Une tribune pour les luttes

Snowden mérite la protection du monde
Jusqu’où ira la lâcheté des Européens ?
L’avion de Evo Morales détourné par couardise.

Tous aux côtés d’Edward Snowden !

Article mis en ligne le mercredi 3 juillet 2013

Pétition :
https://secure.avaaz.org/fr/stop_prism_fr/?bxTxYdb&v=25861


Bolivie : les Européens vivement dénoncés après l’escale forcée de l’avion présidentiel

LA PAZ - L’ambassade de France en Bolivie a été la cible de manifestations mercredi et le Parlement local souhaite l’expulsion de trois ambassadeurs européens après l’escale forcée la veille en Autriche de l’avion du président Evo Morales, qui s’est vu refuser l’accès à l’espace aérien de quatre pays européens.

Les manifestants ont brisé des vitres à coups de pierres avant de brûler des drapeaux français.

France, fasciste, hors de Bolivie !, France, l’indien (M. Morales) est le sauveur du monde !, scandaient des manifestants tandis que d’autres brandissaient des pancartes proclamant : France hypocrite, France colonialiste.

Peu après, un député de la majorité a fait état de l’intention du Parlement de demander l’expulsion des ambassadeurs de France, d’Italie et du Portugal par respect pour les Boliviens et plus que tout pour la vie d’un président, a déclaré Galo Bonifaz .

Au cours d’une conférence de presse à Vienne, M. Morales a évoqué un quasi enlèvement, et son ministre des Affaires étrangères, David Choquehuanca, a accusé ces pays d’avoir mis la vie du président en danger


http://comite-pour-une-nouvelle-resistance.over-blog.com/

— -

Mercredi 3 juillet 2013

Jusqu’où ira la laâcheté des Européens ?L’avion de Evo Morales détourné par couardise

C’est tout simplement inouï. L’avion du président bolivien Evo Morales a été contraint mardi d’atterrir à Vienne, en Autriche, à son retour de Moscou. Les espaces aériens français et portugais lui ont été interdits, selon le ministre bolivien des Affaires étrangères.

Et pourquoi ? Parce que, d’après les autorités portugaises et françaises, les aéroports des deux pays avaient, le même jour, la même heure, des problèmes techniques. C’est pas beau ça ?

La vérité, c’est qu’une rumeur voulant qu’Edward Snowden soit à bord de l’avion présidentiel a couru pendant quelques heures. Ca a suffi pour qu’ils fassent dans leur froc. Couards, on savait qu’ils l’étaient.

Lâches et incapables d’assumer leurs décisions, on le savait aussi, mais pas au point de mentir avec des énormités invoquant problèmes technique global et simultané dans tout le ciel européen.

La Bolivie a finalement démenti la présence de l’Américain dans l’avion du président Morales. Il a du s’étouffer de rire, le président Bolivien. Que faire d’autre, devant tant de… je ne trouve pas mes mots.

Il n’y a pas que la France et le Portugal. L’Autriche, comme pour s’excuser d’avoir accepté l’atterrissage, annonce par son ministère des Affaires étrangères, que les autorités autrichiennes «  ignoraient  » pour quelle raison le chef de l’État bolivien avait atterri à Vienne.

Prudence, n’est-ce pas ? La Norvège, qui a reçu une demande d’asile de Snowden invoque un problème de procédure pour ne pas accéder à la demande. La Pologne, quant à elle, affirme bien avoir reçu une demande, mais, Ô misère de misère ! elle ne remplit pas les conditions. Le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, rajoute même que « si c’était le cas, je ne ferais pas de recommandation positive ». En voilà au moins un qui est couard mais pas lâche.

Est-il donc si terrible, le grand ami américain ? D’ailleurs, peut-on appeler ami quelqu’un qui nous fait flipper au point d’en perdre nos repères et notre honneur ?

Seul le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a estimé mardi que Snowden «  mérite la protection du monde ». «  Il n’a pas encore demandé la nôtre. Quand il le fera, nous donnerons notre réponse », a-t-il ajouté, interrogé par Reuters à Moscou. Digne héritier de Chavez.

Avic

Source : Réseau International

— -

Mercredi 3 juillet 2013

Morales, Batho : les deux réprouvés de la nuit

Cas d’école : deux nouvelles, de la veille et de la nuit, se disputent au réveil l’attention du matinaute. La veille, le limogeage de la ministre de l’écologie française Dephine Batho, coupable d’avoir déclaré que son budget était "mauvais".

Et dans la nuit, l’escale forcée à Vienne, en provenance de Moscou, du président bolivien Evo Morales, la France et le Portugal lui ayant interdit le survol de leur territoire, pensant (apparemment à tort) que Edward Snowden se trouvait à bord.

Batho, Morales : deux réprouvés, deux tricards, sur lesquels s’excitent à égalité les Twittos de la nuit. Batho était-elle une bonne ministre ? Est-ce Hollande en personne qui a pris la décision d’interdire l’espace aérien à Morales ? A-t-elle été virée parce qu’elle était une femme, parce qu’elle était nulle, ou parce qu’elle avait eu le courage de l’ouvrir ? Les Etats-Unis ont-ils fait pression sur la France et Portugal ? Et le réchauffement, tout le monde s’en fout, désormais, du réchauffement ?

