Une tribune pour les luttes

Lutte - Education

Désobéissance -Soutien aux 157 signataires des Bouches du Rhône et au 2100 désobéisseurs déclarés pour 36 départements désobéisseurs .

Voir la carte des désobéisseurs de l’Education Nationale

Article mis en ligne le dimanche 28 décembre 2008


Réseau des enseignants en résistance fédérés par le blog Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école

http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html


Journée nationale des désobéisseurs dans l’Education Nationale. Rassemblement à l’Inspection académique mercredi 17 décembre, 14h. Dépôt de courrier de refus d’obéir : aux 124 déjà déposés, s’ajouteront des courriers supplémentaires.

mercredi 17 décembre, dépôt de lettres de désobéissance à l’IA

on en est maintenant
à 157 au total. + dépôt de 364 lettres de soutien de parents aux
désobéisseurs.
+ dépôt de 18 textes de soutien écrits sur ce site (voir tout en bas) + dépôt d’une lettre à l’inspecteur d’académie pour
réaffirmer notre désobéissance et en soutien à Diane Combes sanctionnée.
Cette lettre sera communiquée à la presse.

_ lire en pj le courrier des 17 réfuseux qui réaffirment leur position en soutien à Diane Combes

Word - 15.5 ko
17 enseignantEs soutien Diane

Nous avons été reçus ( 3 personnes) à l’inspection académique par deux
personnes à l’accueil car, nous ont-elles dit, il
n’y
avait aucune salle libre.... (et dire qu’on nous accuse de demander toujours des moyens en
plus pour l’EN !!...)

Ces deux personnes nous on fait un récépissé du dépôt de lettres et n’ont
accepté de nous dire leur noms que si on donnait les nôtres (3 personnes)
ce
que nous avons fait.
La première chose que nous ont demandé ces personnes était de quel
syndicat
on est !!! On a dit qu’on ne représentait pas des syndicats mais des
individus dont certains étaient syndiqués...

Affaire à suivre ...

Continuez à soutenir en répondant par un texte qui sera envoyé à l’Inspection Académique ( voir tout en bas)


Vendredi 5 décembre / Dépôt de 124 lettres de désobéissance

Des lettres ont été déposées à l’inspection académique à 14h par deux enseignantes (porteuses de 124 signatures de lettres de désobéissance) et deux parents d’élèves (porteurs de 450 signatures de lettres de parents en soutien aux enseignants) accompagnés de quelques collègues .
Le secrétaire Général de l’inspection Académique les a reçu dans le hall, a réceptionné les lettres et a délivré un reçu mentionnant le nombre respectif de signatures remises, date et heure du dépôt.
Le secrétaire général a été informé que d’autres dépôts de signatures étaient à prévoir.

En effet il a été décidé pendant le rassemblement devant l’inspection Académique ce midi de continuer à collecter les lettres de refus des enseignants et les lettres de soutien des parents en vue d’un nouveau dépôt .
Pour cela un stand sera présent au rassemblement devant la préfecture mercredi 10 décembre dans le cadre de la mobilisation unitaire parents -enseignants-associations éducatives prévue ce jour là (rappel : rassemblement pique nique à 12h30 devant la préfecture et manif à 14h)

Il faut donc informer le plus largement possible enseignants et parents qui n’ont pas encore signé qu’ils peuvent le faire dès maintenant et venir déposer leur lettre à ce stand mercredi.

faites chauffer vos réseaux !

modèles de lettres modifiables ci dessous

Ni parent, ni enseignant...mais en colère ! c’est ici ...nouvelle formule de soutien-pétition.

Si vous souhaitez vous aussi vous engager dans cette démarche de soutien au même titre que les parents c’est très simple.
Envoyez vos textes de soutien, en répondant à cette article !

Le nombre de réponse-soutien apparaitra et ces textes comme autant de création libre dénonçant la casse de l’école publique seront eux aussi transmis à l’inspection académique.

A vos plumes ! les graines de crapules !
cliquez sur répondre...

