Une tribune pour les luttes

Mission Bienvenue Palestine : le point lundi 16 avril

« Bienvenue en Palestine », du 15 au 21 avril 2012
40 Français emprisonnés en Israël

Qu’y a-t-il qu’on ne puisse aller voir en Cisjordanie ?
+ Communiqué de L’Union locale des syndicats CGT de l’Aéroport de Roissy-CDG
+ Communiqué de Sud-aérien.
+ Communiqué de presse palestinien de la campagne Bienvenue en Palestine

Article mis en ligne le lundi 16 avril 2012


Parmi les innombrables bavures effectuées par les services secrets israéliens dans l’établissement des listes d’indésirables pour cause de suspicion à la participation à la mission BienvenuePalestine, on relève la présence de deux dignes représentants de la République Française !

Le Haaretz révèle ainsi lundi le cas d’un diplomate français et sa femme qui doivent commencer à travailler au consulat français à Jérusalem cet été.

Le couple avait l’intention de chercher un appartement à Jérusalem, mais la nuit avant leur départ, ils ont reçu un e-mail de leur compagnie aérienne, Lufthansa, disant que leurs billets ont été annulés parce qu’ils avaient été interdits d’entrer en Israël !

Vous avez vu une réaction du Quai d’Orsay ? Non ? Nous non plus, et à vrai dire, on n’a pas cherché.

MISSION BIENVENUE PALESTINE FRANCE


Bienvenue en Palestine : 40 Français emprisonnés en Israël

Une quarantaine de participants français de la mission Bienvenue en Palestine, ainsi qu’une dizaine d’autres internationaux, étaient emprisonnés lundi matin à Givon (près de Tel Aviv), après avoir refusé de se laisser déporter à leur arrivée, n’ayant commis aucune infraction ni délit, bien au contraire.

Selon le pointage que nous avons pu effectuer dans la nuit de dimanche à lundi, il y avait lundi 27 frères et sœurs arrivés à Tel Aviv à bord d’un avion Easyjet en provenance de Genève, et 10 ou 11 autres arrivés à bord d’un avion Air France en provenance de Nice.

Quelques uns ont réussi à ne pas se faire prendre leur portable, et ont ainsi pu donner au monde extérieur (à nous, à des proches restés en France) quelques nouvelles par SMS : le moral est excellent. Ils maintiennent leur droit, élémentaire, de pouvoir se rendre en Palestine occupée et se préparent, si nécessaire, à se déclarer en grève de la faim, d’autant plus que mardi 17 avril est une journée générale de mobilisation des milliers de Palestiniens croupissant dans les geôles du régime de l’apartheid.

Exemple d’un SMS reçu ce lundi matin à 10 h30

« Nous sommes 13 filles de Lyon, 4 Ecossaises, 2 de Nice, 2 de Marseille, 3 de Paris, 1 du Québec, 1 de Corse ; ils ne nous laissent toujours pas le droit d’appeler au téléphone sans nous donner d’explications. On fait toutes grève de la faim tant qu’on peut pas téléphoner. Et demain on fait toutes grève de la faim avec les prisonnières palestiniennes ».

D’ores et déjà, les mesures draconiennes prises le gouvernement et les services secrets israéliens pour empêcher le millier de volontaires de rejoindre la Palestine (seule une demi-douzaine ont réussi à gagner Bethléem, à notre connaissance) s’est transformé en désastre diplomatique et politique pour Netanyahou et sa clique.

On le doit notamment à l’excès de zèle des services secrets qui, incapables de déterminer avec un minimum de crédibilité en quoi les volontaires auraient été de « dangereux extrémistes posant un problème existentiel à Israël », ont ratissé large, très large, dans la composition de leurs listes noires.

Le Haaretz révèle ainsi que pour des centaines de passagers dont les identités ont été traquées pendant des semaines, le Shin Bet n’a pas été incapable, non seulement d’établir qu’ils représentaient un quelconque «  danger » pour Israël, mais même dans certains cas une quelconque activité de militantisme au service de la cause palestinienne !

Le ratissage n’a pas épargné un membre du Conseil d’administration du puissant laboratoire pharmaceutique allemand Merck (Merck Darmstadt) venu en Israël pour signer un accord de recherche scientifique ! Il s’est retrouvé black-listé !

