Une tribune pour les luttes

DROITS DEVANT !!

Après trois mois de grève : 700 travailleurs régularisés ; le mouvement s’élargit .

Article mis en ligne le vendredi 18 juillet 2008

15 Juillet 2008

Démarré le 15 avril dernier, le mouvement de grève de centaines de
travailleurs sans-papiers en Ile-de-France a déjà obligé le gouvernement à
accorder environ 700 régularisations.

Aucun de ces 700 travailleurs n’aurait pu être régularisé il y a encore 3
mois, car le cadre des régularisations "vie privée et familiale" a été
considérablement restreint par les dernières modifications législatives.

Conscient que ce mouvement représente une menace sérieuse pour sa
politique, le gouvernement cherche à le freiner, notamment en instaurant
des critères de régularisation arbitraires. Certaines préfectures exigent
maintenant une ancienneté de présence de 5 années sur le territoire
français, ce qui n’a pourtant aucun sens dans le cadre d’une régularisation
par le travail. Une ancienneté dans l’entreprise est parfois exigée ; là
encore, on comprend mal qu’un travailleur nouvellement arrivé dans
l’entreprise mais ayant une solide expérience ailleurs se voie refuser sa
régularisation pour ce motif. Quelques obligations de quitter le territoire
français (OQTF) ont déjà été délivrés à l’encontre de grévistes qui ne
remplissaient pas ces conditions.

Nous refusons ces critères arbitraires qui excluent certain(e)s
travailleur(se)s sans-papiers du champ de la régularisation. Nous exigeons
la régularisation globale de tou(te)s les travailleur(se)s sans-papiers,
seul moyen d’éradiquer définitivement cet esclavagisme moderne que
constitue l’exploitation des travailleurs sans-papiers.

Ainsi, outre les travailleurs en grève, la régularisation doit aussi
concerner :
- les travailleurs isolés, qui ne peuvent pas utiliser l’arme collective de
la grève
- les femmes sans-papiers, travaillant pour beaucoup dans les services à la
personne, et que les préfectures refusent de régulariser au prétexte
qu’elles sont souvent à temps partiel- les travailleurs intérimaires, véritables variables d’ajustement de
l’économie, que le gouvernement refuse pour le moment de régulariser, au
motif que leur situation professionnelle est instable
- les travailleurs algériens, exclus arbitrairement du processus de
régularisation, car utilisés par le gouvernement français pour faire
pression sur le gouvernement algérien et le forcer à signer un accord
d’immigration choisie

Au bout de 3 mois de lutte, le mouvement pour la régularisation des
travailleur(se)s sans-papiers continue de s’étendre, et touche maintenant
la province, avec notamment le dépôt collectif de 200 dossiers de
travailleurs sans-papiers à Nice.

Ce mouvement ne peut s’inscrire dans la durée que s’il implique le plus
grand nombre possible d’organisations, et c’est pourquoi Droits devant !! a
œuvré depuis le début à son élargissement. Nous nous réjouissons donc que
de nouveaux acteurs s’y inscrivent aujourd’hui activement, qu’il s’agisse
de syndicats (Sud-Solidaires, CNT) ou d’associations (Collectif pour la
Dignité des Travailleurs Sans-Papiers, MRAP, LDH, ...).


Liste de diffusion de Droits devant !!

Droits devant !!
44, rue Montcalm
75018 Paris
Tel. : 01 42 58 82 22

Site web : http://www.droitsdevant.org

Courriel : administrateur chez droitsdevant.org


DROITS DEVANT !!

17 Juillet 2008

42 TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS DE L’ENTREPRISE « EFFI SERVICES » A ARGENTEUIL REGULARISES

En grève depuis le 30 juin, 42 (dont une femme) des 43 travailleurs
sans-papiers de l’entreprise de nettoyage « Effi Services » ont été
régularisés. Surexploités depuis des années avec des contrats
précaires, ces 42 travailleur(se)s, grâce à leur détermination, ont
arraché à la direction d’« Effi Services » 42 contrats à durée
indéterminée à temps plein, débutant rétroactivement à la date de leur
embauche initiale, ce qui leur permet de récupérer l’antériorité de
leurs cotisations.

La préfecture du Val d’Oise a refusé de délivrer un récépissé à
Youssouf Sylla, invoquant une interdiction de territoire français
(ITF) prononcée à son encontre après qu’il a été arrêté et a refusé
d’embarquer. Nous avons engagé une démarche pour faire relever cette
ITF et obtenir sa régularisation.