Word - 30.5 ko
lettre desobeissance individuelle
Word - 27 ko
lettre soutien parents
Word - 30 ko
lettre école

A lire aussi :


article 7996

Désobéissance : première sanctionnée du département par Diane Combes, Professeur des écoles à Eguilles


article 9862

Rappel de refus de 17 enseignantEs Lettre à l’Inspecteur d’Académie

Marseille, le 17 décembre 2008


article 9833

EDUCATION-LUtte Lettre de soutien d’un non désobéisseur Pas en notre nom !

Retour en haut de la page

36 Messages

  • Le 7 décembre 2008 à 19:42, par marianne moukomel, conseillère municipale, Marseille

    Si nous pensons que l’égalité des chances se construit chaque jour, si nous pensons que cela passe en particulier par une école laïque, gratuite et ce dès la maternelle, si nous pensons que chaque enfant a droit à un enseignement de qualité, avec des moyens humains suffisants et des matériels adaptés, si nous sommes persuadés que notre pays pourra se sortir des crises économiques et écologiques grâce, en particulier, à sa recherche, ses savoirs-faire, la connaissance pour chacun, grace à une démocratie pour tous, alors exigeons des gouvernants de notre République et de l’ensemble des gouvernants des pays europeens leur devoir de proposer à chaque enfant, sans exclusion ni discrimination, un enseignement de qualité et des qualifications porteuses d’emplois autant que de culture.

    J’apporte mon soutien à ces enseignants et serai présente aux cotés des enseignants, des parents, des élèves, des chercheurs, mercredi 11 décembre.

    Marianne Moukomel, conseillère municipale de Marseille

    • Le 16 décembre 2008 à 13:58, par nuaud michel

      la désobéissance civique doit être la règle en face une opposition politique rétrograde et réactionnaire d’opposition généralisée
      ces représentants politiques ne représentant qu’eux même, leur girouette et quelques filières d’exploitation de plus en plus réduitent aux silence et dépassées
      Les autres catégories ne sont plus considérées que comme des êtres inférieurisés et marginaux sans consistance et traités comme tel, a la base duquel se trouve en 1ere ligne tous le cercle des exclus , les prisons, et aussi, les écoles et tous les autres
      On assiste même désormais après avoir soutenus quelques filières pharmaceutiques, de médecine géné ralistes, quelques exploitants agros -agricole.
      Détournés vers la Bourse tout cet argent publique des autoroutes, redistribués aux amis. Entre-tenir la peur et le trou de la Sécu, ainsi que la dette
      Nous sommes devenus un peuple , pris en ôtage d’une classe politique à la botte. France, notre belle france que vous apprenez dans vos écoles. Je suis un vieu retraité du bâtiment et des métaux j’ai honte, et je m’en excuse
      Une grève nationale bien organisée serait la bienvenue M N

  • Le 8 décembre 2008 à 14:29, par Jean-Luc DURIEZ

    L’école de la République m’a permis à moi, fils d’ouvrier des Mines du Bassin Minier du Pas-de-Calais, de faire des études, d’acquérir des diplômes, d’apprendre à réfléchir...

    Casser l’Ecole de la République comme ce gouvernement le fait, c’est s’attaquer au Peuple, détruire l’oeuvre de Jules FERRY.

    Oui, il faut entrer en résistance. J’appelle tou-te-s ceux et celles qui, comme moi, bien qu’issu-e-s de milieu prolétarien, ont pu faire des études, à soutenir l’action de ces enseignant-e-s en rébellion...

    Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 :
    Article xxxv : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs"

    En cette veille du 60° anniversaire de la DUDH, cette action des enseignant-e-s est tout un symbole !

    Je les soutiens !
    Jean-Luc DURIEZ

  • Le 8 décembre 2008 à 19:22, par françoise salmon

    Les verbes soutenir, agir, réagir, refuser, manifester, penser se conjuguent à tous les temps, même au futur antérieur ! Alors comme nous sommes tous des enfants d’enfants et que notre école, celle de nos parents, celle de nos enfants etc etc, est plus qu’en danger je soutiens, j’ai soutenu, je soutiendrai toujours et encore toutes celles et ceux qui refuseront de participer à sa destruction.