Mieux, un diplomate français et sa femme qui doivent commencer à travailler au consulat français à Jérusalem cet été. Le couple avait l’intention de chercher un appartement à Jérusalem, mais la nuit avant leur départ, ils ont reçu un e-mail de leur compagnie aérienne, Lufthansa, disant que leurs billets ont été annulés parce qu’ils avaient été interdits d’entrer en Israël !

En fait, ce qui est arrivé dimanche avec une passagère d’Air France, débarquée de son vol allant de Nice à Tel Aviv parce qu’elle avait répondu négativement à un questionnaire de la compagnie aérienne lui demandant si elle était « juive » ou « israélienne », donne une assez claire image de la stratégie d’exclusion élaborée par les agences d’espionnage israéliennes. Quand le passager n’est pas «  racialement pur », on élimine.

Quitte à s’en prendre à des passagers présentant le « bon profil » : toujours dimanche à Nice, des membres de notre délégation ont été les témoins des mésaventures d’une passagère non membre de la mission interrogée de manière inquisitoriale par le personnel d’Air France. Son crime ? Cette femme, juive de nationalité française, avait tout l’air d’une Arabe, par son patronyme comme par le teint de sa peau, ce qui n’a rien d’étonnant dès lors qu’un grand nombre des Juifs en France sont originaires du monde arabe, Afrique du Nord en particulier. Et quand les employés d’Air France ont cherché à s’abriter derrière les consignes raciales qu’ils avaient reçues d’Israël, la passagère juive indignée a répondu : « Eh bien, maintenant, je n’aime pas ce pays ».

Partout où des passagers, des centaines, ont été refusés d’embarquement, il y a eu des protestations, vigoureuses, à Bruxelles, Genève, Mulhouse, Rome, Paris, Nice, etc… Nous en rendons compte au fur et à mesure sur http://www.bienvenuepalestine.com .

Amis et membres de la mission, restez attentifs à la suite, et à toutes les initiatives qui seront annoncées.

MISSION BIENVENUE PALESTINE FRANCE


Communiqué de presse palestinien de la campagne Bienvenue en Palestine
via Internationalistes 13

http://www.internationalistes13.org...

lundi 16 avril 2012

Nous ne nous tairons pas, nous continuerons à organiser des campagnes jusqu’à ce que nous soyons libres, et jusqu’à ce qu’Israël se conforme à toutes lois internationales et humanitaires concernées.

Nous n’avons pas eu à montrer à nos 1500 visiteurs le racisme d’Israël, son arrogance et ses violations des droits humains ; le gouvernement israélien les leur a montré lui-même, et aussi au monde entier. Se prétendant une démocratie, cet État hors-la-loi a nié le droit des personnes de partout dans le monde à venir nous visiter et constater par eux-mêmes la réalité de la vie sous occupation.

Nous, peuple palestinien, sommes onze millions d’êtres humains normaux, dont sept millions sont des personnes réfugiées ou déplacées simplement parce qu’elles sont nées sur une terre qui a été voulue pour un État juif. Cinq millions d’entre nous vivent dans des ghettos de plus en plus réduits sur une minuscule partie de notre terre. Nous nous maintenons ici en dépit d’une occupation illégale et brutale, qui pratique la confiscation de la terre, les restrictions aux déplacements, les démolitions de maisons, l’emprisonnement illégal de milliers d’entre nous (et dont beaucoup sont actuellement en grève de la faim http://www.info-palestine.net/artic...), et d’innombrables autres conditions inhumaines.

Nous ne nous attendions pas à ce que cette occupation qui viole quotidiennement les droits humains nous permette, à nous prisonniers qui sommes sous sa botte, de pouvoir recevoir ouvertement et honnêtement des visiteurs.

Ces visiteurs qui voulaient venir et voir quelle est la réalité ici ont certainement été choqués par le comportement israélien. Et ceux qui voulaient accueillir nos visiteurs et qui ont eux aussi été violemment agressés se rappelleront comment cette même police israélienne laisse des fanatiques de droites chanter et perturber l’aéroport.

Le monde entier a vu maintenant Israël pour ce qu’il est : un État policier qui répond à toutes les exigences d’un État paria d’apartheid selon la Convention sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid (1973) http://www.aidh.org/Racisme/T_Discr....

