Une tribune pour les luttes

La quatrature du net

Alerte : notre vie privée bientôt détruite à Bruxelles ?

+ Communiqué d’Acrimed : "Nouvelles menaces sur la neutralité du Net"

Article mis en ligne le mardi 22 janvier 2013

http://www.acrimed.org/article3979.html

le 21 janvier 2013

Assez tergiversé !

L’association Acrimed (Action-Critique-Médias), observatoire des médias, s’insurge contre les tergiversations du gouvernement qui ne s’est toujours pas engagé clairement à inscrire dans la loi le principe de la neutralité du Net*.

Alors que de nombreux pays l’ont fait et que, en France même, de multiples rapports et recommandations (notamment parlementaires) l’ont préconisé, la ministre Fleur Pellerin s’en remet aux délibérations de la Commission Nationale du Numérique (CNNum) reconstituée par décision du 18 janvier 2013.

Une décision sans dérobades ni équivoques est d’autant plus pressante que dans une tribune publiée dans Libération le 16 janvier 20013, Neelie Kroes, commissaire européenne chargée de la stratégie numérique, s’est déclarée favorable à l’autorisation accordée aux fournisseur d’accès à Internet (FAI) de proposer des offres différenciées : en clair un traitement inégalitaire de l’accès à Internet en fonction du tarif des abonnements.

Une telle autorisation, sous couvert de favoriser le libre choix des internautes, signifierait la fin de la neutralité du net, pulvérisée pour le plus grand profit des FAI : ce profit dont l’Europe libérale étend l’emprise dans tous les secteurs et particulièrement dans l’univers des médias.

Acrimed, le 21 janvier 2013.

* C’est-à-dire la garantie de l’égalité de traitement de tous les flux sur Internet (et donc l’absence de toute discrimination ou traitement inégalitaire de l’information transmise sur le réseau, qu’il s’agisse de la source, de la destination ou du contenu).


Alerte : notre vie privée bientôt détruite à Bruxelles ?

Avec les liens
http://www.laquadrature.net/fr/aler...

Paris, 22 janvier 2013 —


L’examen de la réglementation « protection des données » concernant notre vie privée est en cours au Parlement européen, où un vote se tiendra en commission « consommateurs » (IMCO) dès mercredi. Il est l’objet d’une campagne de lobbying sans précédent, principalement orchestrée par des entreprises américaines. Si les citoyens n’agissent pas, les banques, compagnies d’assurance et opérateurs de services Internet auront les mains libres pour collecter, traiter, stocker et vendre toutes nos données personnelles, leur permettant de connaître et orienter nos moindres faits et gestes, en ligne et hors ligne.

Alors que l’examen de la réglementation « protection des données » (95/46/EC) concernant notre vie privée est en cours au Parlement européen, l’institution est prise d’assaut par une campagne de lobbying silencieuse et sans précédent, principalement dirigée par des entreprises américaines de la banque, de l’assurance et des services en ligne1. Leur objectif est d’inclure dans la régulation2 des brèches leur permettant de faire ce qu’ils veulent de nos données personnelles, afin de générer des profits en exploitant notre vie privée.

Accepteriez-vous que des services en ligne comme Google, Facebook ou Youtube stockent, traitent et revendent les informations sur tout ce que vous faites en ligne ?

Toléreriez-vous que votre banque ou votre compagnie d’assurance achète un accès à tout ce que vous faites et stockez en ligne, afin de décider combien vous devriez payer pour une police, ou si vous pouvez obtenir un crédit ?

Si nous n’agissons pas rapidement, cela deviendra réalité.

De nombreuses protections essentielles pour notre vie privée3 sont sur le point d’être détruites. La commission « consommateurs » (IMCO) votera sur son rapport d’opinion4 mercredi, et d’autres votes clés se tiendront dans les prochaines semaines et les prochains mois.

« La « protection des données » semble être un sujet obscur et technique, mais est en réalité crucial, car tout ce que nous faisons en ligne et hors ligne est désormais stocké dans les bases de données des entreprises. Ces dernières veulent avoir les mains libres pour marchandiser nos vies, mais la protection de notre vie privée est une liberté fondamentale, essentielle pour une société libre. Les citoyens doivent agir maintenant, en alertant leurs eurodéputés et en les appelant à adopter des amendements protégeant notre vie privée5, et en relayant l’information avant qu’il ne soit trop tard. » conclut Jérémie Zimmermann, porte-parole de l’organisation citoyenne La Quadrature du Net.

Pour plus d’informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Médias c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45