    Françoise Salmon

  • Le 9 décembre 2008 à 11:29, par Jacques Jourdanet

    Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

    Quand on a la chance de rencontrer des enseignantes et enseignants
    qui ont le courage d’informer leur hiérarchie sur les ordres qu’elles et ils refusent d’exécuter parce que "de nature à compromettre gravement un intérêt public" (selon les termes mêmes de la Loi Le Pors n° 83-634 du 13 juillet 1983, relative aux droits et obligations des fonctionnaires - article 28), on ne peut que les remercier, les écouter et transmettre aux échelons hiérarchiques supérieurs, avec l’espoir que leur alerte légitime sera prise en compte.

    Certain que vous aurez à coeur de contribuer ainsi à préserver notre service public d’éducation, je vous en remercie, Monsieur l’Inspecteur d’académie, et vous prie d’agréer l’expression de mes respectueuses salutations.

    Jacques Jourdanet,retraité de l’Education nationale (IEN 06)

    • Le 17 décembre 2008 à 09:15, par Pascale Borsi

      Fille et petite fille d’enseignants de l’Ecole Publique, tous issus des milieux populaires, je suis à mon tour devenue institutrice et donc fonctionnaire.

      Je ne suis pas entrée dans le service public pour obéir aveuglément à un quelconque pouvoir mais bien pour servir au mieux l’intérêt des familles et de leurs enfants, pour les aider à construire un monde où chacun serait instruit de ses droits et de ses devoirs avant tout par l’exemple.

      Je n’enseigne pas à mes élèves l’obéissance mais le respect d’autrui
      et les valeurs d’une république démocratique que j’ai de plus en plus de mal à leur montrer au quotidien.

      L’autorité ne se gagne pas en décrétant seul ou sans concertation, elle doit toujours pouvoir être remise en cause dans une démocratie digne de ce nom et ne repose pas entre les seules mains d’un président ou d’un ministre mais bien entre celles d’assemblées constituées, élues où chacun doit pouvoir faire entendre ses opinions.

      Les enseignants qui ont eu le courage d’écrire leur refus en le motivant et sans pour autant faillir à leur devoirs professionnels puisqu’ils continuent d’assumer leurs fonctions avec professionnalisme et conviction, ne peuvent être ainsi sanctionnés sans appel ni soutien de tous ceux qui leur sont infiniment reconnaissants d’avoir osé se lever les premiers.J’en suis.

      Pascale Borsi, PE (14)

  • Le 10 décembre 2008 à 06:35, par nugon

    La journée de manifestations du 20, la veillée et la manifestation du 4 décembre ont réussi à renverser la vapeur contre la brutalité de la politique gouvernementale.

    Les soutiens de cette lutte doivent pouvoir trouver les formes actions efficaces aux côtés des 124 enseignants.

    Un espoir est né grace à votre lutte, merci.

  • Le 10 décembre 2008 à 22:08, par Martine

    Bravo

    Vous portez un fabuleux espoir.

    Je vous soutiens

    Un parent d’élève
    ORLEANS

  • Le 11 décembre 2008 à 11:51, par

    bonjour
    je n’ai pas beaucoup de temps pour me lancer dans une longue prose, mais comme ils comptent sur ça pour qu’on ne réagisse pas, au moins vous aurez ma signature et mon soutien !!
    rémi S, parent d’élève FCPE Biver (13)

  • Le 13 décembre 2008 à 21:48, par

    Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

    je suis parent d’élève à l’école des Accoules, et il m’a été donné à lire un texte d’une certaine Diane, qui a aussi envoyé une lettre de désobéissance, sur la manière dont elle initiait aux vertus du silence ses élèves. Toutes ces personnes qui disent désobéir sont de remarquables professeurs qui, et je ne peux pas croire qu’en votre fort intérieur vous ne le pensiez pas, s’inscrive dans la droite lignée des valeurs jusque ces derniers temps caractéristiques de notre école de la République.
    Les enfants en grande difficulté ont besoin que de réels moyens et que des experts les aident.
    C’est pourquoi je soutiens les 151 signataires des Bouches-du-Rhône.