Dans les pays qui autrefois ont soutenu l’apartheid en Afrique du Sud, il y a eu des personnes qui se sont mobilisées contre lui. Maintenant, les personnes de conscience se mobilisent pour dénoncer cet apartheid qui s’est exprimé, aujourd’hui, de la façon la plus explicite.

Celles des compagnies aériennes et ceux des gouvernements qui ont agi comme des sous-traitants du régime d’apartheid israélien sont dénoncés par leurs propres personnels et ressortissants. En refusant l’embarquement d’une passagère, la compagnie Air France l’a informée qu’elle ne pouvait pas monter à bord parce qu’elle n’était ni juive ni israélienne ! (voir : Le racisme d’Israël et d’Air France au grand jour (document exclusif) http://www.info-palestine.net/artic... )

En prétendant, par écrit, que nous avions appelé à des perturbations, et en invoquant « la sécurité » d’Israël, le gouvernement israélien s’est révélé être un menteur. En forçant un passager suédois (qui n’avait rien à voir avec notre campagne) à signer un papier comme quoi il ne comptait pas rencontrer des personnes ou des organisations « pro-palestiniennes », le gouvernement israélien s’est montré comme raciste. Imaginez une semblable exigence adressée à des visiteurs dans n’importe quel autre pays pour savoir s’ils allaient visiter ou rencontrer des personnes ou organisations « pro-Noirs » ! En envoyant une lettre à des militants leur disant qu’ils devraient s’inquiéter de l’Iran et de la Syrie avant de s’inquiéter de ce système d’apartheid, le gouvernement israélien a montré la déficience de son argumentation. En déniant notre droit à recevoir des visiteurs, le gouvernement israélien a montré au monde qu’il a beaucoup à cacher.

Pour des exemples de profil de participants qui se virent interdire le droit de nous rendre visite en Palestine, voir : http://www.welcometopalestine.info/...

A la fin de notre conférence de presse à Bethléhem, nous avons distribué des œufs de Pâques colorés. Nous, Palestiniens chrétiens et musulmans, sommes reconnaissants à tous ceux qui agissent selon leur conscience, aux volontaires internationaux, israéliens, et palestiniens. Des milliers d’entre nous disent haut et fort : nous ne nous tairons pas, nous continuerons à organiser des campagnes jusqu’à ce que nous soyons libres, et jusqu’à ce qu’Israël se conforme à toutes lois internationales et humanitaires concernées.

Contact email : media chez palestinejn.org


Mission BienvenuePalestine : le point dimanche 15 avril après-midi

L’impressionnante alliance du gouvernement israélien, des gouvernements européens et des compagnies aériennes n’a pu venir à bout, dimanche de la volonté des participants à la mission BienvenuePalestine, dont plusieurs dizaines sont tout de même parvenus à voler jusqu’à l’aéroport israélien de Tel Aviv (Ben Gourion), et à y déclarer, face aux centaines de policiers amassés contre eux : «  Je me rends à Bethléem, en Palestine occupée ».

Honneur à nos 27 camarades de la région de Lyon, jeunes pour la plupart mais aussi moins jeunes, qui sont arrivés à la mi-journée à bord d’un vol en provenance de Genève, aussitôt encerclés par des escouades de policiers, et conduits dans des salles d’interrogatoire, avant de connaître une première nuit en détention.

Honneur aussi à nos camarades venus d’Italie, arrêtés eux aussi. Honneur à la poignée de militants israéliens qui ont payé d’une arrestation immédiate le simple fait d’avoir déployé une petite pancarte « Welcome to Palestine » à la sortie de l’aéroport.

Et honneur encore à d’autres volontaires, en vol dans l’après-midi de dimanche, en provenance d’une série d’autres aéroports européens. Il s’agit d’un camouflet cinglant tant pour les services secrets israéliens, qui se faisaient fort d’identifier tous les membres de Bienvenue Palestine, avec des méthodes pour le moins sommaires puisqu’une série de passagers n’ayant aucun rapport avec la mission se sont retrouvés eux aussi black-listés, et privés de leur voyage.

Les méthodes mafieuses employées par le trio Israël/compagnies/polices complices ont certes réussi à empêcher de voler des centaines de participants un peu partout sur le continent.

