Une tribune pour les luttes

Depuis le 15 mars,la répression aurait fait plus de 1200 morts, des centaines de blessés, plus de 10.000 arrestations, 10.000 réfugiés syriens en Turquie.

« Oui, au soutien, non à l’intervention française en Syrie »

Appel du mouvement pacifique syrien, 29 mai 2011

Article mis en ligne le jeudi 16 juin 2011

10.000 réfugiés syriens en Turquie

17/06/2011

Le nombre de Syriens qui sont entrés en Turquie pour fuir la répression dans leur pays a atteint 9.700 aujourd’hui avec l’arrivée ces 24 dernières heures de plus d’un millier de nouveaux réfugiés, a-t-on appris de source officielle turque.

"Le nombre de Syriens en Turquie vendredi est de 9.700", a souligné cette source. Environ 1.200 syriens ont traversé la frontière hier et cette nuit, a-t-on ajouté de même source.


Samedi 4 juin, les militants pro-démocratie en Syrie avaient dédié une page Facebook au jeune Hamzeh al-Khatib, un garçon de 13 ans abominablement torturé et tué par les forces de sécurité à Deraa (sud), où est né le mouvement de contestation contre le régime.

Les médias officiels syriens qui avaient qualifié de "mensonges fabriqués" les accusations de torture, ont annoncé mercredi 1er juin que le président Assad avait reçu les parents de l’adolescent.


30 mai 2011

http://rezonances.blog.lemonde.fr/2...

La page Facebook du Monde.fr attaquée par des soutiens du régime syrien

Ce weekend, un article publié sur notre page Facebook a pulvérisé le record de commentaires avec plus de 1400 messages - nos contenus en reçoivent en moyenne une cinquantaine. Actualité brûlante ? Oui, mais pas seulement : posté samedi sur notre page, le témoignage du collaborateur du Monde emprisonné 24 jours dans les geôles syriennes ("Dans les geôles de Bachar Al-Assad" http://www.lemonde.fr/proche-orient...) a été repéré par un groupe d’activistes pro-régime, "l’armée électronique syrienne".

Dimanche soir, celui-ci a lancé sur une page Facebook, supprimée depuis, un appel à "une attaque en règle avec le plus grand nombre de commentaires" contre nos contenus sur la révolte syrienne, désignant par un lien l’article en question.

"Notre objectif est de poster sur le premier journal français "Le Monde" sur les sujets relatifs à la Syrie", expliquent en arabe les administrateurs de la page, qui donnent la marche à suivre à leurs "fans" : "S’il vous plaît copiez tous les commentaires que nous faisons et postez-les sur la Une".

(...)

Sur notre page, les participants à l’attaque clament haut et fort leur amour pour Bachar Al-Assad et tentent de discréditer les médias occidentaux qui couvrent les évènements en Syrie.

Peu après le début de l’offensive, ses auteurs s’estiment satisfaits. "L’opération a eu lieu... Je vous remercie pour vos efforts considérables. Nous sommes avec vous, Dieu peut nous aider dans notre victoire et la victoire du chef de la nation", écrivent-ils en arabe. Un visiteur s’extasie devant le nombre de commentaires postés en quelques minutes : 800.

(..)

Malgré les affirmations de l"armée électronique syrienne", les organisations de défense des droits de l’homme estiment qu’au moins 1 000 civils ont été tués par les forces de sécurité, l’armée et des miliciens pro-Assad qui répriment les manifestations populaires depuis la mi-mars. Damas refuse toujours de laisser entrer sur le territoire syrien une mission de l’ONU chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme.

Marion Solletty


A propos du communiqué "Bernard-Henri Lévy, épargnez aux Syriens votre soutien !"

29 mai 2011

Ce dimanche 29 mai s’est tenue la manifestation de soutien au peuple syrien à la suite de l’appel S.O.S Syrie publié sur LeMonde.fr le 25 mai. Cet appel soutenu par de nombreuses personnalités politiques et intellectuelles françaises a suscité de nombreux débats dans la société syrienne en France.

