Une tribune pour les luttes

Le Rwanda, Amnésie internationale et Bernard-Henri Levy

C’était hier le 14ème anniversaire du génocide perpétré au RWANDA.

Article mis en ligne le mardi 8 avril 2008

La France y a une part importante de responsabilités.

C’est ce qu’a voulu rappeler André BIGO ligueur de la section Marseille Nord-Sud lors d’un colloque tenu le 22 mars "Amnésie Internationale" dont B.Henri Lévy était l’un des conférenciers, silencieux sur les responsabilités de ce drame.

André n’a pas pu le faire car aucun débat n’a été ouvert avec la salle.


Bernard Henri-Levy s’est exprimé dans un discours à l’occasion de la 4ème édition d’Amnésie Internationale le 22 mars à Marseille. Et j’ai eu envie de lui dire ceci :

Je suis solidaire comme vous des victimes des génocides arméniens et juifs, de tous les génocides.

Vous avez, au nom de tous les génocides, stigmatisé le négationnisme, cette plaie qui tue une seconde fois les victimes et empoisonne la vie des survivants et de toute l’humanité, et qu’il est si difficile d’éradiquer, même quand les génocides ont été commis il y a longtemps et que les acteurs, bourreaux, survivants ou témoins, ont quasiment disparus.

Vous avez également évoqué plus rapidement d’autres génocides dont le dernier en date, celui du Rwanda, dont les « acteurs », à part les victimes, sont encore, pour beaucoup, en vie.

S’agissant de ce génocide qui a débuté un 7 avril 1994 il y a 14 ans, les historiens ont commencé à faire leur travail et de nombreux témoins se sont exprimés. Des survivants qui ont écrit ou témoignés, de nombreux témoins l’ont fait aussi, dont Human Rights Watch et la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme dans « Aucun témoin ne doit survivre », une « mission parlementaire » fut instaurée en France en 1998 (on a soigneusement évité une commission d’enquête parlementaire, plus contraignante), une « commission d’enquête citoyenne » s’est tenue en 2004 sous l’égide de plusieurs associations dont Survie et la Cimade. Et bien d’autres encore, tels Patrick de Saint Exupéry, alors journaliste au Figaro, dans l’Inavouable ou Jean Hatzfeld dans trois ouvrages essentiels dont le dernier « La stratégie des antilopes », Jean Paul Gouteux, disparu aujourd’hui.

Il apparaît de plus en plus clairement selon ces témoignages multiples et croisés que la France a soutenu les auteurs de ce génocide dans les dernières années de sa préparation et durant les 3 mois de sa réalisation.

On sait par exemple et personne ne le conteste, que la France officielle recevait les membres du gouvernement rwandais génocidaire en plein génocide, le 27 avril 1994 puis encore en mai à la cellule « Afrique » de l’Elysée .

Dans ces conditions, parler ici en France, en 2008, à l’occasion d’une manifestation sur le devoir de mémoire appelé « Amnésie internationale », du génocide Rwandais sans un mot sur la responsabilité de la France, militaire, diplomatique, politique ou financière, n’est-ce pas une grave amnésie au sens de cette soirée.

Sans même développer, un mot sur le sujet aurait suffit pour montrer qu’on oublie pas

La formule adoptée par les organisateurs : l’absence de débat avec la salle, ne m’a pas permis de vous le dire sur le moment, alors je vous le dis aujourd’hui.

Yolande Mukagasana, une survivante qui s’est exprimé dans « N’aie pas peur de savoir » a écrit récemment une lettre ouverte à la jeunesse française où elle dit :

« De quel droit la France m’a-t-elle arrêtée dans mon pays ?

De quel droit la France participa- t-elle à une guerre rwando-rwandaise jusqu’à s’aligner du coté des tueurs de ma famille ?

La France a entrainé nos assassins.

La France les a armés.

La France s’est rendu coupable de ce que ses politiques et militaires ont fait à Kibuye dans la zone Turquoise, dite « zone sûre ». Alors que le génocide était arrêté partout ailleurs, il a pu continuer dans la zone occupée par la France.

La France nie ce qu’elle a fait.

Après le génocide, la France protège nos assassins qui sont recherchés par la justice. »

Tout ceci est énorme et disqualifie la France de tout discours moralisateur sur les génocides tant qu’elle n’a pas crevé cet abcès, réparé cette indignité majeure, pour des actes commis au nom de nous tous les français, de vous et de moi.

Et du lieu où vous vous exprimiez hier, votre silence sur ce point est trop pesant.

De quels lieux pourra t’on faire éclater ces vérités que la plupart des français ignorent du fait d’un négationnisme d’Etat soigneusement entretenu d’un accord tacite entre la droite et la gauche qui gouvernaient ensemble la France de cohabitation de 1994, année de ce génocide, si de ces lieux rien n’est dit et répété inlassablement ?

André Bigo, membre de la LDH et de Survie.

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 9 avril 2008 à 13:19, par Gaétan Sebudandi

    André Bigo a parfaitement raison. Beaucoup d’intellectuels ou de responsables politiques préfèrent garder un silence gêné sur les responsabilités de la France au Rwanda. Avant, pendant et après le génocide de 1994. C’est indécent, voire négationniste.

    C’est aussi ignoble que la remarque cynique de Francois Mitterrand : "Vous savez, chez ces gens-là un génocide, ce n’est pas important". Cela traduit tout le mépris à l’égard de l’Afrique d’une élite néocolonialiste impénitente.

    Cela reflète, peut-être aussi, une fâcheuse tendance, chez certains intellectuels, à vouloir établir une sorte de concurrence des mémoires du génocide parmi les diverses communautés victimes de ce crime abominable contre l’humanité.

    Gaétan Sebudandi

  • Le 10 avril 2008 à 10:26, par Gauthier

    Bonjour, je voudrais simplement signaler l’existence d’une association qui lutte pour que les génocidaires rwandais présents sur le sol français soient jugés : le CPCR, Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda
    www.collectifpartiescivilesrwanda.fr
    Survie , FIDH et LDH luttent à ses côtés.
    Merci. Alain Gauthier, président du CPCR

  • Le 15 avril 2008 à 16:15, par razibuzouzou

    un Génocide occulte un autre génocide.En 1994 deux Génocides avec la Complicité de l’OCCIDENT se perpétuaient:LE RWANDA et l’EX YOUGOSLAVIE .Au Présent LE TIBET et la CHINE En général , le DARFOUR , la TCHETCHENIE, l’IRAK , l’AFGHANISTAN OU les populations civiles sont bombardées en permanence....Pour les intéréts de Quelques politiciens désoeuvrés.
    LE RWANDA , à été piégé par la France dont nous portons une Trop LOURDE RESPONSABILITE:AVANT , PENDANT et APRES.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Tribune libre c'est aussi ...

0 | ... | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | ... | 245