    Marie Delahousse

  • Le 14 décembre 2008 à 08:57, par anne-marie lepagnol

    Bien entendu : totalement d’accord avec les raisons de cette action collective de désobéissance , saluant le courage des signataires des lettres je note une fois de plus l’utilisation perverse et des plus rapides des sanctions motivées par "le service non fait" et le rôle de la "hiérarchie" .
    Cela dit comment vous soutenir le plus efficacement possible puisque, hors de toutes les pressions, les "refuseux", "désobéissants" malgré toutes les déclarations du ministre sur la "liberté pédagogique" subissent déjà des annonces de "retenues de salaire" et de mesures "disciplinaires" ?
    On peut espérer que les organisations syndicales ( et autres )défendront par tous les moyens ceux et celles qui ne se contentent pas du programme d’actions qu’à grand peine elles mettent en oeuvre.
    Mais pourquoi pas ( en sus de toutes les autres initiatives )mettre en place une "Caisse de solidarité" gérée par les "refuseux" à laquelle contribueraient même (très)modestement les citoyen(ne)s décidés à défendre le service public de l’EN, les personnels réprimés et les droits les plus imprescriptibles de désobéir quand les ordres sont contraires à sa conscience, sa déontologie professionnelle,sa "dignité" .
    Une grand’mère"radiée des cadres de la fonction publique".Education nationale( c’est la formule élégante vous signifiant votre départ à la retraite !!!), toujours et encore allergique aux pouvoirs infantilisants des hiérarchies.
    anne-marie lepagnol.

  • Le 14 décembre 2008 à 14:20, par LEPRETRE hervé

    Je vous félicite pour tout le travail de résistance entrepris. Il est clair que le travail de "sap" du service publique de l’éducation est engagé par ce gouvernement et sous de nombreuses formes. Nous ne pouvons plus rester sans rien faire, car il en va aussi de notre dignité et de l’avenir de notre société.
    Je vous soutiens donc de tout coeur.
    Force et paix à vous>.
    Même dans ces temps difficiles il reste essentiel de rester ferme mais sans haine. De l’action non violente mais résistante naîtra un monde basé réellement sur la solidarité, celle qui donne à chacun son autonomie et sa dignité.

  • Le 14 décembre 2008 à 14:53, par

    Localisé en Alsace, je suis solidaire des 151 signataires des Bouches du Rhône. La résistance non-violente demande beaucoup de courage, d’engagement et de conscience face à l’autoritarisme d’un gouvernement de plus en plus cynique et égocentrique.
    En s’affichant décomplexé, celui-ci n’a plus grand-chose (en dehors de son accession aux dernières élections) avec la démocratie et ne joue plus son rôle pour le bien de tous.
    Il prend simplement sa revanche : des riches contres les pauvres, des adultes contre la jeunesse, des simplifications intellectuelles contre la culture, et de l’autoritarisme contre les droits de l’homme. Fascisme ? Pas encore, mais l’extrême-droite (anciens du FN) est peut–être un cheval de Troie qui pourrait pourrir la droite classique de l’intérieur… si on n’y prend pas garde.
    Charlie

    • Le 15 décembre 2008 à 00:08, par

      Directrice d’école, à la retraite, mais suivant toujours de trés prés"l’évolution" de l’école,je suis heureuse de voir qu’enfin on ne baisse plus l’échine et on réagit. Je vous soutiens fortement dans cette lutte contre le démantèlement de l’école publique si chère à mon coeur. Tenez bon. Seul un mouvement de masse aura raison de ces agissements. Même l’ancien ministre Ferry les a condamné sur une radio. C’est dire. Courage, nous sommes avec vous.Les parents commencent à vous entendre, enfin, expliquons, ça finira par payer.
      Viviane

  • Le 15 décembre 2008 à 20:05, par

    Je suis étudiante et je me destine à enseigner,aujourd’hui cela pourrait me faire peur mais pas du tout, ce métier a encore un grand avenir devant lui et c’est pour cela que je soutiens ces personnes qui se battent pour que les enfants aient accès aux meilleurs conditions de scolarité. Les enseignants, étidiants et autres parents doivent continuer de se mobiliser...
    cécile

    • Le 15 décembre 2008 à 21:53, par page

      retraité atypique de l’ enseignement j’ apporte tout mon soutient a une action que j’ aurais aimé mener.

