Une tribune pour les luttes

Manifestations de solidarité le samedi 18 février dans de nombreuses villes en France.

Solidarité avec le peuple grec - Non à l’Europe de l’austérité !

- + Appel de la Marche Mondiale des Femmes
- + Appel des Indigné-es -
Nous sommes tous des Grecs. Quand un peuple est attaqué ce sont tous les peuples qui sont attaqués.
A Marseille, Rassemblement samedi 18 février à 14h sur le quai de la Fraternité (métro Vieux-Port côté mer)
Marche vers le Consulat Grec rue Grignan - Préfecture

Article mis en ligne le samedi 18 février 2012


Appel des Indigné-es -

Nous sommes tous des Grecs
Quand un peuple est attaqué ce sont tous les peuples qui sont attaqués.

Le 10 février, le gouvernement non élu de la Grèce a adopté un nouveau
plan d’austérité monstrueux et destructif, qui a été approuvé par
le Parlement (199 députés contre 101) le 12 février.
Avec ce nouveau plan d’austérité, le salaire minimum est diminué de 22 %
et gelé pour trois ans, les conventions collectives sont tout
simplement supprimées, il y aura 15 000 licenciements dans la Fonction
publique et 150000 postes seront détruits par non
renouvellement... ;Le peuple grec est en train de se
soulever courageusement contre cette politique de terreur sociale. Dans
le silence assourdissant des médias, manifestations se
multiplient ainsi que les grèves générales malgré violente
répression.

Les Grecs ont besoin de la solidarité internationale et y font appel
Répondons à cet appel. Nous sommes tous des Grecs ! _ Leur
mobilisation se heurte au mur d’une dictature européenne
et internationale, celle des marchés financiers et de la troika :
UE, BCE, FMI, qui ont imposé aux grecs ces plans d’austérité et
un gouvernement non élu Les gouvernements dans l’UE sont parties
prenantes de cette dictature et appliquent dans les autres pays
des politiques qui vont dans le même sens. La Grèce n’est pour eux
qu’un laboratoire avant généralisation. La situation va s’aggraver
encore avec le projet de nouveau traité européen obligeant à introduire
la "règle d’or" dans nos constitutions.
Nous aussi, comme les Grecs, refusons de sacrifier le peuple sur l’autel
de l’argent.

Reprenons nos vies en main. Laissez votre PC,
rejoignez la mobilisation !

A Marseille
Rassemblement samedi 18 février à 14h sur le quai de la Fraternité (métro Vieux-Port côté mer) - Marche vers le Consulat Grec rue Grignan - Préfecture place F. Baret


Appel Marche Mondiale des Femmes

Soutien au peuple grec Solidarité avec
les peuples européens en lutte

La Coordination Française Marche Mondiale des Femmes souhaite exprimer sa
solidarité avec le peuple grec, avec les femmes grecques, en lutte
depuis près de 2 ans contre les politiques libérales en cours.

Nous dénonçons les choix budgétaires et idéologiques des institutions
européennes et internationales (Banque Mondiale – B.C.E - FMI – Agences
de Notations – UE) imposés au peuple grec. Les mesures d’austérité sont
particulièrement brutales : les coupes de budget de tous les services
sociaux et la diminution manifeste des salaires des fonctionnaires et
des retraites de tout-es ont un effet terrible sur le quotidien de toute
la population, et plus particulièrement sur celui des femmes. La faim
sévit aujourd’hui à Athènes, et de nombreux enfants subissent la
malnutrition. Les hôpitaux ont fermé 40 % des lits sur décision d’un
gouvernement aux ordres de la finance internationale.

Les femmes paient comme d’habitude le plus lourd tribut : elles sont les
premières licenciées - en particulier celles qui travaillaient dans la
Fonction publique - elles assument les tâches abandonnées par les
services sociaux défaillants en plus des tâches domestiques habituelles,
elles subissent de plein fouet l’idéologie patriarcale et capitaliste
de retour au foyer qui se durcit en contexte de crise.

Loin d’être isolée, la Grèce est, au contraire, le laboratoire d’une
politique plus large menée en réalité à l’échelle du continent
européen. Cette politique amène les peuples européens à la misère,
aggrave la pauvreté des moins privilégié-es, accroit les violences
contre les femmes, au bénéfice des plus riches qui s’enrichissent
toujours plus.

