Une tribune pour les luttes

Marseille

Répression syndicale, régression pédagogique - Ne laissons pas faire.

Rassemblement lundi 23 juin à 18h à l’IA Bd Charles Nedelec

Article mis en ligne le dimanche 22 juin 2008

Après 23 ans de carrière sans incident, notre camarade Christine
Jousset, adhérente et déchargée pour Sud-éducation est clairement
menacée par la hiérarchie.

Après une inspection de l’Inspecteur Hoffalt (où lors de l’entretien
celui ci a fait mention de son engagement à Sud et à RESF), Christine a
refusé les conclusions du rapport qu’elle considérait comme punitif à
cause de l’évocation de son engagement syndical, mais aussi parce que sa
pédagogie a été jugée à partir de différents élèments qu’elle conteste (
reproche lui a été fait de l’absence de dispositifs non obligatoires
comme les PPRE et les évaluations départementales PARE demandées par
l’IEN, reproche du taux bas de pourcentage de réussite des élèves aux
évaluation départementales -plusieurs de ses élèves en difficulté étant
suivis depuis deux ans par le RASED).

Laisserons nous cette obsession du chiffre guider notre métier comme le
préconise le ministre ?

Christine a alors choisi le refus d’inspection comme la loi l’y
autorise.

Malgré cela, plus tard, l’inspecteur a profité d’une journée où
Christine était déchargée au syndicat pour faire une contre-inspection,
alors que ses élèves étaient en classe avec la remplaçante, et tester
lui-même les élèves dans une séance impromptue de dictée sur ardoise !!

Le rapport qui s’en est suivi parle "d’insuffisance professionnelle" et
envisage d’autres "mesures".

Sa note a été rabaissée de 16,5 à 10 /20.

Solidaires et Sud-éducation 13 seront reçus en audience, sur ce sujet et
à notre demande, le lundi 23 juin à 18h à l’IA par l’Inspecteur
d’Académie adjoint M. Yaïche.

A cette occasion, Sud-éducation appelle à un rassemblement de soutien
pour dénoncer ce que nous considérons comme de la répression syndicale,
de l’entrave à la liberté pédagogique, et une dérive libérale et
autoritariste de l’Education Nationale.

Merci d’en parler autour de vous.

Rassemblement à l’appel de Sud Educ13

lundi 23 juin à 18h à l’IA Bd Charles Nedelec


D’autres cas de "dérive"autoritaire :

(Signalé par RESF )

Octobre 2007, Paris18° La Goutte d’or, Ecole élémentaire d’application Cavé : population immigrée ou d’origine 90°/ , Parents en situation dite irrégulière : 30 ? 50 familles ? Plus ? Une grande banderole, très haut placée dit la solidarité avec les familles en détresse.

En Octobre Un journaliste de Charlie Hebdo suit le quotidien des élèves. Il les croque dans la cour et en classe. Dans le CP de Dominique Piveteaud ce jour là, on a fait de la pâtisserie et on fait le son F, F comme farine. Le journaliste est là aussi le soir, à la réunion parents, enseignants, RESF. Les enfants sont très fiers de se retrouver dans le journal et, à la demande des parents qui pour une fois ont le sentiment d’être reconnus, Dominique Piveteaud enseignant de CP, maître d’application, va leur montrer le journal et s’en servir de support de lecture. Voila son crime résumé en peu de mots.

Dominique Piveteau est menacé par l’inspecteur d’académie de mutation d’office et de se voir retirer sa mission de former les jeunes enseignants parce que : il fait de la pâtisserie et a osé faire lire sur Charlie Hebdo.
L’inspectice, Madame Boniface est bien connue de nos services ; ses pratiques de harcèlement également. Elle a manifesté à plusieurs reprise son agacement devant la banderole (trop haut ; on ne peut pas y toucher) et devant le fait que la page de Charlie soit affichée dans l’école.

Alors bien entendu, Dominique Piveteaud ne passe pas en justice ; on prefèrerait ; il pourait se défendre et l’accusation ne tiendrait pas , il n’est pas non plus menacé de révocation juste de mutation d’office et de se voir priver de former les futurs enseignants. Mais ne nous y trompons pas ; après lui, viendront les autres ; moi ,nous vous. Lorsque sur simple accès nerveux d’une inspectrice, fusse-t-elle folle à lier, ou pas, on déplacera les enseignants en leur retirant le bénéfice de leurs diplômes professionnels ; l’état de droit aura vécu. Là, on lie liberté pédagogique et RESF sous le même tir .

Les enseignants de ces quartiers sont pris en tenaille entre une école qui doit protéger et un état qui expulse. Ceux qui ont une haute idée de leur mission, à savoir défendre leurs élèves et les monter haut, hors la misère et la peur, à coups de mots et d’engagements, ceux qui n’ont jamais compté leurs heures sont les vrais héros, l’honneur de la profession ; on leur doit respect et solidarité .

Signez faxez etc...

envoyer textes et lettre de soutien à Dominique Piveteau école Cavé rue Cavé Paris 75018

fax : 01 42 23 43 60 ; ils feront suivre.

protestez aussi auprès de Monsieur Rosselet inspecteur d’académie,
rectorat de Paris av Gambetta 75020

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525

Sud Éducation c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 80