Une tribune pour les luttes

Lettre de Beyrouth 1

Nous allons bien, et vous ?

par Roger Assaf, Issam Bou Khaled, Kamal Chayya, Rawya El Chab, Zeina Saab De Melero, Said Serhan, Fadi el Far, Tarek Atoui, Hagop Der Ghougassian, Abdo Nawar, Hanane Hajj Ali, Abder Rahman Awad, Zeinab Assaf, Bernadette Houdeib, Cynthia Zaven, Ibrahim Serhan...

Article mis en ligne le vendredi 4 août 2006

Nous publions ci-dessous la première d’une série de lettre d’une troupe de théâtre qui se trouve à beyrouth et qui maintient ses portes ouvertes pour rester un lieu d’échanges, de réflexions pour tous ceux qui le souhaitent.

Des victimes des bombardements israéliens traitées à l’hôpital de Saida (sud Liban) ont montré des signes évidents d’usage d’armes chimiques. La source est un médecin belgo libanais, Dr Bachir Cham, dirigeant un hôpital à Saida (sud Liban) qui a donné une conférence de presse par téléphone à Bruxelles. "les cadavres ne sont pas habituels. Suite à l’explosion, il n’y a pas eu d’hémorragie, ni d’hématome sous-cutané. Les cheveux et parfois la barbe et la moustache sont restés intacts. Il n’y a pas de traces d’un souffle. La couleur de la peau est noire comme une chaussure mais elle n’est pas calcinée, ni brûlée.J’ai l’impression qu’un produit toxique pénètre dans le corps par la peau. La mort est presque certaine à 100%"

A nos amis juifs,

A tous nos amis,

Permettez-nous exceptionnellement cette distinction qui ne fait guère partie de notre terminologie habituelle

C’est avec le plus grand respect pour tous que je m’adresse à vous en ces termes, le respect est parfois plus important que l’amour, et en tout cas une condition nécessaire de l’amour

Cette adresse particulière vient en réponse aux manifestations de solidarité de membres de la communauté juive dans plusieurs endroits du monde (cinéastes israéliens à la biennale du cinéma arabe, comité des femmes juives pour la fin de l’occupation sioniste, juifs de la coalition torontoise pour mettre fin à la guerre, etc...).

A l’heure qu’il est, les dogmes du Grand Inquisiteur Bush affirment que la condition essentielle pour que le "monde libre" répande sa "religion" (démocratie, droits des hommes, libertés...) c’est la destruction de la chose "terroriste" et du milieu vivant où elle pousse. Le "droit à la défense" d’un Etat fait partie de ces dogmes intangibles et imposés comme vérité indiscutable et garantit une immunité absolue aux crimes et aux carnages commis à ce titre. Ce n’est pas une stratégie, c’est l’épouvantable simplicité d’un cerveau rétréci, fermé à toute réflexion, incapable de dialogue, obnubilé par son rôle d’Ange Exterminateur, en Afghanistan, en Irak, en Palestine, au Liban, (en attendant la Syrie, l’Iran et qui sait, plus tard peut-être l’Europe qui, comme le Proche-Orient, accueille et abrite la vermine terroriste qui menace le monde libre !).

Comment des juifs israéliens, après la Shoah, peuvent-ils participer à cette folie génocidaire, à cette entreprise d’extermination ethnique à caractère raciste et paradoxalement antisémite ? George Bush appartient à un pays dont l’histoire est déjà fondée sur cette stratégie claire et d’une effrayante simplicité : les "indiens" avaient tort d’exister sur le sol que les "blancs", Bible en main, s’appropriaient au nom de leur "légitimité" de civilisateurs chrétiens porteurs des valeurs occidentales, il convenait de massacrer le plus grand nombre de "sauvages" (coupables d’atrocités sur la population blanche "innocente"), puis de les parquer dans des réserves, les priver de libre circulation, les réduire à la misère et au désespoir. L’afflux constant de nouveaux colons aidant, cette monstrueuse stratégie réussit pleinement et fonda les USA dont les Bush(s) père et fils sont les guides inspirés de l’Amérique d’aujourd’hui.

