Une tribune pour les luttes

Ces mots déportés de leur sens

Texte à signer sur la violation du droit international et la désinformation

Article mis en ligne le lundi 24 juillet 2006

Hier « tempête du désert » en Irak, sous les mensonges du gouvernement Bush.

Aujourd’hui « pluie d’été » sous la gouverne d’Israël, avant-garde de l’expansionnisme Etats-Uniens, meurtrissant le peuple palestinien puis libanais, provoquant quotidiennement dans les deux cas, des centaines de morts civils, résistants, détruisant villes et villages.

Ce sont autant de violations de territoires, d’usages forcenés d’armes les plus meurtrières, appelés « opération » ou « crise du proche Orient « par la majorité de la presse, pour ne pas nommer « guerre » ce qui en est une se déroulant du côté israélien dans des proportions démesurées mais surtout au mépris depuis des années des lois internationales, et des résolutions de l’ONU.

On parle dans les rangs des gouvernants Français de droit d’Israël à l’autodéfense lorsque trois soldats de la deuxième armée du monde ont été enlevés, mais on n’invoque pas le même droit à l’autodéfense du peuple Palestinien, sans Etat et sans armée, dont des dizaines de représentants démocratiquement élus, sont pris en otage, des milliers de combattants, de militants et de simples suspects jugés illégalement sont détenus dans les prisons israéliennes.

Deux poids deux mesures produisent depuis des décennies la plus grande injustice.

Quels autres massacres et climats de terreur l’Etat d’Israël devra-t-il générer pour que soit prononcée la moindre sanction, manifestée la moindre réprobation ?
Comme si les mots n’avaient plus que le sens de ceux qui en capturent le sens, qui prennent en otage le langage pour le profit d’une pensée totalisante, totalitaire : cette même pensée qui fait de résistants civils armés « des terroristes » et de civilisations, des axes du bien et du mal.

Nous ne nous laisserons pas leurrer par le dévoiement des termes ; la guerre que depuis plusieurs années Israël mène au nom de son autodéfense, a pour seule fin de détruire physiquement le peuple palestinien, d’empêcher toute formation d’un Etat palestinien par l’émiettement des territoires dont une gestion libre et autonome est devenue impossible.

Cette guerre qui aujourd’hui atteint une fois encore le Liban se déroule selon une volonté de destruction massive des hommes et des biens. Elle n’a rien d’une réplique d’autodéfense mais s’inscrit comme une réelle agression criminelle programmée depuis longtemps.

Jusqu’à quel irréparable, intolérable s’il n’est déjà atteint, l’Etat D’Israël va-t-il aller en bénéficiant de l’impunité la plus totale, conséquence à la fois des stratégies impérialistes et de la lâcheté des autres pays dont la France qui n’ont plus de réflexe qu’humanitaire sans influence sur le plan politique et la scène internationale.

C’est au nom de l’éthique et de principes politiques fondamentaux comme ceux du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à voir leur souveraineté respectée par leurs voisins, que nous exigeons les sanctions qui s’imposent contre l’entreprise Israélienne de destruction massive du Liban, de la Palestine, afin de prévenir de telles entreprises sur d’autres territoires, contre d’autres pays.
Nous exigeons de même l’intervention de la communauté internationale et de la France en particulier pour peser de tout leur poids en vue de la création et la reconnaissance d’un Etat Palestinien doté d’une pleine et entière souveraineté, seule garantie d’une paix durable dans cette région.

Premiers signataires :
Philippe Tancelin (poète philosophe), Alain Brossat(philosophe), Roland Lombard (dir. CNRS retraité), Zouzi Chebbi (poète-philosophe), Marie-Léone MORANDI (Gérante de société), Roberto MORANDI (Photograveur), Anthony JORET (Photograveur), Armelle Chapmann (étudiante), Nicole Barrière (poète), Philippe zarifian (Professeur de sociologie)

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 7 mars 2012 à 15:52, par Rencontre mature

    Je dirai que quelques images manquent sur blog !

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 645