Mais elles se sont heurtées à une protestation salutaire de nos camarades, comme en témoignent les nombreuses manifestations qui se sont déroulées ce matin dans les aéroports de Bâle, Bruxelles, Rome, Paris, Nice, Genève ou encore Istanbul.

Surtout, l’initiative a déjà rencontré un écho au niveau mondial, y compris dans les médias israéliens où les mensonges de la propagande officielle sur le caractère «  provocateur » de gens n’ayant d’autre tort que de vouloir se rendre en Palestine occupée était largement remis en question.

La bataille continue. A suivre.


Plusieurs dizaines de Français participant à la mission BienvenuePalestine ont été arrêtés dès leur descente d’avion dimanche midi à Tel-Aviv. Nous avons reçu un SMS d’une participante, à bord de l’avion Easyjet en provenance de Genève, nous indiquant : «  avons été arrêtés, sont en train de nous confisquer téléphones portables et appareils photos ».

Mission BienvenuePalestine, France


D’importants dispositifs policiers et même militaires étaient en place dimanche à l’aube dans une série d’aéroports européens d’où embarquent les participants à la mission «  BienvenuePalestine » en route pour Bethléem.

Après que plusieurs compagnies aériennes ont annoncé qu’elles se pliaient aux ordres des services secrets israéliens, vient le tour des auxiliaires policiers et même militaires !

On nous signalait dimanche matin à 5 heures un déploiement policier très important à Genève et à Bâle, en Suisse, tout comme au Terminal 1 de Roissy-CDG à Paris.

A Bâle-Mulhouse, où un vol d’Easyjet à destination de Tel-Aviv est programmé, des jeunes à qui on refuse l’embarquement protestent contre cette violation du droit de libre circulation.

A suivre

Mission BienvenuePalestine France


Comme d’autres passagers, Jean-Claude Amara a reçu un avis de Lufthansa pour annuler son vol. Ceci de manière parfaitement illégale, au regard du droit international. Il réplique.

" JE RECUSE L’ ANNULATION DE MON VOL PAR LA LUFTHANSA

Ci-dessous, l’annulation de la réservation de mon vol par la Lufthansa. La formulation du message est magnifiquement tournée, tant on pourrait penser que c’est moi qui ait demandé cette annulation, alors que la Lufthansa, aux ordres du gouvernement israélien, tente de me l’imposer.

Détail croustillant : le représentant de la Lufthansa qui m’a téléphoné pour m’avertir de l’annulation de mon vol m’a signalé que la compagnie se fendrait d’un "geste commercial" (sic) en m’offrant généreusement le remboursement de mon billet.

Je récuse bien évidemment ce déni de droit et me présenterai, comme n’importe quel passager qui a réservé son vol, a un passeport en règle et en cours de validité, ne figure aucun des mille et un fichiers nationaux et internationaux labellisés "Wanted, Terrorist"... à l’enregistrement de mes bagages (dans lesquels nuls tic tac suspects ne viendront troubler la quiétude du personnel de la Lufthansa et des passagers "innocents") ce DIMANCHE 15 AVRIL A 05 H 00 (du matin) à l’aéroport ROISSY CHARLES DE GAULLE - TERMINAL 1 - Porte 2.

Jean-Claude AMARA

Porte parole de Droits devant !! et membre de la mission "Bienvenue en Palestine. Contact : 06.07.80.99.59


Communiqué de SUD AÉRIEN

Paray le 13 avril 2012

Le 8 Juillet 2011, 342 clients de compagnies aériennes dont Air France - KLM étaient interdits d’embarquement sur des vols à destination de Tel Aviv.

Ce diktat a été imposé par le gouvernement israélien qui n’a pas voulu que des militant(e)s de la Mission Bienvenue en Palestine, dont la finalité est la mise en œuvre d’une solidarité sociale et humanitaire avec le peuple palestinien, puisse mettre les pieds sur le territoire israélien, pour ensuite se rendre en Palestine.

Cette scandaleuse atteinte à la libre circulation des personnes et la non moins scandaleuse décision des compagnies aériennes, dont Air France - KLM, ne doit pas se répéter.

Or, la compagnie Lufthansa vient d’annuler la réservation de plusieurs dizaines de passagers à destination de Tel Aviv pour le dimanche 15 avril !