      • Le 15 décembre 2008 à 23:03, par viggiano

        Où sont donc passées nos belles prétentions à la démocratie ? Est-ce à dire que dès que l’on réfléchit, dès que l’on veut donner son avis, on devient hors la loi, passible des pires sanctions ? Est-ce de cette société-là que l’on veut ? Une société d’esclaves où tels des veaux les citoyens sont menés à l’abattoir ? Est-ce parce que l’on est fonctionnaire et en bas de l’échelle que l’on n’a pas de conscience ni d’intelligence ? Je salue bien bas tous ceux qui ont le courage de se positionner à leurs risques et périls, en âme et conscience.
        C’est par la volonté de réagir, de ne plus se taire, d’être authentique que peut-être nous bâtirons ensemble un monde plus juste, plus humain, plus solidaire.
        Corinne Viggiano
        Enseignante

  • Le 16 décembre 2008 à 06:56, par Florence

    Même de très loin, j’essaie de rester informer de l’actualité en France et de soutenir comme je peux.
    Veuillez recevoir tous, mon soutien en espérant très fort qu’on aura gain de cause....

    Une prof des écoles dans une école française à l’étranger

    (Nous avons besoin d’etre davantage informés à l’étranger !!! Merci)

  • Le 16 décembre 2008 à 13:40, par Roland Quillier

    ...et si maintenant on sanctionnait les "désobéissants", ceux qui sont élus sur... des promesses non-tenues au bout de 6 mois.
    Total soutien aux enseignants désobéisseurs !

  • Le 17 décembre 2008 à 17:17, par anny paule

    Etant donnée la gravité de la situation, la mort programmée de notre système public d’enseignement (fait non isolé et trouvant ses prolongements partout à l’échelle planétaire... les jeunes Grecs, pour ne citer qu’eux, subissent le même choc et résistent pour les mêmes raisons), nous parents, grands parents, citoyens, soutenons les enseignants en lutte, les enseignants "désobéissants", les lycéens, les étudiants, les chercheurs et enseignants chercheurs ... C’est tout l’avenir de notre jeunesse et de notre pays qui se joue dans ces réformes. Nous sommes solidaires de tous ceux qui luttent pour le respect et le maintien de notre système public d’éducation.
    Anny Paule

  • Le 17 décembre 2008 à 17:51, par Leprêtre Blandine

    Merci à vous, signataires des lettres de désobéissance, d’avoir le cran
    de vous positionner fermement,en votre âme et conscience. Désobéir à des lois liberticides, c’est faire preuve de liberté intérieure, et œuvrer pou la paix et la liberté. Jusqu’où devrons-nous nous laisser piétiner sans rien dire ?

  • Le 17 décembre 2008 à 18:04, par Andelle

    Orthophoniste retraitée, je soutiens les signataires qui se refusent à participer au démantèlement de l’Education Nationale que se prépare à faire ce gouvernement. Je crains pour mes petits-enfants.
    Je dis bravo à ces courageux enseignants.

  • Le 17 décembre 2008 à 21:07, par

    De 150 à 200 enseignants se sont rassemblés mercredi devant l’Inspection académique de l’Hérault à Montpellier tandis qu’une délégation y remettait 383 "lettres de résistance" contre les réformes dans l’Education nationale.

    Les enseignants qui ont signé ces lettres expliquent qu’ils ne veulent pas appliquer les réformes en l’état, notamment en ce qui concerne l’aide personnalisée aux élèves.

