Une tribune pour les luttes

Collectif : Anafé, APDHA, Arci, ATMF, La Cimade, Gisti, IPAM, LDH-Belgique, Migreurop, Statewatch

Il est encore temps de bloquer l’adoption de la directive de la honte !

Malgré les appels de nombreuses organisations de la société civiles, le 2913ème Conseil transport, télécommunication et énergie a adopté le 9 décembre 2008, la directive communement appellée « directive retour ». L’adoption a été faite en catimini, sans débat et avec la seule abstention de la délégation belge.

Article mis en ligne le vendredi 5 décembre 2008

Communiqué de presse

Jeudi 4 décembre 2008

Le Conseil des ministres de l’UE ne doit pas adopter la directive de la honte !

La directive retour – directive de la honte – votée par le parlement européen le 18 juin dernier,
est soumise à l’adoption formelle du Conseil des ministres de l’Union le 8 décembre.

Alors que des milliers de citoyens, d’ONG, de syndicats, d’Eglises, se sont mobilisés pour
demander aux responsables européens de rejeter un texte qui banalise et généralise une
politique d’internement et d’expulsion des migrants en Europe, alors que de nombreux Etats
d’Amérique latine et d’Afrique ont exprimé avec force leurs refus de tolérer de telles
pratiques à l’égard de leurs ressortissants, la présidence française de l’Union européenne a
décidé de faire adopter formellement cette directive par le Conseil de l’Union à la veille de la
célébration du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme.

Au-delà de la violence du contenu de cette directive qui renie les valeurs fondamentales de
l’Europe et de la date choisie, la méthode utilisée pour cette adoption est méprisante. Alors
que le projet relève du conseil Justice et Affaires intérieures présidé par M. Hortefeux, la
directive devrait être adoptée le 8 ou le 9 décembre au cours :
- soit du conseil des ministres « environnement » présidé par M. Borloo. Etrange
conception de l’écologie que d’y inclure l’expulsion des sans-papiers !
- soit du conseil des ministres « transports » présidé par M. Bussereau. Démonstration
de la volonté de développer les expulsions collectives par charters ?
- soit du conseil des ministres « affaires générales » présidé par M. Kouchner.
Les Etats
partenaires de l’Union européenne, en Afrique comme en Amérique latine
apprécieront.

Nos organisations appellent tous leurs partenaires, en Europe comme en Afrique ou en
Amérique à se manifester d’urgence auprès de leur gouvernement comme auprès du
président de l’Union européenne pour qu’ils ordonnent le report et l’abandon de ce
projet de directive.

Contacts presse

La Cimade : Julie Chansel / +33 6 82 24 03 47 / julie.chansel chez cimade.org
Gisti : Claudia Charles / +33 1 43 14 84 83 / charles chez gisti.org
Migreurop : Sara Prestianni / +33 1 53 27 87 81 / contact chez migreurop.org


Ci-après, un modèle de lettre à envoyer à Nicolas Sarkozy, palais de
l’Elysée (libre d’affranchissement) :

Monsieur le Président de l’Union européenne

Président de la République française

Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Président,

Le ministre français de l’Immigration, M. Hortefeux, a annoncé à des
parlementaires européens que la directive retour – la « directive de la
honte » - serait formellement adoptée par le Conseil des ministres de
l’Union européenne le lundi 8 décembre 2008.

Cette directive, votée par le parlement européen le 18 juin dernier, a
soulevé des protestations unanimes dans le monde : associations de défense
des droits de l’Homme, syndicats, Eglises, responsables politiques, élus et
même de nombreux chefs de gouvernement.

Parce que cette directive banaliserait l’enfermement voire l’internement des
migrants en Europe, parce qu’elle donnerait une image détestable de l’Europe
au reste du monde, et en particulier dans les pays d’origine des migrants,
parce qu’elle ne ferait qu’ajouter de la souffrance et de l’injustice dans
les déséquilibres actuels, cette directive doit être refusée.

En choisissant de prononcer son adoption la veille de la commémoration du
60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme, la
présidence française de l’Union européenne ajouterait une tache
supplémentaire et un symbole déplorable au processus engagé par le parlement
européen.

Nous vous demandons, Monsieur le Président, d’ordonner le report et
l’abandon de cette directive.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de ma parfaite
considération,

XXX


___

Envoyer un message :

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/

Matignon :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire



Ecrire ou envoyer un mail/fax à son député...

_

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 645