Une tribune pour les luttes

UNE JUSTICE A L’OMBRE DES KEPIS ?

Appel à la constitution d’un observatoire des tribunaux

Article mis en ligne le samedi 13 mars 2004

A l’heure où ce pays se dote de nouvelles lois toujours plus répressives, où de nouveaux textes s’attaquent à la philosophie même d’un droit pénal qui repose sur l’égalité de traitement, la présomption d’innocence et l’indépendance des juges , à l’heure où ces juges se voient allouer des primes au résultat, où la justice dans son ensemble doit répondre à des critères de rentabilité, à l’heure enfin où le policier prend le pas sur le judiciaire, s’ajoute à la consternation cet inquiétant constat : il n’est presque personne, hormis les praticiens du droit, pour s’élever contre ces dérives ou pour seulement en prendre la mesure.

C’est là le triste paradoxe ; dans ce pays où la justice se fait et se rend en notre nom, où « nul n’est censé ignorer la loi », où « c’est la société qui juge », les citoyens en question ignorent tout de cette étrange cuisine qui voit quelques « personnes autorisées » se passer les plats.

Un rapide sondage confirmerait ce constat effrayant : pour nombre d’entre nous, la justice est affaire d’arrangements au profit des puissants et, quelques révolutions plus tard, la fable de La Fontaine ( « Selon que vous serez puissants ou misérables… ») résonne avec acuité.

Il n’est que d’assister aujourd’hui à une audience quelconque d’un tribunal quelconque pour constater ceci : les parties opposées discutent, parfois s’accordent et négocient, voire « s’en remettent au tribunal » sans que ni prévenus, ni victimes, ni public ne comprennent grand chose aux chuchotements des uns et des autres. Inaudible, loin des oreilles du peuple, cette justice qui chuchote c’est la Justice qui se meurt.

Son salut, à cette moribonde, ne s’envisagera que lorsque l’on parviendra à l’extirper de ce monde clos dans lequel elle vivote pour la remettre à sa vraie place : au cœur des choix de société qu’il incombe à chacun de faire, en toute conscience, avec la connaissance des enjeux qu’elle soulève.

Bref, si l’on ne veut pas demain que cette justice se rende à l’ombre de képis que l’on aura pas choisi, il faut maintenant la donner à voir, la mettre à nu, la livrer au regard critique de tous les non-spécialistes maintenus jusqu’à présent dans l’ignorance.

Aujourd’hui, des citoyens ordinaires observent les prisons, les centres de rétention, les agissements policiers, la probité des pratiques politiques… Qui observe la justice ?

Simples citoyens, praticiens du droits, militants des droits de l’homme… nous lançons aujourd’hui un appel à la création de cet observatoire.

Contact : Matthieu Fieulaine
Tel : 06 63 61 79 10
Mail Provisoire : matthieu.fieulaine chez tiscali.fr

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | ... | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | ... | 1090