Une tribune pour les luttes

Ce mercredi 17 mai à 17 h 30 :
rassemblement devant l’Hotel de Ville
pour protester contre la signature d’un accord de coopération
entre la Mairie de Marseille et la Mairie de Jérusalem

Article mis en ligne le mercredi 17 mai 2006

en pièce jointe (et ci dessous),

RTF - 16.7 ko
Tract Gaudin Lupolianski

une première version du tract
à imprimer et à diffuser

RTF - 7.6 ko
Communiqué Gaudin

et le communiqué de la Mairie de Marseille concernant cet événement.


M. GAUDIN MEPRISE LE DROIT INTERNATIONAL
en reconnaissant la politique d’annexion
menée par Israël à Jérusalem
et en accueillant M. LUPOLIANSKI,
aire de la partie israélienne de Jérusalem
(auteur du projet de confiscation « Jérusalem 2000 »)
pour la signature d’un accord de coopération,
ce mercredi 17 mai 2006, à Marseille !

Jérusalem-Est, territoire palestinien occupé depuis 1967 ...

Depuis 1967, la politique israélienne a consisté à installer dans et autour de Jérusalem-Est des colonies de peuplement juives ainsi que des institutions publiques, tout en s’efforçant d’y réduire la présence palestinienne, pratiquant de fait un nettoyage ethnique.

La position israélienne concernant Jérusalem-Est n’a jamais été admise par le reste de la Communauté internationale, qui lui a reconnu le statut de « territoire occupé », mais aussi le statut de « territoire palestinien ». Le Conseil de sécurité de l’ONU affirme dans sa résolution 465 (1980) que « la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, du 12 août 1949, est applicable aux territoires arabes occupés par Israël depuis 1967, y compris Jérusalem ». Israël méprise les résolutions de l’ONU en proclamant, de « droit divin ! », Jérusalem « capitale éternelle d’Israël ».

Le statut de territoire occupé de Jérusalem-Est et l’illégalité de la politique israélienne de colonisation et d’annexion la concernant ont été à nouveau confirmés par la Cour internationale de Justice (CIJ), dans son avis du 9 juillet 2004 concernant les conséquences juridiques de l’édification d’un Mur dans le Territoire palestinien occupé. Elle a rappelé à cet égard, l’application de la résolution 242 du Conseil de sécurité, qui demande le « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit ».

Jérusalem-Est constitue donc un « territoire occupé » auquel s’applique le droit international humanitaire, mais également un « territoire palestinien » sur lequel s’exerce le droit du peuple palestinien à l’autodétermination.

Le Mur construit un « grand Jérusalem israélien » en violation de l’avis de la Cour Internationale de Justice

Le 10 juillet 2005, le gouvernement israélien a validé le tracé du Mur dans la ville, qui atteindra une longueur de 190 kms. Le Mur sépare Jérusalem-Est de ses quartiers, de sa périphérie et de la Cisjordanie. Déjà depuis 2000, les habitants palestiniens de Jérusalem ne peuvent plus se rendre en Cisjordanie sans permis. Construit dans et autour de Jérusalem-Est, le Mur inclut sur son tracé les principales colonies de Jérusalem. Les Nations Unies indiquent que 40% de la population palestinienne de Jérusalem-Est, soit prés de 100 000 Palestiniens détenteurs du permis de résident, seront séparés de la ville par la construction du Mur et risquent de perdre leur statut de résidents. Ceux-ci dépendent de Jérusalem-Est pour tout ce qui est services, soins médicaux, travail et s’acquittent des mêmes taxes que les habitants juifs israéliens de la ville.

Destructions de maisons et expropriations (la municipalité israélienne de Jérusalem a réalisé le plus grand plan de démolition à Jérusalem-Est depuis 1967, dans le quartier Silwan : 88 maisons ont été détruites et 1 000 Palestiniens sont déjà expulsés, 10 000 ordres de démolition ont été édités), menace sur le droit à la Santé (la construction du Mur rend encore plus difficile l’accès aux soins de santé pour la population palestinienne de Cisjordanie), menace sur le droit à l’éducation (le Mur prive élèves, étudiants et professeurs d’un accès libre à la fois aux écoles de Jérusalem-Est et de Cisjordanie), et tramway à Jérusalem (en juillet 2005, deux sociétés françaises, Alstom et Connex sont choisies pour la construction et l’exploitation d’une ligne de tramway, uniquement réservée aux Israéliens, qui reliera Jérusalem-Ouest à deux colonies israéliennes situées à Jérusalem-Est -violation du droit international et de la 4ème Convention de Genève, dont l’article 49 interdit à tout Etat de transférer une partie de sa population sur un territoire qu’il occupe)... autant d’éléments d’une politique raciste et illégale. Voilà l’allié que se choisit M.Gaudin.

En isolant totalement Jérusalem-Est de son arrière pays et de la Cisjordanie et en scindant la Cisjordanie en deux, le Mur rend impossible la création d’un Etat palestinien viable et indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale. Il empêche toute solution politique et devra donc être détruit.

M.Gaudin, vous faites fausse route en choisissant le déni du droit international et en ne reconnaissant que le droit du plus fort.

PALESTINE 13
c/o Mille Bâbords - 61 rue Consolat 13001 MARSEILLE
Tél. 04 91 50 76 04
palestine13 chez tele2.fr
http://www.france-palestine.org/

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4505

Palestine 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30