Une tribune pour les luttes

Suite de la lutte

La situation des usagers de FAM L’Escale continue à se dégrader
Les salariés sont licenciés à tour de bras !

Article mis en ligne le samedi 3 août 2013

3 août 2013

Aprés maintes rebondissements, la situation des usagers du Foyer d’Accueil Médicalisé L’Escale continue à se dégrader...
Les salariés sont licenciés à tour de bras...
Et ce n’est que le début...

les salariés responsables du FAM L’Escale

Lire le dossier de presse actualisé :

PDF - 467.6 ko

Penchons-nous vers les différentes lois et orientations apparues dans cette dernière décennie : loi 2002/2, loi 2005, loi 2007, loi Hôpital Patient Santé Territoire (visant à redéployer les moyens sur l’ensemble du territoire), les recommandations de bonnes pratiques de l’ANESM (l’Agence Nationale d’Evaluation des services et établissements Medico Sociaux), la création de l’ARS (Agence Régionale de la Santé) suivie de celle de l’ANAP (Agence Nationale de la Performance). Nous constatons que tout est écrit et pensé pour que la personne en situation de handicap puisse être soutenue au cours de son existence, de la reconnaissance de ses droits à celle de sa citoyenneté.

Au sein du FAM L’Escale, les intervenants de terrain se saisissent de ces outils législatifs et les mettent en œuvre au quotidien en faveur du public qu’ils accueillent. Parallèlement, les dirigeants du Groupement de Coopération Medico-Sociale qui gère le FAM, se saisissant de la partie gestion financière, administrative et de mise aux normes, oublient quant à eux trop souvent la raison d’exister d’un établissement : répondre aux besoins du public qu’il reçoit.

Face à ces logiques socio économiques, une première question se pose de fait : quel espace reste-t-il donc aux personnes avec autisme ?

Quel avenir pour une personne autiste en France face à des associations gestionnaires dont l’objectif est de se conformer sans faille à une politique d’économie de moyens, quitte à abaisser le niveau de qualité de prise en charge, privilégier l’embauche de salarié formé au minimum et recevant de bas salaires, soutenir l’emploi précaire et déshumaniser au maximum un corps de métier dédié aux rapports sociaux et au vivre-ensemble...

Les exemples ne sont pas rares, d’établissements ne remplissant que très partiellement la mission pour lesquels ils reçoivent l’argent de la collectivité publique, l’argent de tous.
Que peut-on penser aujourd’hui d’employeurs tel que le GCMS L’Escale ou la Chrysalide de Fos Sur Mer qui, s’emparant du prétexte d’être obligé de gérer rigoureusement l’argent public versé par les organismes bailleurs, se diraient obligés de ne plus respecter la déontologie, le code du travail, ni les droits des usagers..
Tous ces dysfonctionnements, aboutissent parfois à une réaction forte des acteurs de terrain, les travailleurs sociaux étant avant tout des salariés, ils arrivent alors qu’ils cessent d’accepter de travailler...

Ainsi émerge une seconde question : quel champ d’action reste-t-il aux travailleurs sociaux pour influer sur le fonctionnement même du système de prise en charge social et medico-social ?


Suites de la grève du personnel du Foyer d’Accueil Médicalisé l’Escale.

Le 17 Mai 2013

Conséquences de la grève du personnel du Foyer d’Accueil Médicalisé l’Escale :

Aucun protocole de fin de grève n’a été signé, le directeur général de la Chrysalide, Jean-Pierre Blondeau n’ayant montré aucun souhait de fin de conflit social bien au contraire, pour preuves, il continue la destruction des moyens et du personnel de ce foyer d’accueil :

- depuis 2 mois bientôt, le personnel est livré à lui même aucune orientation claire de travail, aucun devenir, mais des suppressions de droit, il est interdit à présent de partir en week-end avec les adultes comme cela se fait depuis 4 ans et comme cela est écrit dans le projet initial de l’établissement.

-  les droits à congé pour enfants malades (3 jours par an) sont eux aussi réinterrogés par la direction.
- Les récupérations des repos hebdomadaires tombant sur les jours fériés sont encore actuellement purement et simplement supprimées alors qu’ils étaient accordés selon la CCNT66 avant l’arrivée de la direction qui gère actuellement le foyer. Face à cette situation, 12 membres du personnel ont saisi et été reçus par le conseil des prud’hommes ou  aucune conciliation avec Francis Colinmaire, administrateur du Groupement n’a été possible.

