Une tribune pour les luttes

Poursuivre et amplifier : la mobilisation ne fait que commencer !

Article mis en ligne le samedi 22 novembre 2008

Ce jeudi 20 novembre, alors que la grande majorité des syndicats de l’enseignement (du primaire au supérieur) appelaient à la grève contre les projets anti-éducatifs du gouvernement, les premiers bilans semblent être une réussite globale. Dans les plus grandes villes, ce sont plusieurs milliers voire dizaine de milliers de personnes qui se sont réunies. La mobilisation s’est aussi étendue dans les villes moyennes. Plus de 50% des personnels se seraient déclarés grévistes. Dans l’enseignement supérieur, certaines universités avaient fait le choix de banaliser la journée, et les étudiant-e-s se sont mobilisés dans les principales villes universitaires.

Le ministre s’est malgré tout dit déterminé à faire passer ses réformes anti-sociales, malgré la forte mobilisation. Alors que la colère ne cesse de monter face à la prolifération des annonces ministérielles successives (mastérisation des concours d’enseignement, plan réussite en licence, volonté d’instaurer une sélection à l’entrée du master, modulation de 0 à 100% des volumes d’enseignement pour les chercheurs/euses sur simple volonté du président d’université, suppression de 900 postes dans l’enseignement supérieur, etc), nous devons opposer une réponse toujours plus conséquente à ces réformes. Les italien-ne-s se mobilisent depuis plus d’un mois contre les réformes qui touchent leur système éducatif, nous devons suivre leur exemple !

Les revendications des étudiant-e-s réunis dans la plupart des assemblées générales sont claires, et attendent des réponses :
- une augmentation conséquente du nombre d’enseignant-e-s et de personnels administratifs non précaires, pour permettre une réelle réussite des étudiant-e-s (aux antipodes du fumeux "plan réussite en licence")
- l’abandon du projet actuel de réforme des concours dans l’enseignement, imposé dans l’urgence et dans des conditions qui ne permettent en aucun cas d’élaborer des formations de qualité en lien avec la dimension "recherche" pour les futur-e-s enseignant-e-s
- garantir des masters recherches dans toutes les universités, qui restent ouverts à tou-te-s sans sélection préalable
- l’arrêt des plans de démantèlements des instituts de recherche qui sont actuellement en cours, sans qu’aucune solution alternative ne se dessine

De fait, l’ensemble de ces annonces se situent dans la logique de la LRU et des réformes européennes qui sévissent en Italie, Espagne, Allemagne, etc. C’est donc contre ces logiques et pour l’abrogation de la loi LRU que nous devons aussi nous battre.

Il nous faut donc, sur l’ensemble de ces questions, imposer une réponse collective des étudiant-e-s, lycéen-ne-s et personnels de l’éducation. Pour cela, il faut imposer une mobilisation aussi durable que nécessaire. Nous soutenons donc la mise en place d’assemblées générales, aussi massives que possible, dans les établissements d’enseignements.

Nous appelons d’ores et déjà à la mobilisation pour jeudi 27 novembre, aux côtés des chercheurs/euses et des personnels administratifs.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4430

Sud Etudiant c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25