Une tribune pour les luttes

Prolifération nucléaire : la France dans l’illégalité, trois militants de Greenpeace condamnés !

Article mis en ligne le lundi 2 avril 2007

Hier 27 mars, la cour d’appel de Rennes a condamné trois militants de Greenpeace, dont Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France, à 2 mois d’emprisonnement avec sursis et à une amende délictuelle de 2000 euros chacun. Ces militants avaient mené symboliquement et publiquement une mission d’inspection citoyenne des installations nucléaires de la base militaire de l’Ile Longue le 15 mai 2005.

« Pour la première fois depuis plus de quinze ans, des militants de Greenpeace sont condamnés en France à des peines d’emprisonnement, même avec sursis. Ces peines sont totalement disproportionnées pour une action symbolique et publique, menée dans le cadre d’une manifestation nautique organisée par des associations locales opposées au développement de l’arsenal nucléaire sur la base de l’Ile Longue » déclare Maître Alexandre Faro, avocat de Greenpeace.

Greenpeace avait engagé cette action symbolique dans l’esprit des missions d’inspection impromptues menées par les Nations Unies et l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) pour vérifier le respect des engagements pris dans le cadre du Traité de Non Prolifération (TNP). Dans le cas de la France qui a ratifié le TNP en 1992, il s’agissait de dénoncer la violation de son engagement à désarmer, conformément à l’article VI du Traité qui stipule : « Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ».

« A la base militaire de l’Ile Longue se trouvent 288 têtes nucléaires, soit l’équivalent de 2000 fois la puissance destructrice d’Hiroshima ! Comme si cela ne suffisait pas, la France continue de développer son arsenal pour le rendre encore plus destructeur avec notamment de nouveaux missiles M-51 » déclare Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France. « Ce faisant, la France alimente une nouvelle course folle à l’armement nucléaire dans le monde ».

« La doctrine nucléaire française, décidée sans aucun débat démocratique, constitue un formidable et dramatique encouragement pour des Etats qui n’attendent que ça pour s’affranchir à leur tour de leur engagement à ne pas développer l’arme atomique » ajoute Yannick Jadot. « »Alors que les Français vont élire un nouveau président de la République, il est indispensable que le débat démocratique dépasse la seule question « anecdotique » du nombre de sous-marins. C’est du rôle de la France dans la prolifération nucléaire dont il s’agit ! »

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475

Greenpeace Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20