- Comble du management un mois après le licenciement du chef de service, qui avait provoqué cette grève de 10 jours de la totalité des employés, un second salarié a reçu une lettre lui signifiant sa mise à pied en attente d’un entretien préalable à licenciement.

- A l’issue de cette grève il a été demandé aux salariés par M.JP Blondeau, directeur général, de ne plus communiquer en interne (et donc à l’adresse des familles des résidants accueillis) ou en externe (cette fois à l’adresse des partenaires, organismes bailleurs, inspection du travail et autres) c’est-à-dire de se taire, tout simplement.

Quand s’arrêtera cette folie ?

Comment travailler dans de telles conditions où la menace et la pression sont les maitres mots de la politique managériale d’une Chrysalide de Fos complètement dépassé ?

Pour finir rappelons-nous que ce personnel reçoit à la journée des personnes en situation d’autisme qui assistent et subissent indirectement ces événements de plus en plus conséquents.

Un flot d’incompréhensions étant en train d’inonder un lieu dédié à restaurer la communication sans que cela incite les dirigeants à se remettre en question…

« Je crois qu’il existe de bon patron comme il existe de bon personnel, mais là le personnel est en face d’un patron narcissique installé dans la toute puissance qui a oublié qu’il gérait un établissement médico-social et que cet établissement existe d’abord pour les personnes avec autismes et non pour que lui-même puisse faire étalage de son pouvoir. » CD


Au-delà de la grève des salariés du FAM …, se posent la question de savoir : que reste-il de l’espace d’intervention citoyenne des travailleurs sociaux au sein des institutions en 2013 …

Penchons-nous vers les différentes lois et orientations apparues dans cette dernière décennie : loi 2002/2, loi 2005, loi 2007, loi HPST, les recommandations de bonnes pratiques de l’ANESM, la création de l’ARS (Agence Régionale de la Santé) suivie de celle de l’ANAP (Agence Nationale de la Performance). Nous constatons que tout est écrit pour la personne handicapée, de la reconnaissance de ses droits, à celle de sa citoyenneté... de plus en ce qui concerne les adultes accueillis au FAM L’escale, les personnes avec autisme bénéficient d’un troisième plan autisme depuis le 2 avril 2013.

Au sein du FAM L’escale, les intervenants de terrain se saisissent de tout cela et le mettent en œuvre.
Au sein du GCSMS qui gère le FAM les dirigeants qui se saisissent de la partie gestion financière, administrative et de mise aux normes, oublient trop souvent le pourquoi d’un Foyer d’Accueil Médicalisé pour adultes avec autisme ou plus largement la raison d’exister d’un établissement (un établissement n’existe pas avant tout pour être géré…mais bien pour répondre à un besoin.)

Dans une réalité quotidienne de structures sociale et médico-sociale ces deux attitudes s’opposent, et quand aucune entente ne semble possible, celles des gestionnaires s’imposent.

Dans ce type de situation qui a tendance à devenir la norme, on voit alors émerger une seconde question :

Quel espace reste-t-il aux personnes avec autisme ?

Quel espace pour vivre une singularité reste-t-il quand un lieu de vie pensé est construit pour accueillir et prendre en charge des autistes, le fait en sous-effectif et avec un minimum de moyens…

Quelle considération reste-t-il quand un internat pour personnes autistes ouvre sans jardin et sans extérieur accessible…(en 2013 à Marseille…)

Quel avenir pour une personne autiste en France face à des associations gestionnaires dont l’objectif est de se conformer sans faille à une politique d’économie de moyens, quitte à abaisser le niveau de qualité de prise en charge, privilégier l’embauche de salarié formé au minimum avec de bas salaires, soutenir l’emploi précaire et déshumaniser au maximum un corps de métier dédié aux rapports sociaux et au vivre-ensemble…

Les exemples ne sont pas rares où d’établissements ne remplissant pas la mission pour lesquels ils reçoivent l’argent de la collectivité publique, l’argent de tous. Chaque semaine, chaque mois, en France des situations inacceptables sont mises à jour. Qu’il s’agisse de maltraitance d’usagers, de détournement de moyens, d’établissements dirigés à force d’intrigues et de jeux de pouvoir interne et finalement confiés à des responsables qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.
Nombreux sont les dysfonctionnements relevés par les acteurs de terrain, au fil de leur histoire aux cotés des institutions, qu’il s’agisse de parents ou de professionnels.
C’est quand ces acteurs de terrain veulent aborder les problèmes, parler de ce qui ne peut pas perdurer, revenir sur ce qui ne fonctionne pas, que s’impose alors le veto de l’institution.
Chacun se sait alors menacé de perdre ce qui lui importe si il ne rentre pas dans le rang, pour les salariés, leur salaire ou leur place, pour les parents, la prise en charge de leur enfant (même si ce n’est jamais ouvertement dit, cette peur réelle ou fantasmée reste souvent objet de pression de la part de l’institution envers les parents) .

