Une tribune pour les luttes

Ce que j’ai vu et entendu hier soir, 7 février 2008, sur France 2 lors de l’émission « Envoyé spécial » et de la séquence « Expulsions mode d’emploi »

Article mis en ligne le samedi 9 février 2008

J’ai vu et entendu une femme hurler son désespoir dans un avion qui l’emmenait là où elle ne voulait pas aller. Je l’ai entendu hurler « Détachez moi, détachez moi ! »

J’ai vu et entendu un policier dans une gare parisienne dire à la caméra : « Ils vont travailler tôt et ça permet de faire des tirs groupés »

J’ai vu et entendu un autre policier affirmer « C’est pas une rafle car en 1944 on ne leur disait pas bonjour monsieur en les arrêtant »

J’ai vu et entendu un policier crier à une femme congolaise sans papiers, complètement paniquée, entourée de 6 policiers malabars « Attention, pas de violences à notre égard »… Une pauvre femme face à 6 policiers !

J’ai vu et entendu un jeune homme noir, raflé parce qu’il était noir, « mais » avec des papiers en règle, dire aux policiers son indignation d’avoir été raflé à la couleur de sa peau. Noir, mais heureusement né sous une bonne étoile, celle qui donne des papiers, pas celle qui vous envoie là où vous ne voulez pas aller.

J’ai vu et entendu un commandant de police dire, à propos des enfants détenus dans ce centre de rétention ,dont il a la responsabilité « Un enfant n’a pas de statut, il accompagne ses parents »

J’ai vu et entendu l’un de ces enfants, une petite fille détenue dire à la caméra : « Je veux realler à l’école »

J’ai vu et entendu le représentant de la CIMADE lire à cette petite fille une lettre de solidarité que ses copines d’école venait de lui envoyer et qui venait d’arriver au courrier.

J’ai vu et entendu Saïd simulant le rôle de l’expulsé modèle, collaborant jusqu’au pied de la passerelle de l’avion puis subitement redevenir lui-même et refusant d’embarquer…J’ai vu autour de lui 7 ou 8 policiers médusés n’osant pas se jeter sur lui comme ça se passe souvent avec les expulsés rebelles qu’on enfourne ligotés, saucissonnés à l’horizontale, à Roissy, Marignane ou Lyon Satolas. Le reportage ne dit rien sur la suite de son voyage retour au CRA ou de sa mise en garde à vue.

J’ai vu et entendu une juge du tribunal administratif porter enfin un regard humain sur les souffrances qui défilent à sa barre, je l’ai vu tentant de résoudre un conflit de logiques entre une loi qui viole des droits fondamentaux et des droits fondamentaux violés par la loi .Y parvenant même pour certains cas ce jour là.

J’ai vu et entendu un policier dire à un sans papier « Votre père a combattu pour la France, mais ce n’est pas assez pour avoir des papiers ».

J’ai vu un haut responsable du ministère dire « Ce serait intenable si on les relâchait parce qu’ils ont des enfants »

Par contre je n’ai pas vu ni entendu la parole de RESF, de la Ligue des Droits de l’Homme, de l’UCIJ, des Comités de sans papiers qui luttent contre cette politique indigne, inhumaine.

Cela aurait été bien pourtant de voir et d’entendre des femmes et des hommes qui, au nom de leur conscience, remettent de la dignité et de la fraternité dans une histoire qui ne l’est pas, luttant pied à pied face à cette violence institutionnelle, face à cette machine, face à ces rouages bien ajustés et qui broient des être humains : pas moi dit le policier de la PAF, pas moi dit le gardien du CRA, pas moi dit le dénonciateur, pas moi dit le fonctionnaire du guichet de la préfecture, pas moi dit le commandant de bord , pas moi dit le Préfet… Pas moi, pas moi, pas moi… faudra bien quand même un jour prochain établir les responsabilités, toutes les responsabilités.

J.C.A.

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 15 février 2008 à 23:43, par

    Communiqué de presse de l’Eglise réformée de Marseille
    Cercles de silence, les jeudis du carême, pour les personnes immigrées en centre de rétention administrative
    Action chrétienne de carême 2008

    Le temps du carême arrive, temps pour les chrétiens de raviver leur foi et leur engagement. Nous proposons, pour le temps du carême, une action commune des chrétiens à Marseille, ouverte à tous ceux qui veulent s’y associer.

    Cette action, inspirée par les "cercles de silence" des moines franciscains à Toulouse , veut sensibiliser les citoyens de Marseille sur la situation des personnes en situation irrégulière, notamment celle qui sont en centre de rétention administrative.

    Pour cela, nous invitons à des Cercles de silence, les jeudis du carême Du 7 février au 20 mars inclus de 12 h 30 à 13 h 30, place Félix Baret (devant la Préfecture de Région, côté rue Montgrand).

    ... Venez et voyez !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Tribune libre c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 245