Une tribune pour les luttes

Sedat Tastan a enfin obtenu le statut de réfugié !

et le récépissé à la Préfecture

Article mis en ligne le dimanche 16 mars 2008

En mars 2007, nous étions nombreux à nous mobiliser pour empêcher l’expulsion de Sedat Tastan, jeune kurde de 19 ans, frère de 4 enfants scolarisés à Marseille. Sa détermination à vouloir vivre en France, près de sa famille et de sa fiancée, avait ému ses codétenus, et jusqu’au personnel du centre de rétention administrative, les travailleurs sociaux et membres d’associations. Sedat ne voulait pas retourner dans ce pays où son père avait été emprisonné pour des raisons politiques, où il serait emprisonné avant d’accomplir le service militaire qui l’amènerait immanquablement à se battre contre le peuple kurde, son peuple !

Il avait entamé une grève de la faim (10 jours) pendant sa rétention, et mis en échec trois tentatives d’expulsions successives, soutenu par RESF et les passagers des avions dans lesquels il était menotté. Certains de ces passagers ont dit avoir été impressionnés par les violences subies lors de ces tentatives d’expulsion.

Le courage de cette famille, le mouvement de solidarité envers eux, le « sauvetage » inespéré de Sedat par les efforts conjugués des RESF de Marseille et d’Ile de France à Roissy, ont fait des Tastan un emblème, un cas symbolique de la résistance collective à la répression (voir parution du CD « résister aux expulsions, c’est possible », édité par radio Galère, Mille Babords et Resf,
voir http:///www.educationsansfrontieres...) .

Lire la suite :
http://www.millebabords.org/spip.ph...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 850