Ce mouvement de contestation qui a entraîné une grève au FAM L’escale est donc bien plus qu’un simple mouvement d’humeur ou de revendication. Il met en avant l’importance de la place qui est donné à chaque acteur de la prise en charge sociale et médico-sociale en France de la part des organismes décentralisateurs et surtout de la confusion des rôles que cela entraîne quand des petites brides de pouvoir sont laissées ça et là à portée de ceux qui malgré tout s’en emparent, qu’il s’agisse de direction en mal de toute puissance ou de parents ou professionnels dans le même cas.

Même s’il n’est pas souhaitable de trouver et désigner des coupables au risque d’en faire des boucs émissaires, il reste essentiel que chacun face à ses responsabilités, assume son rôle et permette au système social et médico-social de retrouver sa vocation d’assistance et d’accompagnement. Il s’agirait pour les salariés de pouvoir être acteurs de leur profession et non de simples exécutants, aux bénévoles/parents d’être partie prenante de la prise en compte de leur enfant mais avant tout de garder leur rôle de référence morale vis à vis du fonctionnement du système et concernant les dirigeants d’avoir pour priorité l’humain.

Pourrait-on croire aujourd’hui des employeurs tel que le GCSMS ou la Chrysalide de Fos qui sous prétexte d’être obliger de gérer rigoureusement l’argent public versé par les organismes bailleurs, se diraient obligés de ne plus respecter la déontologie, le code du travail ni les droits des usagers… Ce serait inacceptable ! Et pourtant c’est bien ce qui vous sera répondu si vous abordez la question des moyens avec ceux qui sont censés les gérer, avec tact certes, avec diplomatie surement et en invoquant les réformes et la gravité de la situation à coup sûr ! Mais cela tout de même…

Alors que reste t-il à faire …

D’autres issues sont-elle encore possible ?

Avons-nous un rôle à jouer pour éviter le délitement du système ?

Nous autres, employés du FAM l’escale continueront à faire notre part du travail et à ne pas cesser d’exiger le changement… Et les autres ?
CD / JT
26 avril 2013


Les salariés du Foyer d’Accueil Médicalisé l’Escale reprennent le travail mais la lutte continue

Grève générale de l’ensemble des salariés du FAM L’escale

Après 10 jours de fermeture pour cause de grève, les salariés du FAM L’escale ont repris le travail mardi 16 avril à 8h00…et c’est avec une détermination toujours aussi forte que la contestation continue !
En effet aucun protocole de règlement de conflit n’a été signé à ce jour !
Après avoir refusé de rencontrer leurs propres salariés, la Chrysalide et l’association Tournesol Autisme (qui forment le Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale L’escale) continuent sur le chemin du déni de leurs responsabilités.
Informé par les salariés de dysfonctionnements graves au sein de l’établissement (embauche de personnel maltraitant, licenciement sec, non-respect du droit du travail, manquement à l’éthique et bien plus …) la seule réponse de M.Blondeau, directeur général de la chrysalide, et de M.Collinmaire responsable et administrateur du Foyer à été de chercher à culpabiliser et intimider les salariés grévistes.

Cette situation révèle bien plus qu’un simple dysfonctionnement et met en avant d’une part : - la question du rôle des travailleurs du social face aux dérives de ce type d’association toute puissante…
Et d’autres parts : - la question du financement public accordé à ces mêmes associations sans s’assurer de leurs fiabilités, tant à l’égard des usagers que des salariés.

Les salariés du FAM L’escale travaillent auprès d’adultes avec autisme et se sentent responsable du bon fonctionnement de leur établissement, et c’est ce qu’il leur est reproché… se mêler de ce qui les regarde !