Certaines agences de voyage ayant vendu les billets se permettent de signaler aux passagers participant à la mission - dont les noms sont connus à partir de quel fichier ? - de s’adresser préalablement à l’ambassade d’Israel pour savoir si leur « situation personnelle est en adéquation avec les mesures prises par les autorités locales ».

Face à cette dérive liberticide, SUD Aérien interpelle solennellement la direction d’Air France - Klm pour qu’elle refuse dorénavant et systématiquement de collaborer à cette interdiction de liberté de circulation de ses clients imposée par le gouvernement israélien, dans le respect de ses obligations commerciales.

Le Bureau National Interprofessionnel SUD Aérien

Contacts : 06 88 15 92 08 – 06 70 60 30 85


Par mail

Chères amies, Chers amis,

Plus de 1200 femmes, hommes et enfants ont acheté un billet d’avion pour se rendre à Bethléem ce week-end, afin de montrer leur solidarité au peuple palestinien que l’on essaie de rayer de la carte, avec la complicité de nos dirigeants.

Nous remercions ici toutes celles et tous ceux qui ont répondu à l’appel au secours lancé par quelque 25 associations de la société civile palestinienne dans le cadre de l’initiative « Bienvenue en Palestine », du 15 au 21 avril 2012. Merci d’avoir accepté de montrer au monde entier, et malgré toutes les formes d’intimidation, que la Palestine n’est pas un mot honteux, ni une destination interdite.

La Palestine, toute la Palestine est sous occupation. Tous les Palestiniens sont prisonniers, et en plus ils seraient privés du droit de visite ?
De quel droit ?

Un grand merci aux syndicats aériens (la CGT et Sud) qui ont envoyé des communiqués de soutien à Bienvenue en Palestine.
De même qu’au MRAP qui a voté, à l’occasion de son congrès national, une motion de soutien à cette initiative.
Merci aux nombreuses personnalités, candidats à la présidentielle, élus, qui nous ont également transmis leurs encouragements et félicitations.
Merci au maire de Bethléem pour sa lettre d’invitation nous disant tout le bonheur qu’il aura à nous accueillir.
Merci au Gouverneur de Bethléem pour son chaleureux soutien.
Et tous nos remerciements aux familles et associations palestiniennes qui préparent notre accueil dans les meilleures conditions.

(Vous trouverez toutes ces informations sur le site http://www.bienvenuepalestine.com, sa page officielle Facebook associée, ainsi que sur http://www.europalestine.com, ou encore avec le Twitter @touspalestine)

Le gouvernement israélien voudrait nous faire passer pour des terroristes, dont le seul objectif serait d’aller "créer des incidents" à l’aéroport de Tel Aviv, et il annonce qu’il bloquera tous les passagers qui "créeraient des troubles à l’ordre public".

En bonne logique, il ne devrait donc bloquer personne puisque notre but n’est pas de manifester à l’aéroport "Ben Gourion" mais de nous rendre en Cisjordanie, où nous sommes attendus pour le lancement de la construction d’une école internationale, d’un musée sur l’histoire des réfugiés palestiniens, la réparation de puits endommagés par les colons, et la plantation d’arbres fruitiers.

Si Israël n’avait pas détruit ou confisqué les aéroports nous permettant d’atterrir dans les territoires palestiniens nous aurions pu nous dispenser de transiter par Tel Aviv.
Mais il n’existe pas d’autre moyen de s’y rendre, et Israël refoule de manière quasiment systématique tous les voyageurs qui annoncent se rendre en Cisjordanie.
Tous ceux qui sont soupçonnés de sympathie pour les Palestiniens se voient même contraints de signer un engagement à ne pas se rendre en Cisjordanie "au risque de passer 2 ans de prison en Israël", en plus des interrogatoires et fouilles humiliantes et interminables.

Ceci est parfaitement intolérable. Nos gouvernants laissent faire. Pas nous. Et s’ils veulent une fois de plus se coucher devant les diktats du gouvernement d’extrême-droite israélien, ils montreront leur mépris du droit international et des droits de l’homme. Ils montreront qu’ils ont fait le choix de l’occupant. Ils montreront qu’il y a un blocus non seulement sur la bande de Gaza mais aussi sur le reste de la Palestine.

Qu’y a-t-il qu’on ne puisse aller voir en Cisjordanie ?