    Ils adressent aussi un ultimatum à l’inspecteur d’académie de l’Hérault pour qu’il lève, d’ici la rentrée de janvier, les sanctions financières et disciplinaires prises à l’encontre de Bastien Cazals.

    Si les sanctions n’étaient pas levées, les enseignants menacent de faire grève le 13 janvier dans tout le département. Ils en décideront en assemblée générale intersyndicale le 7 janvier.
    "C’est une bonne réponse collective, je ne me sens plus seul. Cette action, c’est la meilleure façon de me défendre et de résister à la réforme à venir", a déclaré M. Cazals.

    • Le 17 décembre 2008 à 21:57, par

      Les fonctionnaires ont des devoirs envers l’Etat. Mais il ya diverses façons de les remplir.Placés dans les mêmes circonstances Jean Moulin et Maurice Papon avaient fait des choix différents.Il semble, au vu de ce constat que le zèle peut remplacer la conscience.

  • Le 18 décembre 2008 à 16:25, par delphine dieu

    Si nous pensons que l’égalité des chances se construit chaque jour, si nous pensons que cela passe en particulier par une école laïque, gratuite et ce dès la maternelle, si nous pensons que chaque enfant a droit à un enseignement de qualité, avec des moyens humains suffisants et des matériels adaptés, si nous sommes persuadés que notre pays pourra se sortir des crises économiques et écologiques grâce, en particulier, à sa recherche, ses savoirs-faire, la connaissance pour chacun, grace à une démocratie pour tous, alors exigeons des gouvernants de notre République et de l’ensemble des gouvernants des pays europeens leur devoir de proposer à chaque enfant, sans exclusion ni discrimination, un enseignement de qualité et des qualifications porteuses d’emplois autant que de culture.
    Je soutiens donc le choix de ces enseignants et demande l`arret des menaces et sanctions effectuees sur certains d`entre eux.

    Delphine Dieu, enseignante dans le secondaire.

  • Le 18 décembre 2008 à 16:27, par delphine dieu

    Si nous pensons que l’égalité des chances se construit chaque jour, si nous pensons que cela passe en particulier par une école laïque, gratuite et ce dès la maternelle, si nous pensons que chaque enfant a droit à un enseignement de qualité, avec des moyens humains suffisants et des matériels adaptés, si nous sommes persuadés que notre pays pourra se sortir des crises économiques et écologiques grâce, en particulier, à sa recherche, ses savoirs-faire, la connaissance pour chacun, grace à une démocratie pour tous, alors exigeons des gouvernants de notre République et de l’ensemble des gouvernants des pays europeens leur devoir de proposer à chaque enfant, sans exclusion ni discrimination, un enseignement de qualité et des qualifications porteuses d’emplois autant que de culture. Je soutiens le choix de ces enseignants et demande l`arret des menaces et sanctions exercees sur certains d`entre eux.
    Pierre Gondard, enseignant dans le secondaire.

    • Le 19 décembre 2008 à 09:27, par JUDITH

      Il faut rester très ferme et unis face à ces sanctions,ce Treve a sévi il y a quelques années enCorrèze envoyé par le ministère pour faire le ménage dans un département soi disant récalcitrant (effet Tarnac ?)Il a assez bien réussi en utilisant ce genre de méthode,diviser,sanctionner arbitrairement ,utiliser les divisions syndicales et les passe droits.La promotion dans les Bouches du Rhone montre qu’il agardé sa capacité de nuisance.Bon courage ,soyez unis ,nombreux ne vous laissez pas faire,les comités de soutien et le net sont de nouvelles armes de résistance........

    • Le 19 décembre 2008 à 09:29, par JUDITH

      Il faut rester très ferme et unis face à ces sanctions,ce Treve a sévi il y a quelques années enCorrèze envoyé par le ministère pour faire le ménage dans un département soi disant récalcitrant (effet Tarnac ?)Il a assez bien réussi en utilisant ce genre de méthode,diviser,sanctionner arbitrairement ,utiliser les divisions syndicales et les passe droits.La promotion dans les Bouches du Rhone montre qu’il agardé sa capacité de nuisance.Bon courage ,soyez unis ,nombreux ne vous laissez pas faire,les comités de soutien et le net sont de nouvelles armes de résistance........