Cette situation n’est pas unique et se reproduit chaque jour au sein de nombreux établissements sociaux et médico-sociaux (EPHAD, FAM, MAS ...)
Nous ne laisserons pas décider impunément des directeurs irresponsables, de l’avenir des lieux de vie destinés aux personnes fragilisées ou en situation de handicap !
Nous ne laisserons pas des administrateurs incompétents jouer aux dés l’avenir de professionnels reconnus et engagés !
Nous ne nous tairons pas.

L’ensemble des salariés du Foyer d’Accueil Médicalisé L’escale vous invitent à vous mêler vous aussi de ce qui vous regarde, à défendre vos droits et à faire respecter ceux des plus faibles d’entres nous. La mobilisation continue !


Samedi 20 avril : toujours pas de protocole d’accords. Les salariés ont repris le travail mais n’abandonnent pas la lutte !
Plus d’infos samedi ou dimanche sur mb.
Ecouter l’interview faite par radio galère en direct samedi 12 h 30 ou postcastée sur /www.radiogalere.org/


Lundi 15 Avril, les salariés poursuivront leur mouvement de grève et seront présents au siège de la Chrysalide/GCSMS de Fos sur mer ou à toutes autres endroits accueillant l’Assemblée Générale du GCSMS.

Sans avancée, aucune, après 10 jours de fermeture des établissement, un protocole de fin de conflit doit être légalement envisagé.

Devant ce non-sens, les salariés sont déterminés à faire avancer les négociations et à rester en gréve tant qu’un débouché positif n’aura pas été trouvé.

L’ensemble des salariés du FAM L’escale


Après 8 jours de fermeture du Foyer d’Accueil Médicalisé pour autiste GCSMS L’escale, le dialogue ne se rétablit pas malgré les nombreuses démarches entamées par le personnel gréviste.

Depuis jeudi 4 avril la totalité des personnels éducatifs a cessé le travail et se heurte au mutisme des responsables de l’établissement.

L’ensemble du personnel reste déterminé à défendre les conditions d’accueil des adultes avec autisme du FAM L’Escale, son éthique professionnelle ainsi que les valeurs citoyennes qui nous incombent à tous.

Lundi 15 avril, les salariés seront de nouveau en situation de grève et toujours déterminés, présents devant le siège du groupement La Chrysalide/Les tournesols Autisme FAM L’escale.

« A l’attention de Monsieur Colinmaire, administrateur du GCSMS L’escale

Après la rencontre d’hier, jeudi 11 avril à 11h00 au siège de Fos sur mer en présence des salariés grévistes, de M.Blondeau directeur missionné, de M.Colinmaire administrateur du GCSMS et de M.Dordonnat président de Tournesol Autisme un protocole de fin de conflit à été transmis à M. Blondeau aujourd’hui vendredi 12 avril à 14h30 avec objectif de reprendre le travail dés demain matin, samedi 11 avril.
Monsieur Blondeau n’a pas souhaité nous rencontrer aujourd’hui. Le mouvement de grève se poursuit.
Demain, samedi 13 avril le FAM l’escale sera fermé.

Lundi 15 Avril, les salariés poursuivront leur mouvement de grève et seront présents au siège de la Fos sur mer ou à toutes autres endroits accueillant l’Assemblée Générale du GCSMS. »


Demain vendredi 12 Avril à 10h, l’ensemble des salariés du FAM seront au siège du GCSMS à Fos sur mer pour soutenir Madame Christianne Ditche face à son licenciement et rendre compte de son travail pendant les bientôt 5 années de chef de service passées au service des résidants du FAM L’escale.

Nous serons tous présent pour défendre notre travail aux cotés des résidents, les conditions d’accueil des adultes autiste et la réputation des professionnels qui se battent depuis 8 jours maintenant pour être entendus.

Nous invitons les parents à être présents au coté des professionnels qui accueillent leurs enfants, à soutenir et rendre hommage au travail effectué par Mme Ditche depuis 5 ans.

Nous invitons nos partenaires et collègues à défendre leur éthique de travailleurs sociaux et leur travail de partenariat mené depuis 5 ans.

Alors à demain, tous présent !



Les salariés du FAM L’ESCALE POUR LEUR 7EME JOUR DE GREVE

Depuis jeudi 4 Avril, l’ensemble des salariés du Foyer d’Accueil Médicalisé L’Escale du Groupement de Coopération Sociale et Médico Sociale (GCSMS) L’Escale, est en grève.