Les responsables du Quai d’Orsay ont été bien incapables de nous le dire. Reçus le 27 mars à la demande du ministère, les coordinateurs du groupe français pour la mission Bienvenue en Palestine se sont entendu dire que le gouvernement français n’envisageait aucune sanction contre Israël, y compris quand des diplomates français sont maltraités ou blessés en Palestine.

"Les sanctions ne sont pas efficaces. Nous venons d’ailleurs de recevoir des opposants syriens qui estiment que les sanctions contre la Syrie sont inutiles et qu’il faut une intervention militaire", nous a déclaré textuellement un haut-fonctionnaire du ministère, M. Alexis Le Cour Grandmaison. Ce à quoi nous avons répondu : "Nous ne sommes pas venus réclamer un bombardement sur Israël, même si son gouvernement n’est pas moins nocif que ceux des pays que vous vous permettez de bombarder".

En tout cas, les politiciens qui espéraient pouvoir mener leur campagne électorale en occultant l’occupation, la colonisation et la dépossession galopantes de la Palestine, en sont déjà pour leurs frais. Les femmes et les hommes de conscience, en s’engageant dans cette mission internationale de solidarité avec le peuple palestinien, les ont contraints à parler de la Palestine.
Merci à Nathalie Artaud. Merci à Eva Joly. Merci à... Jean-Pierre Elkabbach !

Nous vous appelons toutes et tous à soutenir les volontaires de la mission «  Bienvenue en Palestine », notamment si un quelconque obstacle était opposé à leur départ, imminent maintenant, dans les aéroports français et européens, ou encore si le gouvernement israélien les empêchait de se rendre à Bethléem.

Amicalement,

La délégation française de « Bienvenue en Palestine » (contact chez bienvenuepalestine.com)


Soutien officiel de l’Autorité Palestinienne à la mission « Bienvenue en Palestine »

avril 11, 2012

Le gouverneur de Bethléem, Abdelfatah Hammayel, vient d’ apporter publiquement son soutien à la mission « Bienvenue en Palestine », qui commence à la fin de la semaine.

Dans sa déclaration (voir ci-dessous, en anglais), M. Hammayel exprime « sa profonde gratitude à tous les acteurs et associations participant au succès de la campagne Bienvenue en Palestine de soutien à la cause du peuple palestinien ».

«  Nous espérons que cette campagne va atteindre son objectif, qui est de construire des ponts et pas des murs entre les gens, de poser la première pierre d’une école internationale à Bethléem, et d’y développer des activités culturelles et éducatives au bénéfice de l’enfance palestinienne », ajoute-t-il.

« Nous espérons enfin que tous ceux, dans le monde, qui se réclament des objectifs de justice et de paix faciliteront le bon déroulement de la mission, et leur apporteront tout le soutien requis », conclut Abdelfatah Hammayel.

http://bienvenuepalestine.com/?p=1618


Communiqué de L’Union locale des syndicats CGT de l’Aéroport de Roissy-CDG du 10 avril 2012

L’Union locale des syndicats CGT de l’Aéroport de Roissy-CDG apporte son soutien à la mission internationale qui se rendra en Palestine le 15 avril 2012, et exige que la liberté de circulation de ses participants soit garantie par les autorités.

En juillet 2011, les autorités françaises avaient scandaleusement violé ce droit en retenant les participants de la précédente mission à l’aéroport de Roissy-CDG, sur ordre des autorités israéliennes.

Parce qu’elles veulent défendre les droits du peuple palestinien, ces missions subissent le verrou israélien.
Cette situation nous laisse entrevoir l’arbitraire que subissent quotidiennement les Palestiniens. Il est en effet impossible d’accéder à la Cisjordanie sans transiter par Tel Aviv. Les autorités israéliennes gèrent elles-mêmes l’accès au territoire palestinien, selon leurs intérêts.

Nous prenons acte du fait qu’une mission internationale de paix défendant les droits des Palestiniens ne va pas dans le sens des intérêts des autorités israéliennes. Mais nous exigeons des autorités françaises qu’elles ne se rendent pas complices, à nouveau, de cette violation du droit de circulation et qu’elles ne jouent pas le rôle de supplétifs des geôliers du peuple Palestinien.