  • Le 19 décembre 2008 à 09:01, par A. PHILIP

    Je soutiens entièrement ce mouvement de désobéissance ainsi que toutes les actions visant à un réveil des forces vives de ce pays. L’éducation (et sa communauté) est visée car elle est un enjeu majeur dans la société : ne laissons pas détruire ce qui est au service des citoyens et des individus.
    Bravo pour vos engagements clairs et radicaux

  • Le 20 décembre 2008 à 18:00, par Martine Peter

    Il est de notre responsabilité de nous exprimer dès qu’une mesure nous semble dangereuse et dénuée de bon sens, particulièrement en ce qui concerne l’éducation de nos enfants.
    Toute forme de dictature- qui s’exprime par l’absence de concertation auprès des citoyens concernés par ce qui est imposé- est à rejeter si nous voulons que la liberté individuelle soit respectée et mise au service du bien commun .
    Je soutiens de tout coeur cette action qui révèle une volonté d’authenticité et de responsabilité qui émerge de la conscience profonde que chacun porte en lui-même.

  • Le 20 décembre 2008 à 21:51, par Clotilde Durand

    Le refus d’obeir des enseignants m’interpelle et m’oblige à me questionner sur ma pratique professionnelle(je suis éducatrice).
    Je salue leur courage et leur détermination et je souhaite que leur exemple fasse boule de neige et provoque une remise en question radicale de ce SYSTEME BULDOZER qui écrase tout sur son passage, et ce dans tous les domaines, sans aucun respect de l’INDIVIDU et de la VIE qu’il porte en lui.
    Soyez assurés de mon total soutien.

    • Le 21 décembre 2008 à 14:13, par alia Fakhry

      Que reste t’il quand les concepts ne véhiculent plus le sens ?
      Que reste t’il quand les idées arment les fusils de ceux qui tiennent le monde au creux de leur main, au creux de leurs intérêts ?

      Il reste la dignité des hommes et des femmes qui mettent tout en œuvre pour que leurs actes soient conformes à leurs idées ! Il reste la désobéissance désintéressée !

      Continuons la lutte !

    • Le 21 décembre 2008 à 14:56, par

      Que reste t’il quand les concepts ne véhiculent plus le sens ?
      Que reste t’il quand les idées arment les fusils de ceux qui tiennent le monde au creux de leur main, au creux de leurs intérêts ?

      Il reste la dignité des hommes et des femmes qui mettent tout en œuvre pour que leurs actes soient conformes à leurs idées !
      Il reste la désobéissance désintéressée !

      Continuons la lutte !

      • Le 22 décembre 2008 à 22:19, par Stéphan Le Brigand

        Bravo et merci à tous ceux qui se positionnent fermement, en âme et conscience. C’est bien parce que les actes de désobéissance sont efficaces et dangereux pour le système qu’ils sont sanctionnés.

  • Le 25 décembre 2008 à 20:23, par OZANON

    Je soutiens totalement cette action des enseignants et des parents d’élèves dont je parle déjà sur mon site :
    Moments choisis

    • Le 3 janvier 2009 à 17:56, par Gérard Garcia

      Quelle tristesse ! Prof en CPGE,bientôt retraité de l’EN, je vois arriver une réforme de plus qui, en dépit des discours officiels rassurants, ne vise qu’à faire des économies budgétaires et ne peut que contribuer à dégrader sensiblement la situation dans les écoles maternelles. L’entreprise de démolition de l’enseignement public (et du service public en général) continue ! Si l’on considère également le manque de concertation avec les principaux intéressés, le mépris avec lequel nos ministres de l’éducation traitent depuis déjà longtemps leurs administrés et maintenant les méthodes répressives utilisées contre les "désobéisseurs", on ne peut qu’apporter son soutien à ce mouvement.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Education c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 560