D’une part, les Syriens de France ne pouvaient que se réjouir de la prise de conscience par les élites françaises de la gravité de la situation en Syrie et de leur désir de soutenir le peuple syrien. En effet, la Syrie compte aujourd’hui, selon les ONG, plus de 1 000 morts et plus de 10 000 personnes arrêtées par les services de sécurité syriens, dont la brutalité n’est plus à démontrer. Pour preuve, la vidéo choquante passée en boucle vendredi dernier sur la chaîne Al-Jazira présentant cette vision insupportable du corps mutilé par les tortures d’un adolescent de 13 ans.

D’un autre côté, les intentions réelles ou cachées des organisateurs de l’appel S.O.S Syrie a suscité la suspicion chez de nombreux intellectuels et opposants syriens en France. L’article virulent rédigé par MM. Burhan Ghalioun, Subhi Hadidi et Farouk Marghem Bey en réponse à l’appel S.O.S Syrie en témoigne. C’est ainsi que ces trois intellectuels en arrivent à penser "exprimer l’opinion de la très grande majorité des démocrates syriens en exil en appelant nos amis syriens, arabes, français, européens, à boycotter SOS Syrie et à s’en démarquer publiquement".

Décidément, c’est à n’y plus rien comprendre. Les Syriens interpellent la France, depuis maintenant deux mois, à les soutenir dans leur lutte non-violente. Par ailleurs, ces mêmes Syriens refusent ce soutien lorsqu’enfin, il arrive !

L’équation est pourtant simple à résoudre lorsque l’on connaît mieux la nature de ceux que l’on appelle "l’opposition syrienne exilée". Ces derniers sont pour la plupart des opposants exilés de longue date qui sont alignés avec la jeunesse syrienne qui participe aux manifestations non-violentes en Syrie au péril de leur vie, mais qui n’ont pas de moyens d’être en contact avec eux. Ils ne peuvent se permettrent de perdre leur légitimité en se ralliant à des personnalités ou des courants qui soutiendraient une intervention militaire en Syrie. Car il est une évidence pour la très vaste majorité des Syriens, que le peuple syrien, quelque soit son appartenance, est opposé à toute intervention étrangère dans son territoire. C’est sous cet angle qu’il faut donc relire l’article de MM. Burhan Ghalioun, Subhi Hadidi et Farouk Marghem Bey intitulé : "Bernard-Henri Lévy, épargnez aux Syriens votre soutien !" . Bernard-Henri Lévy, et certains autres signataires de l’appel SOS Syrie, étant des défenseurs de l’interventionnisme militaire, la réaction des opposants syriens ne pouvait que difficilement être autre.

Nous, membre du mouvement pacifique syrien, qui œuvre de façon non-violente pour atteindre nos objectifs de liberté et de démocratie en Syrie, désirions donner un éclairage personnel sur notre position vis-à-vis de l’appel S.O.S Syrie et de la possibilité d’une intervention militaire étrangère sur le sol syrien.

Tout d’abord, le mouvement pacifique syrien souhaite exprimer sa gratitude envers toutes les personnes, en France et ailleurs dans le monde, qui soutiennent notre noble cause. Nous bravons la peur tous les jours pour accéder à la liberté par nos moyens non-violents. Pour cela nous sacrifions nos vies et offrons nos martyrs. N’oublions pas le sens du mot martyr, du grec martus, qui signifie "le témoin". En nous sacrifiant, nous témoignons aux yeux de tous de notre foi en notre belle cause. Alors si ce sacrifice atteint vos coeurs, nous ne pouvons que nous en réjouir. Nous ressentons une fierté immense lorsque nous voyons les peuples de grandes démocraties occidentales s’inspirer de notre ferveur pour la liberté et la justice. Après plus de quanrante années de dictature barbare, non seulement nous relevons notre tête avec fierté et courage, mais nous donnons même l’exemple au monde entier.

