Une tribune pour les luttes

samedi 29 mars 2008

SOPHIA ANTIPOLIS

10 h

de 10 h à 17 h Centre International de Valbonne, Entrée n°7-190 rue Frédéric Mistral, 06560

Colloque

Informés ou manipulés ?

LDH section cannes-grasse

L’information : un droit fondamental de la démocratie

La liberté d’expression et d’information constituent le thème de cette journée que nous déclinerons autour de trois sujets : la manipulation de l’opinion par le verbe et par l’image, liens entre médias, économie et politique, enfin, l’information à l’étranger, à l’heure où la liberté indispensable pour les journalistes connaît en France de graves atteintes et où le journalisme d’investigation, dans la presse écrite, ploie sous ces menaces.

Ainsi, après une présentation du colloque, de la réflexion que nous en attendons tous et des préoccupations de la Ligue des droits de l’Homme à propos de la liberté d’expression et du pluralisme de l’information, trois tables rondes déclineront le sujet sous trois axes :
- Liberté d’expression à l’étranger
- Ménage à trois du médiatique, du politique et de l’économique
- Manipulation de l’opinion par l’image et les mots

voir le contenu :
www.millebabords.org/spip.php?artic...

- Liberté d’expression à l’étranger :
Il est vain de rappeler les atteintes à la liberté d’expression dont sont victimes, parfois tragiquement les journalistes et tous ceux qui, dans certains pays étrangers, essayent de dire la vérité : d’Anna Politkovskaïa en Russie, au journaliste Ahmed Benchemsi, qui au Maroc risque 4 ans de prison pour avoir critiqué un discours de Mohamed VI, en passant par les « Internautes de Zarzis » en Tunisie, la liste est hélas très longue. Peut-être pouvons-nous nous pencher sur quelques cas particulièrement emblématiques et nous interroger sur le soutien qu’on peut et doit leur apporter ?

- Ménage à trois du médiatique, du politique et de l’économique : il est devenu un lieu commun que de dénoncer l’influence du CAC 40 sur l’information avec la possession quasi généralisée des grands groupes d’information par quelques très grandes entreprises. Par ailleurs, toute la presse people bruisse des liens étroits entre le pouvoir politique et les dites entreprises, dont tel PDG se dit « frère » du président de la République. Dans ce triple mariage incestueux, en tout cas peu vertueux, n’y a-t-il pas un risque sérieux touchant à la liberté de l’information ?

- Manipulation de l’opinion par l’image et les mots : Nous savons comment, depuis longtemps, l’extrême droite a parfaitement maîtrisé le vocabulaire manipulateur. A partir d’exemples historiques qui avaient poussé loin la création d’un lexique et des concepts, pour la parole publique, transformant l’information en propagande, il est important de vérifier aujourd’hui l’usage que font les politiques et plus spécialement le pouvoir, des mots et des concepts nouveaux qui fleurissent, mais aussi, à présent, de l’image. Image immédiate que réclame en permanence l’information à l’instant T, sans aucun recul, avec le risque annoncé par P. Virillo du « krach des images ».

Conclusion : Après notre réflexion autour des trois tables rondes, on peut s’interroger sur les conditions pour qu’un jour ces pays étrangers gagnent véritablement la liberté d’informer. Mais aussi ne peut-on légitimement nous demander si, formant un banc d’essai pour nos pays dits civilisés et par un retour en arrière « grâce » à l’alibi de la menace terroriste, ces derniers ne sont pas en train d’envisager des méthodes du même ordre, moins violentes peut-être, mais qui dans le Sud et le grand Est sont très efficaces pour contenir fermement les mouvements sociaux ?

Nous remercions d’ores et déjà les participants aux tables rondes de ce colloque : Jean-Claude APARICIO, membre du Comité central de la LDH ; Philippe BILGER, avocat général auprès de la cour d’appel de Paris auteur du livre « J’ai le droit de TOUT dire » ; Houcine BARDI, Avocat au Barreau de Paris, membre de la FTCR et du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), auteur du livre « Une Volonté D’Indépendance : l’Association des Magistrats Tunisiens face au joug des autorités » ; Robert Charvin professeur de droit dans les relations internationales, Université de Nice-Sophia-Antipolis et auteur du livre « vers la post-démocratie ? » ; Salva CONDRO, Sociologue Maître de conférence à l’Université de Provence, chercheur au LAMES/CNRS ; Marc DAUNIS conseiller régional-maire de Valbonne ; Mathias REYMOND journaliste de l’association « Action-CRItique-MEDias » (Acrimed) ; Magali ROUBAUD, journaliste FR3, délégué SNJ ; Sampiéro SANGUINETTI ancien directeur des programmes de FR3 Méditerranée, inventeur de la chaîne de TV corse « Via Stella » et auteur du livre « Les jours d’un témoin ».

P.-S.

04 92 96 52 00