Une tribune pour les luttes

17ème JOUR D’OCCUPATION, LES SANS PAPIERS DÉTERMINÉS

Article mis en ligne le mercredi 19 avril 2006

Ci dessous et

PDF - 226.7 ko
Tract 17eme jour.pdf


en fichier joint
le tract du CSP
au 17ème jour de
l’occupation de l’OMI


Déterminés à briser le silence méprisant de la Préfecture, voilà ce que nous voulons après 17 jours d’occupations de l’ancienne OMI. La préfecture campe toujours sur sa décision, malgré de nombreuses familles en détresse.

Depuis des mois, des années, la Préfecture, représentant l’Etat, semble considérer que derrière chaque femme, chaque homme, chaque enfant, qui se présente à ses guichets, il n’y aurait que des bandits, des profiteurs, alors que les soutiens des syndicats, des associations et des partis grandissent (RESF, FSU, CNT, SUD Educ, UD CGT, CGT DDE 13, CGT spectacle, FCPE, MRAP, Ballon Rouge, Témoignage
Chrétien, DAL, Survie, Alternatifs, PCF, LCR, Verts, Snuipp-fsu, Snes-fsu, snipp-snu).

Sommes-nous condamnés à n’être que des proies faciles pour les marchands de sommeil ?
Sommes-nous amenés à n’être que des marchandises sélectionnées selon les besoins du patronat (loi Sarkozy) ?
Allons-nous accepter l’argent de Sarkozy, le bourgeois de Neuilly, pour repartir au pays (loi Sarkozy) ?
NON !

Briser le silence autour de la politique Sarkozy d’immigrés jetables (Loi CESEDA), voilà ce que nous voulons en occupant l’OMI.

Demandons-nous l’impossible ?
L’Espagne, l’Italie, la Belgique ont régularisé un grand nombre de sans-papiers. La France serait-elle si pauvre, si peu fraternelle, pour voir en tout étranger une menace, un coût ?

En occupant l’ancienne OMI, nous voulons rouvrir le dialogue.

NOUS, femmes, enceintes, mariées ou célibataires, pâtissière ou vétérinaire,
NOUS, pères de famille ou célibataires, étudiants, maçon ou ingénieur,
NOUS, enfants scolarisés,

Parce que le capitalisme dans le monde nous oblige à partir ou à mourir, parce que la France a été terre d’accueil, parce que la France représente encore - mais pour combien de temps ? - la patrie des droits de l’homme,

AUJOURD’HUI NOUS DEMANDONS :

- La liberté de circuler librement
- La fermeture des centres de rétention
- Le respect du droit d’asile
- La régularisation de tous les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans
- S’installer et s’épanouir

Collectif des Sans Papiers

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Collectif des sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4490