Une tribune pour les luttes

Grève interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites.

A MARSEILLE , une énorme manifestation compacte, très combative en deux cortèges arrivant à Castellane, et qui n’était pas terminée à 14h.
Les syndicats ont dénombrés 230000 manifestants et, on rigole, la police 24.500 !

Pour perdre moins d’argent : la grève reconductible
Un mouvement de plus en plus fort : maintenant, on passe un cap et on va gagner !
Faisons circuler l’information.

Article mis en ligne le mardi 12 octobre 2010

Avignon : 36000 manifestants

Arles : plus de 6000 personnes


Briançon
, 1000 manifestants .

Digne : 3500 manifestants, la plus forte mobilisation depuis le début de ce mouvement social. A noter, la présence de nombreux lycéens du lycée agricole de Carmejane et de l’établissement Pierre-Gilles de Gennes.

Manosque : 3000 manifestants, soit une mobilisation bien plus importante que lors de la journée d’action du 2 octobre dernier.


Solidaires

http://www.solidaires.org/


Grève interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites

Après les journées de grèves et manifestations des 27 mai, 24 juin, 7 septembre, 23 septembre, 2 octobre, nous sommes dans une nouvelle phase, déterminante, de cette lutte sociale. A compter du 12 octobre, c’est un mouvement reconductible qui s’amplifie dans toute la France et va toucher tous les secteurs professionnels.

L’Union syndicale Solidaires apporte son soutien aux grèves qui sont en cours, et à celles qui seront décidées par les Assemblées Générales de salarié-e-s dès demain

CFDT, CFTC, CGT, FSU, UNSA et bien sûr Solidaires se prononcent clairement pour « la tenue d’Assemblées Générales et l’organisation de consultations unitaires des salarié-e-s sur leur lieu de travail » pour « définir démocratiquement le rythme, les formes et les suites de l’action ».


La grève se construit, à la base, dans les secteurs professionnels et les localités

Les appels unitaires à un mouvement de grève interprofessionnelle se sont multipliés ces derniers jours, amplifiant considérablement les premières initiatives de l’Union syndicale Solidaires et de secteurs de la CGT.

Les syndicats Solidaires, CGT, FSU, FO, CFDT, UNSA, … s’engagent dans la grève reconductible dans les raffineries, les Collectivités Territoriales, les transports urbains, aériens et maritimes, à la RATP, à la SNCF, dans l’Education nationale, au Ministère des Finances, au Ministère de la Culture, à La Poste, France Télécom, la Sécurité Sociale, EDF, à GDF/Suez, au Ministère de l’Environnement et de l’Equipement, au Ministère du Travail, au Ministère des Transports, dans les Hôpitaux, l’audio-visuel, les Banques, à la Météo, à Pôle Emploi, dans des entreprises de Métallurgie, Commerces, Services, Chimie, Prévention/Sécurité, Construction, Nettoyage,… De nombreuses Unions Départementales interprofessionnelles appuient ces appels à la grève.


La priorité : tous et toutes en grève et dans les manifestations, mardi 12 !

La reconduction de la grève et son élargissement seront possibles à partir de la réussite du 12. Des millions de grévistes et de manifestant-e-s partout en France mardi, voilà qui nous permettra dans les Assemblées Générales le jour-même et le lendemain de décider la poursuite du mouvement jusqu’au retrait du projet de loi. Chacun-e de nous peut participer à cette lutte sociale : première étape le 12, en participant aux manifestations, ensuite décidons la grève partout où c’est possible, proposons des actions permettant à tous de se retrouver ensemble.

Pour perdre moins d’argent : la grève reconductible

Quelques jours de grève pour ne pas perdre des années de temps libre, ca vaut le coup, non ? La grève, ça coûte de l’argent ; c’est indéniable. Mais la mise en oeuvre de ce projet de loi nous en coûtera bien plus ! Directement, à travers les pensions de retraite considérablement réduites et indirectement car une défaite sociale sur ce dossier serait la porte ouverte à de nouvelles remises en cause. Pour gagner plus, il faut lutter le plus efficacement possible : pour l’Union syndicale Solidaires, l’heure est maintenant à une grève reconductible qui ne reviendra pas plus cher que des grèves isolées et nous permettra de gagner.


Un mouvement de plus en plus fort : maintenant, on passe un cap et on va gagner !

Les journées d’actions des 7 septembre, 23 septembre, 2 octobre ont chacune rassemblé environ 3 millions de personnes : c’est plus que durant le mouvement de novembre/décembre 1995 ! Et les manifestant-e-s ne sont pas les mêmes d’une manif. à l’autre : il y a un rejet très massif de ce projet de loi, une volonté d’imposer un autre partage des richesses. Maintenant, c’est la grève interprofessionnelle reconductible et on va gagner !

Faisons circuler l’information

Faire circuler l’information vraie est déterminant dans la réussite de la grève. Solidaires s’y emploie à travers une rubrique "Action !" sur son site : http://www.solidaires.org/rubrique3.... Envoyez vos informations sur contact chez solidaires.org pour alimenter celle-ci et le présent bulletin quotidien.

10 octobre 2010

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 12 octobre 2010 à 17:56, par Libertad

    33000 personnes a Toulon.
    Grande manifestation outre les syndicats,partis de gauche et d’extreme gauche,anarchistes,cnt et bon nombre de lycéens.
    Le mouvement se radicalise.

    Amplifions et radicalisons le mouvement a la base.

    Que souffle le vent de la révolte et de la colère !

    Gréve Générale !

    Agissons !

  • Le 13 octobre 2010 à 11:46, par

    A Marseille, les policiers auraient en fait compté au moins 100.000 manifestants.

    Selon les informations d’Europe 1, les policiers auraient compté au moins 100.000 manifestants dans les rues de Marseille ce mardi, bien loin des 24.500 annoncés officiellement.

    Plus tôt dans la journée, le syndicat Unité SGP police s’était étonné du recensement diffusé par les autorités, en particulier dans la cité phocéenne. Dans un communiqué, il avait estimé que la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône "s’épuisait à dévaloriser le nombre des manifestants alors même que la mobilisation s’amplifie".

    Pour Unité SGP police, syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix, ce "procédé comptable" de la hiérarchie policière "confond les limites entre politique et service public". Selon lui, cette façon de "travestir" la contestation sociale risque en définitive de "ridiculiser la police".

    • Le 20 octobre 2010 à 13:46, par poukie

      y’en a marre des capitaliste il faut que le peuple reprenne son droit car c nous et grace a nous qui remplissons les caisses de l’état avec nos impots et si il faut nous ferons tous un blocus a ne pas payer les impots pour engraisser l’etats de c politiciens qui nous mente chaque jours et meme sur les chiffres des manifestant qui s’opposent a ce regime de pouvoir intolérable pour les paysans français on n’est des cerfs et restera car il n’y a pas d’espérance avec ce gouvernement et nous nous batteront jusqu’au bout puisque notre retraite est morte avant nous

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1065

Solidaires 13 (Union syndicale) c'est aussi ...