Une tribune pour les luttes

Pétition pour demander la libération de Cesare BATTISTI

Article mis en ligne le dimanche 29 février 2004

... mardi 10 février, Cesare Battisti a été arrêté et placé sous écrou extraditionnel. Ecrivain de romans noirs vivant à Paris avec ses deux enfants depuis une quinzaine d’années, cet ancien militant italien fut condamné dans son pays pour des faits liés à la situation politique et sociale des années 70.

Nous sommes, avec ses défenseurs Me Terrel et Me De Felice, d’autant plus révoltés par cette situation qu’il avait déjà fait l’objet d’une procédure du même ordre lors de son arrivée en France, qui s’est soldée par un avis défavorable de la Chambre d’Accusation. Cette dernière a considéré que la procédure italienne n’était pas conforme au droit français.
En vertu du principe de Droit selon lequel on ne peut être jugé deux fois pour les mêmes faits, cette procédure est à nos yeux abusive et absurde : c’est en effet toujours pour les mêmes condamnations qu’il est l’objet de cette nouvelle procédure d’extradition. Malgré son absurdité, cette situation de double jugement s’est déjà produite dans le cas d’un autre ressortissant italien, Sergio Tornaghi, qui a dû affronter à des années de distance une seconde procédure d’extradition pour finalement obtenir un nouvel avis défavorable. Il est impensable et inadmissible que Cesare Battisti soit maintenu en détention dans l’attente de la fin de la procédure (qui peut durer plus d’un an).

Me Terrel et Me De Felice vont immédiatement déposer une demande de mise en liberté provisoire, nous nous associons à eux pour exiger sa libération immédiate.

Cette affaire pose une fois de plus la question de la législation d’exception avec laquelle l’Italie a traité cette partie de son histoire sociale et politique : les années 1970. A l’époque, les délits relevant de « tentative d’insurrection contre l’Etat » ont fait l’objet d’une législation spécifique qui permettait de distribuer à égalité d’infraction des peines beaucoup plus lourdes. De plus, la « loi sur les repentis » a été créée, instituant la prime à la délation en termes de réduction de peine (avec les conséquences que l’on peut imaginer sur la fiabilité des témoignages). Cette loi a été assortie d’une loi sur « la dissociation », qui prévoit une amélioration des conditions d’application de la peine pour les détenus qui acceptent de reconnaître les faits qui leur sont reprochés et confirment par-là les versions des repentis (mais où est alors la présomption d’innocence ?).

Depuis l’année dernière, nous nous mobilisons pour soutenir Paolo Persichetti, militant et enseignant à Paris 8, qui après son extradition brutale est détenu en Italie en butte au harcèlement de la justice. Nous ne laisserons pas faire une seconde fois, Cesare Battisti doit être libéré immédiatement.

Contacts presse :
Christophe Mager 06 12 30 16 18

Signez la pétition sur www.mauvaisgenre.com

Plus de 16000 personnes ont déjà signé la pétition.

Julien Dray (député de l’Essonne, PS), Yves Cochet (député Verts de Paris 14e arrdt), Marie Georges Buffet (députée PCF de la Seine-Saint-Denis) , Alain Krivine (député européen LCR), Arlette Laguiller (députée européen LO), et plus de 40 députés de l’assemblée nationale et du parlement européen,
Claude Mesplède, Jean-Bernard Pouy, Didier Daeninckx, Claude Amoz, Christian Roux, Irène Frain, Martin Winckler.... et plusieurs centaines d’auteurs... ,
Joëlle Losfeld, François Guérif, Patrick Raynal, Marion Mazauric..., des dizaines d’éditeurs, et plus de 400 journalistes,
l’ABF, la FFCB ont apporté leur soutien.

Pour soutenir financièrement Cesare Battisti :

Valentine Battisti BNP Paribas 30004 01861 00001268951 84

Ou en envoyant un chèque à :
Valentine Battisti
159 rue du Château des Rentiers
Hall L
Paris 75013

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 645