Dans ce contexte :
- Nous condamnons les violences des policiers qui attaquent les
manifestant-es grec-ques descendu- es dans la rue, bafouant les droits
fondamentaux des peuples à manifester. Nous réaffirmons la légitimité
des peuples à choisir leur destinée ;

- Nous condamnons les institutions financières et politiques qui créent
et organisent ce démantèlement de la vie des femmes et des hommes
grec-ques ;

- Nous affirmons notre solidarité avec le peuple grec, mais aussi avec
toutes celles et tous ceux qui, aujourd’hui en Europe, s’organisent
pour résister aux offensives néolibérales et rétrogrades : espagnol-es,
portugais-es, roumain-es, italien-es ... ;

- Nous appelons les peuples européens, et en particulier les femmes, à
prendre la mesure des
attaques à nos droits, à nos acquis, à nos libertés, et à organiser nos
solidarités, nos résistances et nos luttes collectives.

Nous appelons au rassemblement du 18 février à Paris, dans le cadre de
la journée de solidarité internationale


Union syndicale Solidaires

Solidarité avec le peuple grec - Non à l’Europe de l’austérité !

L’union syndicale Solidaires appelle aux manifestations de solidarité avec le peuple grec qui auront lieu le samedi 18 février dans de nombreuses villes en France. A Paris, le rassemblement est prévu à 14 heures au Parvis des Droits de l’homme (métro : Trocadéro).

En affirmant notre solidarité avec le peuple Grec, il s’agit de dénoncer et de refuser les politiques d’austérité imposées aux peuples d’Europe qui conduisent à une récession généralisée, dont les conséquences sociales se font déjà lourdement sentir (chômage, pauvreté, précarité…).

Le peuple Grec subit plan d’austérité sur plan d’austérité pendant que les richesses des classes dominantes continuent d’être épargnées : diminution de 22 % du salaire minimum, baisse des allocations chômage et des retraites, suppression des conventions collectives, licenciements et destruction massive des emplois publics, privatisations… La Troïka (FMI – Banque centrale européenne - Commission Européenne) et les dirigeants grecs, veulent mettre à genoux le peuple grec pour mieux protéger les intérêts des banques et sauvegarder le système économique et financier qui a engendré la crise actuelle.

Le nouveau traité européen obligeant à introduire la « règle d’or » dans les constitutions nationales est aux antipodes de l’Europe que nous voulons, celle de la solidarité, de la coopération et de la priorité à donner aux droits fondamentaux pour toutes et tous. Cette « règle d’or » vise à déposséder les peuples de tout débat démocratique sur les choix alternatifs en matière économique, financière et sociale.

Non à l’Europe de la finance et du capitalisme prédateur !
Oui à l’Europe de la solidarité entre les peuples, du partage des richesses et des biens communs

14 février 2012


Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 15 février 2012 à 10:25, par

    Rassemblement samedi 18 février à 14h sur le quai de la Fraternité (métro Vieux-Port côté mer) - Marche vers le Consulat Grec rue Grignan - Préfecture place F. Baret

    facebook: http://www.facebook.com/e...

    Nous sommes tous des Grecs

    Quand un peuple est attaqué ce sont tous les peuples qui sont attaqués.
    Le 10 février, le gouvernement non élu de la Grèce a adopté un nouveau plan d’austérité monstrueux et destructif, qui a été approuvé par le parlement grec (199 députés contre 101) le 12 février.
    Avec ce nouveau plan d’austérité, le salaire minimum est diminué de 22% et gelé pour trois ans, les conventions collectives sont tout simplement supprimées, il y aura 15 000 licenciements dans la fonction publique et 150 000 postes seront détruits par non renouvellement...
    Le peuple grec est en train de se soulever courageusement contre cette politique de terreur sociale. Dans le silence assourdissant des médias, les manifestations se multiplient ainsi que les grèves générales malgré la violente répression.
    Les Grecs ont besoin de la solidarité internationale et y font appel (http://realdemocracygr.wordpress.co...).
    Répondons à cet appel. Nous sommes tous des Grecs !
    Leur mobilisation se heurte au mur d’une dictature européenne et internationale, celle des marchés financiers et de la troika : UE, BCE, FMI, qui ont imposé aux grecs ces plans d’austérité et un gouvernement non élu.
    Les gouvernements dans l’UE, en particulier le gouvernement français, sont parties prenantes de cette dictature et appliquent dans les autres pays des politiques qui vont dans le même sens. La Grèce n’est pour eux qu’un laboratoire avant généralisation. _ La situation va s’aggraver encore avec le projet de nouveau traité européen obligeant à introduire la "règle d’or" dans nos constitutions.
    Nous aussi, comme les Grecs, refusons de sacrifier le peuple sur l’autel de l’argent.
    Reprenons nos vies en main.
    Laissez votre PC, rejoignez la mobilisation !
    Manifestation en solidarité avec la mobilisation des Grecs le Samedi 18 février, partout, montrons que les peuples se mobilisent en solidarité.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525

Solidaires 13 (Union syndicale) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155