Une tribune pour les luttes

Pétition de Médecins du Monde

Médecine et immigration : non aux liaisons dangereuses !

Article mis en ligne le dimanche 28 octobre 2007

Paris, le 24 octobre 2007 -

Médecins du Monde lance une pétition à la signature des soignants et des scientifiques contre l’utilisation des sciences médicales au service des politiques migratoires. Outre le retrait de l’"amendement ADN", MdM demande la fin des pressions exercées sur les médecins inspecteurs de santé publique concernant le droit au séjour des étrangers gravement malades. L’association revendique également un droit à la désobéissance déontologique dans le cadre d’actes relevant non pas de l’intérêt médical mais du contrôle de l’immigration.

PETITION

Les sciences et la médecine ne doivent pas devenir des outils au service des politiques migratoires.

ONG médicale présente en France et à l’étranger, nous voyons s’installer par touches successives une logique inquiétante : celle qui consiste à instrumentaliser les sciences médicales et les médecins comme supplétifs de la maîtrise de l’immigration.

Ainsi,

- La circulaire de février 2006 permettant l’arrestation des étrangers dans les structures de santé,

- Les pressions exercées sur les médecins inspecteurs de santé publique pour influencer les décisions d’expulsions des étrangers gravement malades,

- Les évacuations musclées pour des raisons sanitaires des campements de fortune occupés par les Rroms,

- Le calcul de l’âge osseux sur des adolescents pouvant conduire à leur exclusion de la protection de l’enfance et à leur expulsion si ces examens établissent que ce sont des « adultes biologiques »,

- L’amendement « Mariani » sur la pratique des tests ADN dans le cadre du regroupement familial, instaurant une discrimination inacceptable dans la preuve de filiation.

Autant d’utilisations de la médecine à des fins autres que le soin.

Le lien entre pauvreté et migration est une évidence : 100% des étrangers vus en consultations par Médecins du Monde vivent en dessous du seuil de pauvreté. On ne peut survaloriser la place des étrangers en matière de sécurité et la minorer quand on parle de pauvreté.

Les acteurs de la santé doivent pouvoir refuser toute action qu’en conscience ils estiment relever de la maltraitance ou de la discrimination.

Avec Médecins du Monde, je réclame :

1. La saisine par les parlementaires du Conseil Constitutionnel afin d’obtenir le retrait de l’amendement Mariani permettant le recours aux tests ADN

2. L’arrêt de toutes pressions administrative et/ou politique sur les médecins inspecteurs de santé publique concernant le droit au séjour des étrangers gravement malades,

3. Un droit de désobéissance déontologique de la part de tous les professionnels de santé qui pourraient être amenés à prescrire ou à réaliser des actes utilisant les sciences médicales non pas dans l’intérêt médical de la personne mais dans le cadre des lois de l’immigration.

Si vous êtes une association, un syndicat, un service hospitalier, etc : signez en tant qu’organisme

Si vous vous êtes scientifique ou professionnel de la santé, signez la pétition en tant que profession médicale

Nous appelons tous les citoyens à rejoindre cet appel.

Signatures sur le site de Médecins du Monde :

www.medecinsdumonde.org/fr/


Tribune Médecine et politique migratoire : la liaison dangereuse - Par Pierre Micheletti - Président de Médecins du Monde

(...) nous voyons s’installer par petites touches successives une logique qui nous inquiète : celle qui consiste à utiliser les sciences médicales et les médecins comme supplétifs de la maîtrise de l’immigration...

24 octobre 2007

Comme d’autres associations intervenant dans le champ de la solidarité, Médecins du Monde a été récemment convié par le Président de la République à une réunion de travail sur la pauvreté en France.

Médecins du Monde avait ce jour-là plus particulièrement vocation à intervenir sur les aspects spécifiques liant santé et précarité.

En préambule, nous avons souhaité profiter de l’opportunité que nous donnait le chef de l’Etat de le rencontrer pour lui exprimer la réprobation de notre association de voir utilisées les sciences et la médecine comme outils au service de politiques migratoires.

Cette introduction faisait en particulier référence à la pratique des tests ADN dans le cadre du regroupement familial des étrangers présents sur le territoire français.

Le chef de l’Etat a considéré cette partie de notre intervention comme nulle et non avenue.

Pas pour Médecins du Monde.

Pour nous le lien entre pauvreté et migration est une évidence, même si les opinions exprimées par les participants lors du tour de table furent assez elliptiques sur la question.

Le public auprès duquel Médecins du Monde intervient est composé à 80% d’étrangers.

20% des personnes rencontrées vivent à la rue.

40% occupent des logements précaires dont ils peuvent être renvoyés du jour au lendemain vivant ainsi dans une insécurité totale.

86% sont sans couverture maladie au moment où nous les rencontrons.

100% vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Ces constats s’imposent à nous.

Nous ne pouvions donc participer à ce tour de table sans rendre explicite la question des étrangers.

De la place particulière qui est la nôtre, celle d’une ONG médicale, nous voyons s’installer par petites touches successives une logique qui nous inquiète : celle qui consiste à utiliser les sciences médicales et les médecins comme supplétifs de la maîtrise de l’immigration.

La circulaire de février 2006 permettant l’arrestation des étrangers dans les structures de santé ; les pressions exercées sur les médecins inspecteurs de santé publique pour influencer les décisions d’expulsions des étrangers gravement malades ; les évacuations musclées pour des raisons sanitaires des campements de fortune occupés par les Rroms ( ces mêmes Rroms que l’on laisse parfois s’installer dans de véritables cloaques) ; le calcul de l’âge osseux sur des adolescents pouvant conduire à leur exclusion de la protection de l’enfance et à leur expulsion si ces examens établissent que ce sont des « adultes biologiques », illustrent nos inquiétudes.

Le texte sur la pratique des tests ADN, même en grande partie vidé de sa substance par la Commission mixte paritaire, n’en garde pas moins toute sa force symbolique dans un tel contexte.

Il instaure une discrimination inacceptable dans la preuve de filiation, à des fins de contrôle.

Médecins du Monde est ainsi parfaitement dans son rôle en ayant interpellé Mr Sarkozy sur ces questions.

Le Président de la République a considéré qu’il s’agissait d’un hors sujet.

On ne peut survaloriser la place des étrangers en matière de sécurité et la minorer quand on parle de pauvreté.

Cette incompréhension résume tout le problème.

Pierre Micheletti

Président de Médecins du Monde

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650