Une tribune pour les luttes

Une quarantaine de villes contre la loi Hortefeux le samedi 20 octobre 2007

Article mis en ligne le samedi 20 octobre 2007

Amiens, Angers, Annecy, Avignon, Besançon, Bordeaux, Caen,
Châteaubriant, Clermont-Ferrand, Dijon, Dôle, Grenoble, Laon, Le Havre,
Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Méru, Metz,, Montpellier, Moulins,
Mulhouse, Nancy, Nantes, Nîmes, Orléans, Paris, Poitiers, Privas, Rennes, Rouen, Saint-Nazaire, Strasbourg, Toulouse, Tours, Troyes

NON, la loi Hortefeux n’est pas adoptée. Le samedi 20 octobre, nombreuses seront les organisations et les personnes qui viendront dire et crier leur refus de ce projet (à Paris, la manifestation part du métro Belleville).

NON aux tests ADN, NON aux atteintes toujours plus violentes aux droits de la famille.

NON à lente agonie du droit d’asile.

NON et encore NON à la politique du chiffre en matière d’éloignement, et aux rafles qui vont avec sous prétexte que la fin justifierait les moyens les plus intolérables.

NON aux poursuites pour délits de solidarité.

Et NON aussi à la nouvelle possibilité de régularisation par l’emploi introduite dans le projet de loi, bien que cette innovation permette à une minorité de sans-papiers d’espérer un titre de séjour. Le gouvernement admet enfin une évidence qu’il niait jusqu’alors en toute mauvaise foi : dans leur immense majorité, les sans-papiers travaillent. Mais, au lieu de reconnaître un droit au séjour à quiconque peut se prévaloir d’un travail ou d’une promesse d’embauche, le gouvernement permet aux préfets de régulariser les seuls travailleurs sans papiers employés dans les secteurs « sous tension » de l’économie française. Autrement dit, 1) les travailleurs sans papiers n’ont aucun droit en tant que personnes ; 2) leur accès éventuel au titre de séjour dépend du service qu’ils rendent à la France ; 3) seule une petite minorité d’entre eux bénéficieront de la réforme.

Non à un « codéveloppement » à l’envers qui voit encore et toujours les plus pauvres contraints à enrichir les plus riches.

Le samedi 20 octobre 2007, plus de 30 villes protestent (Châteaubriant le 22 octobre, et Clermont-Ferrand le 24) .

Des universitaires, des personnel de l’OFPRA, des enseignants, des magistrats, des avocats, des inspecteurs et contrôleurs du travail, et beaucoup de citoyens et de militants se rassemblent pour dire OUI aux résistances à cette politique indigne.

Paris, 20 octobre 2007

UCIJ - Uni(e)s contre l’immigration jetable
RESF - Réseau Education sans frontières
CSP - Collectifs de sans-papiers d’Ile de France

Retour en haut de la page

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4505

RESF 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 495

Uni(e)s contre une immigration jetable (UCIJ) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25