Une tribune pour les luttes

Répression des militants du RESF :
une tentative d’intimidation scandaleuse

Article mis en ligne le mercredi 20 décembre 2006

Les Verts jugent scandaleux le placement en garde à vue du porte-parole marseillais du Réseau Education Sans Frontières (Florimond Guimard) et d’une autre militante de ce mouvement citoyen souhaitant rester anonyme.

Ce matin à Marseille, alors que le Réseau Education Sans Frontières appelait à manifester pour empêcher une nouvelle expulsion de deux papas d’enfants scolarisés sans papiers, deux militants de ce même Réseau étaient placés en garde à vue où ils se trouvent toujours. Le motif de leur placement serait des actes de « violence sur force de l’ordre » lors d’une manifestation à Marignane qui a permis d’empêcher l’expulsion par voie aérienne de M. Douibi le 11 novembre. A cette manifestation du 11 novembre plusieurs militants Verts étaient présents dont la Présidente départementale Marianne Moukomel qui n’a constaté aucun acte de violence à l’encontre des forces de l’ordre à cette occasion.

Nous conjurons le Ministre de l’Intérieur d’arrêter cet acharnement à l’encontre des familles sans-papiers et de leurs soutiens qui sape notre honneur de patrie des droits de l’Homme et de terre d’accueil et trouble la vie d’établissements scolaires déjà en proie à de nombreux handicaps et à de lourdes inégalités sociales.

A la veille des fêtes de fin d’année, redonnons tous son sens au troisième mot de notre devise trinitaire : FRATERNITE. La République se doit d’être généreuse et accueillante. Elle ne peut sans menace sur son existence même réprimer sans vergogne ceux qui luttent pour soutenir ceux qui veulent rester dans le pays où souvent leurs enfants sont nés, où ils ont leurs attaches et travaillent ; elle ne peut que reconnaître comme frères ceux qui luttent pour que les enfants copains de classe de leurs enfants puissent continuer à étudier dans la sérénité.

Nous demandons avec force au Ministre de l’Intérieur de cesser cette tentative de criminalisation du mouvement de soutien aux familles sans papiers qu’incarne le Réseau Education Sans Frontières qui trouve un écho majoritaire dans l’opinion publique et dans l’ensemble des écoles de France et de Navarre. Il ne serait pour personne profitable que ce mouvement se radicalise.

Nous demandons la libération immédiate des deux militants placés en garde à vue ainsi que l’édiction d’une nouvelle circulaire établissant un moratoire sur les expulsions des familles sans papiers ayant des enfants scolarisés et d’étudiants majeurs poursuivant des études en France.

Nous soutenons dans le cas d’une alternance en 2007, une vaste régularisation des familles sans-papiers à l’instar de ceux que nos voisins européens ont fait ces deux dernières années.

Déclaration de :

DOMINIQUE VOYNET (candidate des Verts à l’élection présidentielle)

CECILE DUFLOT (secrétaire nationale des Verts)

Et MARIANNE MOUKOMEL (Présidente du CNIR -Parlement des Verts- et des Verts 13)

Contact PRESSE : Sébastien BARLES (secrétaire général du groupe des élus Verts)

sbarles chez regionpaca.fr 04 91 57 52 09 // 06 75 00 63 31

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475

Les Verts c'est aussi ...

0 | 5 | 10