Nous condamnons le verrou israélien autour du territoire Palestinien.
Nous apportons notre appui à toute mission internationale de défense des droits des Palestiniens.
Nous exigeons des autorités françaises qu’elles garantissent la liberté de circulation des participants de la mission « Bienvenue en Palestine », qui partira de Roissy-CDG le 15 avril 2012.


Mission « Bienvenue en Palestine » : le programme détaillé

Ci-dessous les précisions des associations palestiniennes qui nous invitent, concernant la semaine consacrée à la mission « Bienvenue en Palestine ».

- Dimanche 15 avril : arrivée et accueil à Bethléem, sur la place de la Nativité

- A partir de lundi : construction de l’école pour tous les volontaires qui peuvent y contribuer et participation à la rénovation de l’école maternelle «  le Petit Prince » à Bethleem.

Les électriciens sont particulièrement bienvenus, ainsi que tous ceux qui peuvent s’occuper des travaux de peinture.

Comme nous serons plus d’un millier de participants en provenance de nombreux pays et que tous ne peuvent participer au lancement de la construction de l’école internationale de Beit Jala et à la rénovation de l’école maternelle, il est également souhaité que des participants à la mission :

- contribuent à réparer les puits endommagés dans la région de Béthléem (campement sur place pendant 3 à 4 jours pour une trentaine de volontaires)

- Le centre culturel Al-Rowwad dans le camp de réfugiés de Aïda à Bethléem aimerait par ailleurs la participation d’une centaine de volontaires pour construire un musée sur l’histoire des réfugiés palestiniens.

- Le comité de Beit Ommar propose pour sa part à une cinquantaine de volontaires de planter des arbres dans le village.

Activités annexes facultatives et à la carte pour les volontaires de tous les pays, et notamment ceux qui ne sont jamais venus en Palestine :

- Lundi 16 avril : Visite de la Vallée du Jourdain organisée par Awad Abu Swai & Mubarak Zawahra

- Mardi 17 avril : Visite d’Hébron organisée par Mousa Abu Maria

- Mercredi 18 avril : Journée à Bethléem, organisée par AbdelFattah Abu Srour et Jacques Neno, comprenant un séminaire à l’Université de Bethléem sur le thème « Comment faire cesser l’occupation ? », ainsi qu’une soirée festive pour tous.

- Jeudi 19 avril : Visite de Jérusalem, organisée par Lubna Masarwa & Najwa Alsilwadi

- Vendredi 20 avril : Visite de Ramallah organisée par Nariman Tamimi & Iyad Bo

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 15 avril 2012 à 15:08, par juliette

    Ca fait froid dans le dos cette main mise d’un état sur tout un système et empechant à des pauvres gens de vivre dignement, terrifiant et triste à la fois de voir cette totale impunité.

     
     
    Il n’est nul besoin d’être mature pour comprendre cela.
  • Le 17 avril 2012 à 19:33, par
  • Le 18 avril 2012 à 11:58, par

    Près de douze cents prisonniers palestiniens ont commencé une grève de la faim, mardi 17 avril, dans le "cadre de la Journée des prisonniers", ont indiqué les services pénitentiaires israéliens dans un communiqué. Quelque deux mille trois cents détenus ont également décidé de refuser toute nourriture pendant vingt-quatre heures.

    Le ministre de l’Autorité palestinienne chargé des prisonniers, Issa Qaraqaë, avait dit dimanche que ceux-ci protesteraient contre leurs conditions de détention, qui, selon lui, ont empiré. "Nous avons préparé un programme de solidarité avec eux. Notre peuple continuera à lutter jusqu’à la libération de tous les prisonniers", avait-il ajouté. Onze détenus observaient déjà une grève de la faim, dont trois depuis plus de quarante jours, précisait alors le quotidien israélien Haaretz. Quatre d’entre ont été hospitalisés en prison en raison de la dégradation de leur état de santé, a indiqué le Club des prisonniers palestiniens. Selon l’organisation palestinienne de soutien aux prisonniers Adameer, ils n’acceptent de se nourrir que d’eau minéralisée par intraveineuse.

    Le Club des prisonniers palestiniens estime à plus de quatre mille sept cents le nombre de Palestiniens emprisonnés en Israël, dont cent vingt incarcérés avant les accords d’Oslo de 1993 et trois cent vingt en détention administrative. La plupart d’entre eux sont détenus pour des motifs de sécurité et purgent des peines de prison à perpétuité.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525