fr

Michèle SCHNEIDER
Secrétaire Générale
T : 03 88 52 29 52
F : 03 88 75 63 83
mschneid chez fasild.fr

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1185