Leur revendication reste la même, et ce depuis le début de leur mouvement :

Rencontrer l’ensemble des administrateurs que compose le GCSMS, administrateurs issus de l’association LA CHRYSALIDE DU GOLFE DE FOS et de l’association LES TOURNESOLS AUTISME.

Il souhaite aborder des questions relevant de l’accompagnement des personnes atteintes d’autisme ainsi que des questions relevant des conditions de travail.

Ces questions sont les suivantes :

- Embauche d’une salariée impliquée dans un acte de maltraitance au sein d’un établissement de LA CHRYSALIDE DE FOS.

- Conditions d’accueil des adultes atteint d’autismes qui se dégradent et qui mettent en danger les résidents eux-mêmes ainsi que les professionnels qui les encadrent.

- Méthodes de management arbitraires.

- Non respect des salariés.

- Non respect de la Convention Collective du 15/03/66, en vigueur dans l’établissement.

- Licenciement injustifié d’une chef de service.

.

Cependant, aujourd’hui MERCREDI 10 AVRIL leur demande de rencontre avec les administrateurs de l’association est restée vaine, une cristallisation du conflit est à craindre ce qui serait préjudiciable pour toutes les parties, les personnes accueillies et leur famille comme le personnel.


LUNDI 08 AVRIL 2013

Nous avons bien pris en compte la lettre des parents adressée aux salariés émanant de Mr Dordonnat, Président de Tournesol Autisme, administrateur du Groupement FAM L’Escale.

En grève depuis 5 jours maintenant notre unique revendication reste de rencontrer d’urgence nos employeurs pour aborder les importants dysfonctionnements (licenciement sec, embauche suspecte de professionnel avec antécédents de maltraitance, dérive éthique de la hiérarchie,...) survenus depuis une semaine.

Aujourd’hui, Lundi 8 avril le Foyer d’Accueil Médicalisé sera fermé pour un 5eme jour, dans l’attente que les membres du Groupement Chrysalide Fos/ Les Tournesols Autisme qui nous emploient, nous rencontrent et mettent un terme aux incidents de fonctionnement graves survenus au sein des établissements.

L’Agence Régionale de Santé, le Conseil Départemental (anciennement Conseil Général), ainsi que nombre de médias régionaux (Provence..., Marseillaise..., LCM tv, Radio Maritima, qui diffusent déjà) suivent depuis jeudi l’évolution de cette situation commune à tous.
Nombre de professionnels et de spécialistes apportent déjà leur soutien à ce mouvement de défense des valeurs et des résidants du FAM L’Escale.

Nous invitons les parents à assister à la rencontre du Groupement dès qu’elle aura lieu, afin de pouvoir se diriger ensuite vers une sortie de crise.

Dans l’attente d’une décision de votre part, veuillez accepter nos cordiales et respectueuses salutations.

Le FAM L’ESCALE.

Les salariés grévistes


Vendredi 5 avril 2013

Grève des salariés du Foyer d’Accueil Médicalisé l’Escale

Depuis ce matin 8h00 les salariés du Foyer d’Accueil Médicalisé l’Escale accueillant des adultes avec autisme sont en grève devant le siège de leur employeur GCSMS L’ESCALE / La Chrysalide du golfe de Fos. Leurs revendications sont simples : le respect des salariés, le respect des conditions d’accueil des adultes avec autisme qui se sont dégradé ces derniers temps et qui mettent en danger la sécurité morale et physique des adultes avec autisme et des professionnels qui les encadrent : licenciement abusif en cours, le non respect de la procédure et du code de travail, décisions arbitraires dégradants les conditions d’accueil des personnes handicapées.

Les salariés grévistes attendent maintenant de rencontrer l’ensemble du conseil d’administration du GCSMS L’ESCALE.

Le personnel du FAM L’ESCALE.

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 17 avril 2013 à 11:36, par POULAIN Georgezs

    bonjour ,comment peux t on croire qu’une telle structure puisse être dans une situation pareille.ayant assisté a diverses conférences expositions du travail pédagogique fait par Madame DITCHE auprès des adultes autistes je crois qu’en publiant vos articles et en soutenant les employés devant une telle aberration vous faite une action citoyenne .Mais vous qui êtes médiat ne pouvais vous faire plus en interpellant les politiques
    locaux ? merci d’en envisager l’idée cordialement et surtout ne laisser pas tomber des professionnels qui font leur métier avec cœur compétence dévouement et non comme des directeurs ne pensant qu’a la marchandisation mercantile

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1025

Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 255

Santé c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50