Une tribune pour les luttes

L’enfant perdu et les enfants otages

Article mis en ligne le lundi 1er septembre 2008

Au mois d’août, une mère de famille algérienne est partie précipitamment au chevet de sa mère mourante en Algérie. Elle peut emmener quatre de ses enfants. Le cinquième a un problème de passeport, elle le confie à une amie, qui s’avèrera sans papiers, pendant son absence. Lorsque l’enfant se perd, récupéré par la police, il n’est pas réclamé pendant plusieurs jours.

C’est une triste histoire de la misère quotidienne dans laquelle essaient de survivre des familles immigrées et des sans papiers encore plus pauvres. Depuis le début de cette affaire, largement médiatisée, le procureur savait que cette situation était en partie consécutive à la clandestinité des sans papiers. L’enfant perdu est devenu l’appât pour les prendre aux filets de la police. Et la maman est condamnée à la délation pour récupérer ses enfants .
Ce triste fait divers est criminalisé par la justice et de vient un drame humain.

Que l’on rende ces enfants pris en otage à cette maman (quatre enfants sont bloqués en Algérie et le cinquième à Marseille a été placé dans une institution)

Que s’arrête cette chasse aux sans papiers sordide et fascisante

Et aussi continuons d’exiger la suppression des visas, en particulier dans le cas présent entre la France et l’Algérie imposés depuis 1986 par le sinistre Pasqua.

Le respect de la libre circulation évitera beaucoup de situations humaines injustes et chaotiques.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Ballon rouge c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4480