Une tribune pour les luttes

Quelques nouvelles des personnes inculpées et emprisonnées suite à l’incendie du centre de rétention de Vincennes

N’oubliez pas de les soutenir. Elles en ont besoin.

Article mis en ligne le samedi 10 janvier 2009

N’hésitez pas à faire circuler ces quelques nouvelles des inculpés de la révolte de Vincennes, dont certains sont emprisonnés depuis 6 mois sans toujours aucune date de procès, et à communiquer le plus largement possible leurs adresses et N° d’écrou pour que celles et ceux qui le souhaitent puisssent leur écrire :

Mr Diakité, passait jeudi en appel pour une remise en liberté conditionnelle. L’audience n’était pas publique, même si sa compagne, Anaïs, a pu y assister donc il n’y a pas eu d’appel pour y aller nombreux. _ La juge, la même que lors de la précédente audience en appel pour la remise en liberté, a décidé de maintenir mr Diakité en détention.
Mr Diakité (pour ceux qui ne s’en rappellent pas est père de 7 enfants français dont plusieurs sont scolarisés dans le 13ème à Paris)a semblé fatigué à Anaïs, sa femme, et mercredi il a eu un malaise pendant la promenade.

Concernant les autres inculpés :

Aujourd’hui le jeune Ekma Mouktaré (17 ans ou 18 ans selon les sources) a eu sa première visite depuis 6 mois. Il semble très désorienté par ce qu’il lui arrive, on espère qu’une demande de remise en liberté sera bientôt faite.

Ali Diallo, le jeune homme qui avait été interpellé le soir même de l’incendie, a également eu une visite jeudi (la 2ème ). Petit détail : les gardiens ont refusé qu’on lui donne les chaussures d’hiver qu’on avait achetées pour lui vu qu’il n’avait que ces chaussures d’été (il y aurait un morceau de fer dans les semelles)

Mahamadou Dramé, qui travaillait en France depuis 7 ans et qui se trouvait en rétention à Vincennes après s’être fait arrêter sur son lieu de travail a aussi eu sa 2ème visite vendredi.

Quand à m. Slaheddine El Ouertani, victime selon les dires de l’administration pénitentiaire d’une agression dans sa cellule début novembre, il est, selon le peu de nouvelles qui filtrent, toujours hospitalisé à la Pitié salpétrière et toujours dans le coma.

Des colis de Noël (on a le droit à 5 kilos)ont été préparés pour chacun d’eux (sauf bien sûr pour Mr El Ouertani malheureusement).

Vous pouvez écrire à ses prisonniers, juste une carte, ça fait toujours plaisir et ça montre à l’administration que les gens sont entourés.

Il vaut mieux joindre une enveloppe timbrée pour recevoir une réponse, c’est assez compliqué pour eux de se procurer des enveloppes et des timbres.

Comme une instruction est en cours, il est évident, qu’aucune mention de l’incendie ou questions s’y rapportant ne doivent figurer dans ces lettres qui seront lues par l’administration pénitentiaire et surtout par le juge d’instruction.

Voilà leurs N° d’écrou et les adresses que vous pouvez diffuser à loisir dans vos différents réseaux :

Mahamadou Drame, écrou n°367337
Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis,
7 allée des Peupliers, 91700 Fleury-Mérogis

Ekma Mouktare, écrou n°367134, bât D3 cellule D326
Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis,
7 allée des Peupliers, 91700 Fleury-Mérogis

Ali Diallo, écrou n°367347, bât D5
_Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis,
_7 allée des Peupliers, 91700 Fleury-Mérogis
Moise Diakité, écrou n°369111 H, bât D5
Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis,
_7 allée des Peupliers, 91700 Fleury-Mérogis

(Les lettres doivent être adressées à une seule personne,
ils ne pourront pas les faire circuler)

Merci

POUR LEUR ENVOYER DE L’ARGENT

Il y a des limites mensuelles. Si l’argent est envoyé indépendamment des mandats que nous leur faisons parvenir, il risque d’aller en partie directement dans les poches de l’Etat.
Le mieux est d’envoyer un chèque aux caisses de soutien aux inculpés, destinées aux frais de justice et à l’envoi de mandats pour que les détenus puissent cantiner.

Caisse du CICP : chèques à l’ordre de « CICP-Vincennes »
Adresse : CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris

Kalimero : caisse de solidarité pour de nombreux prisonniers. Kalimero envoie de l’argent régulièrement pour les inculpés de Vincennes. Vous pouvez également soutenir ce collectif.
N° de compte pour faire un virement : 10278 06137 00020471901 clé 07.
Il est aussi possible de déposer de l’argent en liquide dans toutes les agences du Crédit Mutuel en donnant ce n° : 06137 00020471901

Contact : liberte-sans-retenue chez riseup.net


Rappel :

Le 22 juin 2008, le centre de rétention de Vincennes brûlait au lendemain de la mort d’un retenu , après 6 mois de lutte, de grèves de la faim, de violences policières et de manifestations.

Le soir même, les retenus traumatisés, sans vêtements , quelquefois sans chaussures sont transférés aux quatre coins de la France : Rouen-Oissel, Lille-Lesquin, Nîmes-Courbessac, Palaiseau, Mesnil-Amelot et Paris-Dépôt-Cité. Traités comme du bétail, certains sortiront le lendemain parce qu ’ils arrivaient au terme des 32 jours de rétention. Débarqués au milieu de nulle part , sans leurs affaires, c’est la solidarité qui leur a permis de retrouver leurs proches.

Mais l’Etat s’acharne.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1005