Mais cette fois, la "méthode" américaine a échoué.

Le mensonge fondateur de l’Etat d’Israël : "une terre sans hommes pour des hommes sans terre", s’est heurté à l’existence d’un peuple palestinien et d’un immense environnement humain qui est loin de ressembler à l’immensité sous-peuplée de l’Amérique du Nord.

Et surtout, à mon humble et fraternel avis, le peuple rescapé de la Shoah, victime d’une atroce barbarie génocidaire, n’a pu poursuivre son projet politique et s’en donner les moyens qu’en vendant son âme à ceux-là mêmes qui sont passés maîtres dans ce procédé d’une monstrueuse efficacité : les américains et les britanniques (en Australie), associés aujourd’hui dans cette formidable machine à écrabouiller les idéaux et à éradiquer les sentiments éthiques. La société israélienne est intoxiquée jusqu’à en perdre la raison par les "pilules" qu’elle ingurgite à doses massives : "sécurité d’Israël" et "lutte contre le terrorisme". D’une part la peur, le besoin d’avoir peur, le besoin de croire qu’elle est menacée par des monstres mythiques que son armée prétendue invincible écrase mais qui se reconstituent (le Nassérisme, puis le Fath, puis le Hamas et le Hezbollah...), et d’autre part la certitude de sauver l’humanité entière des forces du mal et d’être le fer de lance du "monde libre" contre les méchants sauvages.

C’est pour tout cela qu’aujourd’hui nous saluons avec une chaleureuse fraternité et une espérance timide les juives et les juifs du monde qui refusent l’engrenage de la terreur et de la haine, et veulent, avec nous, comme nous, dénoncer avec la plus tenace des volontés et la plus patiente des énergies "le" Crime contre l’humanité, le seul, celui commis par Caïn qui tua la moitié de l’humanité d’alors parce qu’il croyait qu’elle était l’obstacle à son bonheur, celui de George Bush qui est encore plus grand, parce qu’il fait croire au monde que le bonheur et la paix universelle dépendent de l’élimination des obstacles à ses appétits impériaux (qu’il s’agisse de la moitié de l’humanité ou davantage). Dans cette logique, les enfants dans les camps palestiniens ou les enfants dans les villages du Liban Sud sont des dangers potentiels qu’on a le droit d’éliminer, le droit international s’efface devant le droit à la défense d’un Etat et la légitimité de la lutte contre le terrorisme.

Plus de cent raids aériens par heure n’ont pas eu raison de la résistance du village de Bint Jbeil, verrou important de la région frontalière du Jabal Amel.

La CNN, pour faire croire au monde que le Hezbollah se sert d’un bouclier humain, utilise des images filmées ailleurs (probablement en Irak) montrant des combattants vêtus de noir avec des lance-roquettes dans les rues d’un village qui ne ressemble en rien aux villages libanais.

Détruire, tuer, bombarder, écraser... et après ? Et si l’armée israélienne (la deuxième puissance militaire du monde, nous dit-on) échouait dans son entreprise ? Israël possède un arsenal atomique. De nouvelles bombes, de dimensions réduites, tuent par aspiration de l’oxygène toute forme de vie à l’intérieur d’un périmètre déterminé. La tentation est réelle. Elle est latente.

Nous allons bien,

nous ne dépendons pas de l’autorité de Bush

nous n’attendons pas les résolutions de l’ONU pour savoir quoi faire de notre temps

nous sommes libres et en paix

nous jouissons sans restrictions de nos mutuelles différences

nous allons bien, mais vous ?

Beyrouth le 25 juillet 2006

Roger Assaf, Issam Bou Khaled, Kamal Chayya, Rawya El Chab, Zeina Saab De Melero, Said Serhan, Fadi el Far, Tarek Atoui, Hagop Der Ghougassian, Abdo Nawar, Hanane Hajj Ali, Abder Rahman Awad, Zeinab Assaf, Bernadette Houdeib, Cynthia Zaven, Ibrahim Serhan...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1200