Une tribune pour les luttes

Communiqué de presse du 31 décembre 2007

Pas de trève des confiseurs pour les médecins de la permanence des soins hospitaliers

Article mis en ligne le vendredi 4 janvier 2008

L’ensemble des médecins anesthésistes réanimateurs (SNMARNU ET SNPHAR)
vient de déposer un préavis de grève des gardes et astreintes à partir du 3 janvier 2008,
rejoignant les urgentistes en grève depuis le 24 décembre (AMUF et SAMU de France).

Il s’agit là d’une première, du jamais vu dans le paysage social hospitalier.

Ces 4 syndicats, regroupés depuis le 16.11/2007 dans une Fédération de la
Permanence des Soins avaient pourtant prévenu les autorités par lettre à Mme Bachelot le
19/11/ 2007 : ce rassemblement de praticiens, en première ligne 7 jours sur 7 et 24 heures sur
24 pour assurer un maillage sanitaire auprès de patients souvent en état grave, devait alerter
les pouvoirs publics de la nécessité d’agir pour redonner à la permanence des soins son
attractivité.

Notre demande de rendez vous urgent avec Mme Bachelot a été négligée. Peut-être
nos propositions dérangent-elles ?

Une pseudo-négociation est proposée le 7 janvier, à laquelle nous ne sommes pas
conviés : effet d’annonce car les 4 présidents d’intersyndicales invités sont peu concernés par
la permanence des soins et auront moins d’une heure pour négocier.

La FPSH rappelle qu’elle a conçu des propositions qui pourraient redonner de
l’attractivité aux carrières de la permanence des soins, qui ont été jugées intéressantes par les
conseillers techniques rencontrés mais sans décision. Ces propositions mettent pourtant en
perspective celles du Président de la République sur les heures supplémentaires, le CET et la
récompense du travail. Pour les présenter aux personnes ayant véritablement du poids, la
Fédération de la Permanence des Soins Hospitaliers doit être reçue très rapidement es
qualité.

Le mouvement de grève, qui pour l’instant n’est qu’un avertissement, va s’amplifier et
durer tant qu’un protocole d’accord ne sera pas signé.

Il est primordial que l’année 2008 soit une meilleure année que 2007 pour l’avenir de
l’hôpital, sans quoi les usagers devront être avertis que bientôt ils ne pourront plus être pris en
charge avec la sécurité qu’ils sont en droit d’attendre de leur service public. L’évolution vers
l’hôpital-entreprise avec les nouveaux modes de tarification qui poussent à privilégier certains
actes plus rémunérateurs que d’autres, un management plus dirigé vers la protection de castes
que vers une vraie gestion, nous obligent, en tant que médecins hospitaliers temps plein à
alerter des choix faits et à venir et de leurs conséquences.

Dr James Brodeur Dr Patrick Pelloux Dr Michel Dru Dr Marc Giroud

www.snmarnu.org

www.amuf.fr

www.snphar.com

www.samu-de-france.fr

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | ... | 985 | 990 | 995 | 1000 | 1005 | 1010 | 1015 | 1020 | 1025 | 1030