Une tribune pour les luttes

samedi 31 mars 2012

Département

10 h

La Ciotat 10 h dans la cour du Centre Pierre Calisti
autour d’un café, d’un thé et de pâtisseries Marseille St Antoine 10 h devant le Centre Paul Paret
Miramas 11 h devant le Centre de santé municipal mutualiste, avenue Jean Mermoz Martigues 11 h devant le Centre
en présence de Gaby Charroux, maire de Martigues
suivi d’un apéritif solidaire Gardanne 10 h au Centre de santé
accueil du Comité de soutien
Port de Bouc 10 h au Centre Michel Borio Port-St-Louis 10 h devant la mairie. (...)

à La Ciotat, Marseille, Miramas, Martigues, Gardanne, Port-de-Bouc, Port-St-Louis

Rassemblons nous nombreux dans tout le département pour le droit à la santé pour tous !

À l’appel des comités de soutien, d’usagers et de défense

La Ciotat 10 h dans la cour du Centre Pierre Calisti
autour d’un café, d’un thé et de pâtisseries

Marseille St Antoine 10 h devant le Centre Paul Paret

Miramas 11 h devant le Centre de santé municipal mutualiste, avenue Jean Mermoz

Martigues 11 h devant le Centre
en présence de Gaby Charroux, maire de Martigues
suivi d’un apéritif solidaire

Gardanne 10 h au Centre de santé
accueil du Comité de soutien

Port de Bouc 10 h au Centre Michel Borio

Port-St-Louis 10 h devant la mairie.
départ collectif vers le Centre de santé
Chaine humaine et apéro solidaire en présence du maire

Non à la liquidation des centres de santé et de Bonneveine !
En savoir plus : www.millebabords.org/spip.php?artic...

Le 10 avril à 14 h, le Tribunal de Grande Instance statuera sur le sort des
œuvres sociales du GCM (centres de santé, Bonneveine, Optique, SSIAD...)

L’équilibre économique des centres de santé suppose le financement de cette activité
sanitaire et sociale. Si ces activités de service public étaient normalement reconnues, il n’y
aurait aucun problème. Nous attendons de l’Agence Régionale de la Santé l’organisation
urgente d’une table ronde à caractère public et un fonds d’urgence.

Le patronat et le gouvernement se désengagent des conquêtes sociales en matière de santé, issues du programme du Conseil National de la Résistance.
La Sécurité Sociale, l’Hôpital Public, les Centres de Santé et les vraies mutuelles sont autant d’obstacles à l’introduction sur le marché ultra libéral d’une santé transformée en marchandise.
- Les 11 centres de santé mutualiste du département, ainsi que la clinique Bonneveine ont un rôle important de service public, mais cette activité n’est pas financée.

Si nous les laissons faire, la carte BLEUE remplacera vite la carte VITALE.