Une tribune pour les luttes

Pétition

Il faut libérer M. Tarhan, père d’élèves scolarisés à Marseille et qui a choisi la France comme terre d’accueil

M. TAHRAN, maintenu en rétention par le JLD passera samedi 20 à 14 heures au TA de Marseille (22 rue Breteuil, 13006) pour demander l’annulation de son APRF (arrêté préfectoral de reconduite à la frontière)

Article mis en ligne le vendredi 19 janvier 2007

Pétition :

Niyazi Tarhan est un papa d’élève de l’école Chabanon dans le 6° arrondissement de Marseille.

Elanur sa fille est élève dans la classe de CE2-CM1. Petite fille discrète et sérieuse, elle est aujourd’hui malheureuse.

Umit, son fils, est élève en classe de CE1. Joueur, bon camarade, il est depuis mardi triste.

Mohamed, 14 mois rejoindra dans quelques temps la maternelle des Bergers. Il suivra ainsi la trace de ses aînés mais il cherche, de ses grands yeux ronds, la figure paternelle.

Sa compagne, mère de ses enfants, que nous voyons chaque jour à l’école est maintenant désemparée. A quelques semaines de la naissance du petit dernier, l’avenir lui paraît soudain si sombre.

Mr Tarhan, a été arrêté, alors qu’il allait travailler pour assurer une vie digne à ses enfants. Parce qu’il n’avait toujours pas été régularisé malgré ses nombreuses demandes, il a été placé au Centre de Rétention Administrative du Canet à Marseille. Ce père d’origine kurde risque ainsi l’expulsion vers la Turquie qu’il avait fuie. Quel sort lui sera réservé à son retour ? Une guerre larvée oppose depuis de nombreuses années l’armée turque et la guérilla kurde. C’est ce qu’on appelle pudiquement "la question kurde". C’est ainsi cette guerre qui a poussé cette famille sur les routes de l’exil. Expulser ce père, c’est nier ce conflit, briser et mettre en danger toute une famille.

En juin , lorsque la circulaire est parue, la famille avait toutes les chances d’être régularisée car elle remplissait parfaitement tous les critères énoncés. Hélas, rideau de fumée et tour de magie, il n’était plus question cet été de critères mais de quotas.

Au nom de nos principes républicains,

Monsieur Tarhan doit être libéré,

retrouver son épouse et ses enfants et obtenir le statut de réfugié.

Elanur, Umit et Mohamed doivent pouvoir grandir, s’épanouir, étudier, et vivre

comme tous les enfants.

NOM ADRESSE QUALITÉ SIGNATURE

Renvoyer à

jmmuggianu chez free.fr

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650