Aujourd’hui, grâce à notre témoignage gagné par le sacrifice de nos frères et sœurs, tombés sous le joug de la répression de notre propre régime, le monde entier est témoin du vrai visage de Bachar El Assad, président illégitime de la Syrie. Et le monde s’indigne et souhaite nous soutenir, et nous ne pouvons que le remercier.

Nous souhaitons néanmoins éclaircir notre position aux signataires de l’appel SOS Syrie, aux signataires du Collectif Urgence et Solidarité Syrie, à toutes les personnes venues manifester ce dimanche au Trocadéro et aux opposants syriens honnêtes et intègres en France et partout dans le monde. Tout comme vous, nous ne souhaitons aucune intervention militaire en Syrie, ni aujourd’hui ni demain. Nous croyons en la grandeur de la Syrie, tout comme Jaurès ou De Gaulle croyaient en la grandeur de la France. Notre guerre de libération, nous la gagnerons par nous-même, et par nos seuls moyens pacifiques. Que cela soit dit une fois pour toutes.

Aux démocrates et aux défenseurs de la liberté, nous vous disons que nous appelons à votre soutien réel et honnête. Nous vous demandons de ne plus jamais fermer les yeux face à la barbarie d’un régime qui tue son propre peuple. Agissez par tous les moyens diplomatiques, médiatiques et juridiques. Faites en sorte que les tueries soient révélées au grand jour. Faites en sorte que les vols perpétrés par le clan de Bachar El Assad et les autres clans mafieux de ce régime, exilés ou non, soient dévoilés. Dites nous combien de milliards gagnés malhonnêtement cachent nos dirigeants illégitimes dans vos banques. Aidez vos journalistes à pénétrer en Syrie pour couvrir les évènements. Envoyez des commissions d’enquête en Syrie. Instruisez des procès à la Cour pénale internationale contre ceux qui commettent ces crimes contre l’humanité. Exigez encore plus fermement l’intervention humanitaire de la Croix rouge en Syrie. Faites pression sur tous vos alliés pour isoler le président illégitime de la Syrie et facilitez son départ. Rappelez vos ambassadeurs et limogez ceux qui ont pris partie pour le régime illégitime du clan Al Assad, comme M. Eric Chevallier.

C’est ainsi que vous soutiendrez notre action pacifique et honorerez nos martyrs. La Syrie Libre vous sera alors profondément reconnaissante.

La Syrie est un grand pays, par son histoire, par sa culture et par son influence. Cette position patriotique des Syriens est peu connue des occidentaux. Cet éclairage sur la position de la jeunesse syrienne qui défie le régime répressif de Bachar Al Assad à l’intérieur du pays, doit interpeller les dirigeants des pays démocratiques.

Les révolutions arabes sont peut être le signe annonciateur d’une mutation planétaire. Il est du devoir des pays ayant la chance de vivre en paix et en démocratie de choisir le camp de la liberté et du progressisme. Si ces révolutions échouent ou dérivent systématiquement vers des guerres armées, cette mutation pourrait avoir des conséquences désastreuses pour des décennies. Alors, c’est vers des jours sombres que nous nous dirigerons tous.


Bernard-Henri Lévy, épargnez aux Syriens votre soutien !
Par Burhan Ghalioun, écrivain, professeur à la Sorbonne, Subhi Hadidi, écrivain et journaliste, et Farouk Mardam Bey, éditeur.

http://blogs.mediapart.fr/edition/l...


A l’initiative de Bernard-Henri Lévy, un texte a été publié dans Le Monde du 25 mai 2011 sous le titre SOS Syrie, qui dénonce les crimes commis par le régime de Bachar al-Assad et appelle à la solidarité avec le peuple syrien dans sa lutte pour la liberté.

