Une tribune pour les luttes

Jeunes filles écrasées : le MRAP apporte son soutien à la plainte de la famille

Article mis en ligne le mardi 20 mars 2012

Le MRAP horrifié par la tuerie de Toulouse

Le MRAP est horrifié par la tuerie qui a eu lieu ce matin, 19 mars, devant une école juive de Toulouse, faisant 4 morts dont 3 enfants. Le fait que les victimes soient des enfants que le tueur a poursuivi jusqu’à l’intérieur de l’école ajoute l’horreur à l’horreur.

Le MRAP s’incline devant la douleur des familles, des amis des victimes. Les familles meurtries doivent rencontrer l’expression de la solidarité unanime.

S’il est trop tôt pour tirer des conclusions, cette tuerie comporte des similitudes avec les assassinats de militaires la semaine dernière dans le sud ouest. Les conditions dans lesquelles ces actes horribles ont été commis, le choix de victimes d’origine maghrébine, antillaise ou d’enfants et d’un professeur d’une école juive, laissent craindre des mobiles racistes. Dans le cas de l’établissement scolaire Ozar Hatorah de Toulouse, l’acte antisémite ne fait aucun doute. Si la douleur des proches reste la même la sélection des victimes en fonction de leurs origines relève de la barbarie absolue et impose une mobilisation de toute la société au-delà du travail d’investigation.

Trop de douleurs, trop de similitudes, trop d’interrogations, l’enquête doit aboutir au plus vite. il nous appartiendra dès demain de nous interroger sur le climat dans lequel s’inscrit cet acte antisémite.

L’heure est aujourd’hui au recueillement.

Paris, le 19 mars 2012.


Jeunes filles écrasées : le MRAP apporte son soutien à la plainte de la famille

lundi 19 mars 2012

Trois toutes jeunes filles, dont deux mineures ont été écrasées sur l’ autoroute du sud, dans la nuit de samedi à dimanche, après avoir été contrôlées sans titre de transport dans un train de la SNCF, et débarquées à 23 h à la gare de Pierrelatte.

Le MRAP s’ interroge sur les circonstances qui ont permis que ces trois très jeunes filles aient pu être ainsi abandonnées en pleine nuit, sans que ni les services de protection de l’ enfance, ni même les services de police n’aient été prévenus . Les services de police de la SNCF de cette région du Sud-Est, montrent d’ ordinaire une bien plus grande célérité quand il s’agit d’ harceler des personnes en situation irrégulière (voir le rapport à ce sujet de notre comité d’ Avignon).

Par ailleurs le MRAP s’indigne que la plupart des médias nationaux aient fait état de l’ appartenance de ces jeunes filles à la communauté des gens du voyage ou à la communauté Gitane, laissant planer une suspicion de négligence, voir de maltraitance, de la part de cette communauté. Cette affirmation est d’ autant plus injustifiée qu’ elle est mensongère, puisque ces enfants faisaient partie d’ une famille sédentarisée depuis longtemps.

Il faut rendre hommage à Madame le Maire de la ville où elles habitaient, qui a su rétablir la vérité et souligner l’ attachement de cette famille à ses nombreux enfants.

Le MRAP s’ incline devant la douleur de cette famille et lui apporte tout son soutien dans la plainte qu’ elle a déposée pour non assistance à personne en péril.

Retour en haut de la page

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 4520

MRAP - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 110