Ces régularisations sont la conséquence de la détermination sans
faille des travailleurs sans-papiers en grève, et de la mobilisation
constante de leur comité de soutien : Droits devant !!, Collectif des
Sans-Papiers d’Argenteuil, CGT, SNUTEF, L’Oiseau de la Liberté, CNT, …
soutenus par la LCR, les Verts, Alima Boumediene-Thiery (sénatrice),
et avec l’aide logistique du Secours Populaire et de la Mairie
d’Argenteuil.

Ces régularisations s’ajoutent aux 741 déjà obtenues par les mouvement
de grève lancé le 15 avril par la CGT et Droits devant !!, élargi
depuis par l’implication d’autres syndicats (Sud-Solidaires, CNT) ou
d’associations (Collectif pour la Dignité des Sans-Papiers, MRAP, LDH,
…)

Ces centaines de régularisations arrachées de haute lutte, pour aussi
importantes qu’elles soient, ne doivent pas faire oublier au
gouvernement l’inévitable élargissement et extension du mouvement s’il
ne prend pas les mesures de fond allant vers une régularisation
globale de tou(te)s les travailleur(se)s sans-papiers en France.

Dernière nouvelle : les 5 travailleurs sans-papiers de l’entreprise « 
Pinson Paysage » à Andilly (Val d’Oise), qui avaient entamé une grève
le 20 mai, viennent d’être eux aussi régularisés.


Lire également sur
http://www.educationsansfrontieres.org/?article14771

l’interview de
Francine Blanche, secrétaire confédérale de la CGT : Sans-papiers : plus de 700 régularisations en deux mois parue dans Le Monde du 16 juillet 2008

et le petit article de Libération du 17 juillet 2008

http://www.liberation.fr/actualite/societe/339564.FR.php


et sur Indymedia jeudi 17 juillet 2008 http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=101907

PUISATIERS DOIT EMBAUCHER ! PUISATIERS DOIT RÉGULARISER !

Nouvelle grève avec occupation de travailleurs Sans Papiers intérimaires, cette fois-ci dans le Val de Marne, à Arcueil, Soutenue par Sud-Solidaires.

Les Puisatiers Réunis, est une société basée au 29 rue Pluchet à Bagneux (92220). Depuis plus d’un siècle déjà, elle effectue des sondages, fore des puits et des trous d’hommes, creuse et consolide des carrières et des galeries souterraines dans le sous-sol Parisien et Francilien, et au delà...

Son carnet de commande est rempli de demandes d’interventions des pouvoirs publics et des aménageurs urbains. La société mène souvent de front plusieurs interventions.

Sur le papier pourtant, elle ne déclare que 36 salariés officiels, embauchés en CDI. Comment fait-elle ?

En réalité, elle emploie beaucoup plus de salariés que cela. Les Puisatiers Réunis, de manière habituelle, fait appel à des entreprises d’intérim pour tous ses chantiers, générant son propre « turn over » en les faisant remplacer sans arrêt, travailleur temporaire après travailleur temporaire, par dizaines.

Nombre de ces travailleurs sont des sans-papiers, doublement dans l’ombre, du fait des sous-sols et du statut. Cette combine permet à l’employeur, quant à lui doublement dans l’illégalité, d’être doublement bénéficiaire. Aujourd’hui les salariés en ont marre !

Marre de travailler cachés...
Marre d’être traités comme du bétail !

Aujourd’hui mercredi 16 janvier, ils occupent depuis 7 heures ce matin l’entrée de la carrière sise au 61 avenue Jean Jaurès à Arcueil (près du RER Laplace), où ils consolidaient le sous-sol pour le compte de la Mairie d’Arcueil. Ils y attendent de pied ferme la visite du Maire de la ville, prévue à 10 heures, pour lui faire part de leurs griefs et lui révéler l’arnaque dont lui aussi a été la victime. Ils exigent que Puisatiers embauche en CDI l’ensemble des précaires qui occupent les lieux. Les papiers non plus ne doivent pas être un problème, et Puisatiers doit s’engager à obtenir des régularisations pour tous.

PUISATIERS DOIT EMBAUCHER !

PUISATIERS DOIT RÉGULARISER !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 850