Nous jugeons pour le moins indécent que des personnes comme Bernard-Henry Lévy, qui se sont toujours illustrées par leur hostilité aux revendications légitimes du peuple palestinien et par leur coupable complaisance pour la colonisation des territoires occupés, y compris le Golan syrien, tentent de récupérer le mouvement populaire en Syrie au moment où il affronte avec un admirable courage la terrible machine répressive d’un pouvoir aux abois.

Nous considérons ce texte et toute initiative qui serait prise dans l’avenir par SOS Syrie, quelle que soit l’appellation sous laquelle ce groupe pourrait se présenter, comme des manœuvres sordides qui visent à détourner l’opposition démocratique syrienne de ses objectifs et portent atteinte à sa crédibilité devant son peuple.

Nous nous étonnons de voir Michel Rocard, François Hollande et Bertrand Delanoë mêler leurs noms à ceux des intellectuels qui ont applaudi l’invasion américaine de l’Irak et qui ne se sont apparemment pas repentis en constatant ses tragiques conséquences.

Nous pensons exprimer l’opinion de la très grande majorité des démocrate syriens en exil en appelant nos amis syriens, arabes, français, européens, à boycotter SOS Syrie et à s’en démarquer publiquement.

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 30 mai 2011 à 11:13, par
  • Le 31 mai 2011 à 10:26, par

    http://www.france24.com/fr/20110530...
    Par Tony TODD

    Arrêté le 29 avril dernier par les autorités syriennes, Hamza al-Khatib a été rendu mort à ses parents près d’un mois plus tard. Ils ont reçu le 27 mai son corps sans vie, tuméfié et mutilé en s’engageant par écrit à l’enterrer immédiatement.

    Malgré cela, une vidéo montrant en détail le corps supplicié du jeune garçon de 13 ans a été postée sur YouTube avant qu’il ne soit inhumé.
    Des activistes syriens racontent sur la page Facebook Syrian Revolution 2011 que le jeune Hamza, qui a disparu en marge des manifestations à Deraa, épicentre de la contestation syrienne, a été soumis à d’atroces tortures. La vidéo postée sur YouTube montre toutes les blessures infligées à son corps d’enfant - son visage est tuméfié. Son corps est couvert de brûlures de cigarettes et d’impacts de balles.
    "Il y a plusieurs impacts de balles sur son corps, utilisées pour le torturer et non pour le tuer", ont écrit les administrateurs de la page Facebook. "Des signes évidents montrent qu’il a subit de graves sévices, on peut voir des marques laissées par des mains, des bâtons, et des chaussures. Ses parties génitales ont également été mutilées."

    (...)

    Tout au long du week-end, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de Syrie pour dénoncer la mort du jeune garçon. Ce mouvement pourrait bien donner un nouvel élan aux protestataires syriens qui, jusqu’alors, se mobilisaient surtout les vendredis.

    Au moins 15 personnes ont été tuées durant ces deux jours, selon des militants, et de nombreuses autres ont été blessées. Ces bilans, de même que l’ampleur des manifestations, ne peuvent pas être vérifiées car les autorités syriennes interdisent à la presse étrangère de travailler dans le pays.

    Il n’est pas rare de subir des tortures ou même de mourir aux mains des services de sécurité syriens qui, depuis le début du mouvement de contestation, n’ont pas cessé de s’en prendre aux manifestants. Mais ce qui fait de Hamza un cas à part, c’est son jeune âge, et la volonté apparente de l’État d’infliger des violences à des enfants.

    Les révoltes en Syrie, au cours desquelles ont péri plus de 1500 civils selon des groupes de défense des droits de l’homme, se sont d’ailleurs amplifiées à partir du moment où les forces de l’ordre ont commencé à procéder à des arrestations d’enfants (qui ont par la suite été relâchés) à Deraa qui avaient couvert un mur de graffitis pro-révolution.

  • Le 12 juin 2011 à 10:23, par
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

International c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 425