Une tribune pour les luttes

Appel au Parlement européen et à la Commission européenne

contre la construction du tramway à Jérusalem par des entreprises françaises

à l’initiative des Femmes en Noir Marseille

Article mis en ligne le vendredi 12 janvier 2007

TRAMWAY DE JERUSALEM =
Prolongement du Mur d’Apartheid

Le gouvernement français s’est rendu complice du non-respect d’un avis du Conseil de Sécurité de l’ONU. Cet avis du 9 juillet 2004 stipule que les états doivent « ne fournir à Israël aucune assistance qui serait utilisée spécifiquement pour les colonies de peuplement des territoires occupés », colonies qui abritent 450.000 colons israéliens (dont 180.000 à Jérusalem-Est).

En effet Véolia-Vivendi (transports) et Connex, entreprises bien connues à Marseille ont été choisies par le gouvernement israélien sous l’égide de l’Ambassadeur de France. L’accord a été signé à l’ambassade de France à Tel-Aviv le 17 juillet 2005. Ces entreprises françaises construiront le tramway qui reliera Jérusalem-Ouest habitée par les Israéliens aux colonies illégalement construites en traversant Jérusalem-Est : territoires palestiniens.

Ehud Olmert poursuit la colonisation par la construction de 3.500 logements desservis par le tramway français et par l’extension de toutes les colonies.
Nos interpellations auprès du Président de la République, du Premier Ministre, du Ministre des Affaires Etrangères et de nos députés sont restées sans réponse. Il nous faut maintenant nous adresser aux dirigeants des entreprises, eux-mêmes.

Exigeons du Parlement européen et de la Commission européenne une intervention rapide et efficace sur ces dirigeants. Nous vous demandons de soutenir cette action des Femmes en Noir Marseille en signant cette pétition et en la renvoyant à Femmes en Noir, C/o Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001 Marseille.

PDF - 50.5 ko
Pétition
à retourner à Femmes en Noir C/o Mille Bâbords

- 
- 

Résolutions des Nations Unies

- La Résolution 181 de l’Assemblée Générale des Nations Unies 3ème Partie Ville de Jérusalem A Régime Spécial : La ville de Jérusalem sera cosntituée en Corpus Separatum sous un régime international spécial et sera administrée par les Nations Unies
- Résolution (267) du Conseil de Sécurité de l’ONU au sujet de la Modification du Statut Juridique de Jérusalem en date du 3 juillet 1967

4. Confirme que toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël qui
ont pour effet d’altérer le statut de Jérusalem, y compris l’expropriation de terres et de biens immobiliers, sont non valides et ne peuvent modifier ce statut ;

5. Demande d’urgence une fois de plus à Israël de rapporter immédiatement toutes les mesures prises par lui qui peuvent tendre à modifier le statut de la ville de Jérusalem et de s’abstenir à l’avenir de toutes dispositions susceptibles d’avoir un tel effet ;

- Résolution 465 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 1er Mars 1980

6) Déplore vivement qu’Israël persiste et s’obstine dans ces politiques et pratiques et demande au Gouvernement et au peuple israélien de rapporter ces mesures et démanteler les colonies de peuplement existantes, et en particulier, de cesser d’urgence d’établir, édifier et plannifier des colonies de peuplement dans les terrioires arabes occupés depuis 1967, y compris Jérusalem ;

7) Demande à tous les Etats de ne fournir à Israël aucune assistance qui serait utilisée spécifiquement pour les colonies de peuplement des territoires occupés

- La Résolution 476 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 30 juin 1980 qui

3. Confirme à nouveau que toutes les mesures et dispositions législatives prises par Israël, la puissance occupante, en vue de modifier le caractère et le statut de la Ville sainte de Jérusalem n’ont aucune validité en droit et constitue une violation flagrante de la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre et dont en outre gravement obstacle à l’instauration d’une paix d’ensemble, juste et durable au Moyen Orient ;

4. Réaffirme que toutes les mesures qui ont modifié le caractère géographique et historique de la Ville sainte de Jérusalem sont nulles et non avenues et doivent être rapportées en application des Résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité

- La résolution 478 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 20 août 1980 qui

a. Considère que toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, la puissance occupante, qui ont modifié ou visent à modifier le caractère et le statut de la Ville sainte de Jérusalem, et en particulier la récente « loi fondamentale » sont nulles et non avenues et doivent être rapportées immédiatement

b. Affirme également que cette action fait gravement obstacle à l’instauration d’une paix d’ensemble juste et durable au Moyen-Orient

c. Décide de ne pas reconnaître la « loi fondamentale » et les autres actions d’Israël qui, du fait de cette foi, cherchent à modifier le caractère et le statut de Jérusalem et démande à tous les Etats Membres d’accepter cette décision

4ème Convention de Genève

Section II Article 53 : Il es interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou immobiliers, appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées, à l’Etat ou à des collectivités publiques, à des organisations sociales ou coopératives, sauf dans les cas où ces destructions seraient rendues absolument nécessaires pour des opérations militaires.......

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Femmes en Noir c'est aussi ...

0 | 5 | 10