Les Etats-Unis jouissent-ils désormais d’une totale immunité ? Bref, deux sujets en concurrence, deux sujets qui incitent au développement, aux éclairages, aux prolongements, aux indignations, (et je ne parle pas du feuilleton égyptien, qui se poursuit, mais n’est pas une nouvelle de la veille, à proprement parler).

Et dans les radios du matin ? Surprise : un de ces deux sujets a disparu des écrans radar, devinez lequel. Sur Batho, oui, on s’étripe, on s’interpelle, la grande machine Legrand-Aphatie-Cohen déploie toute ses talents, une ministre de l’écologie virée après un couac, c’est du bon, que du bonheur, du soleil dans la grisaille.

Mais sur Morales en transit forcé à Vienne, rien. Rien d’autre qu’une brève dans le journal de 8 heures de France Inter, sur "le voyage mouvementé du président bolivien". Ah, ces Sud Américains, ces Alcazar, ces Tapioca, irrésistibles, vraiment. Ils n’en feront jamais d’autres. Rien sur la crise diplomatique qui se profile avec toute l’Amérique du Sud offensée (lire la remarquable couverture en direct du Guardian (1)). Pas l’ombre d’une question sur cet alignement nocturne hollandien sur Obama, à peine trois jours après qu’on ait fait mine de s’offusquer sur les grandes oreilles américaines.Pas de question aux ministres qui passent devant les micros. Soyons juste : une responsable politique a réagi (au micro de RMC). "Si c’est vrai, la France est devenue un pays sous tutelle totale des Etats-Unis". Elle s’appelle Marine Le Pen. Rage. Rage de se sentir en accord avec Le Pen.

Que nous dit cette disproportion ? Deux choses (et sans doute bien d’autres).

D’abord,la confirmation de ce qu’écrivait ici notre nouveau chroniqueur Georges Marion (2), sur le sort peu enviable qui, aujourd’hui comme hier, guette les lanceurs d’alerte, et auquel l’ère radieuse d’Internet n’a pas changé grand chose. Pendant que s’agite la Toile, pendant que se déploie la Finance où on la laisse se déployer, les Etats conservent dans l’ombre leurs ancestrales prérogatives, leurs cabinets noirs, leurs oubliettes, leurs lettres de cachet. Et leurs gazettes d’antichambre.

Car la surdité à l’affaire Snowden-Morales des radios du matin montre bien comme elles demeurent l’oreille collée à la serrure des palais des princes, plutôt qu’à la voix de la rue.

Certains clients de courrier électronique bloquent l’accès direct aux liens. Aussi, vous trouverez ci dessous et en clair l’ensemble des adresses web de ce présent message :

(1) http://www.guardian.co.uk/world/2013/jul/03/edward-snowden-asylum-live

(2) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5959

Daniel Schneidermann


Par mail le 30 juin :

Bonjour,

À 29 ans, il vient de mettre sa vie en jeu pour révéler le terrible programme PRISM, qui s’immisce dans nos boîtes e-mail, Skype et Facebook depuis des années. Si nous sommes des millions à le soutenir aujourd’hui, nous ferons pression pour que les USA s’attaquent à PRISM et non à Edward.
Soutenez-le avant qu’il ne soit trop tard :

À seulement 29 ans, ce jeune homme vient de risquer sa vie - sa petite amie, son emploi, sa maison – pour révéler le scandaleux programme PRISM mis en place par le gouvernement américain, qui lit et enregistre nos mails, messages Skype, publications Facebook et appels téléphoniques depuis des années .

Auparavant, Bradley Manning avait lui aussi transmis à Wikileaks ce type d’informations. Les États-Unis l’ont alors incarcéré, nu, en cellule de confinement dans des conditions qualifiées par l’ONU de « cruelles, inhumaines et dégradantes ».

Les autorités - et la presse - décident en ce moment même de la manière dont elles vont traiter ce scandale. Si nous sommes des millions à soutenir Edward dans les prochaines 48 heures, nous ferons comprendre aux autorités américaines qu’Edward doit être traité comme le courageux lanceur d’alerte qu’il est et que c’est le programme PRISM qu’il faut éliminer :

https://secure.avaaz.org/fr/stop_prism_fr/?bxTxYdb&v=25861

Le programme PRISM est profondément choquant : il donne au gouvernement américain un accès illimité à tous nos comptes e-mail et réseaux sociaux sur Google, YouTube, Facebook, Skype, Hotmail ou encore Yahoo !, pour n’en citer que quelques-uns. Chaque mois, des milliards de messages sont enregistrés. Aujourd’hui ou demain, la CIA pourra utiliser ces informations pour poursuivre, persécuter ou faire chanter n’importe qui. Même vous, vos amis ou votre famille !

Edward a été horrifié par ces violations massives de la vie privée de tant de gens. Il a donc copié un grand nombre de fichiers, les a envoyés au journal The Guardian et s’est envolé pour Hong Kong. Son acte de bravoure a révélé l’existence de PRISM mais aussi déclenché un effet domino qui, en quelques jours, seulement a permis de lever le voile sur des programmes d’espionnage similaires au Canada, aux États-Unis et en Australie ! Aujourd’hui, il est bloqué à Hong Kong et attend son arrestation. Une mobilisation mondiale peut le protéger d’une extradition vers les États-Unis et encourager d’autres pays à lui proposer l’asile.

Nous ne pouvons pas laisser les États-Unis traiter Edward comme ils ont traité Bradley Manning. Soutenons-le immédiatement, et demandons la suppression de PRISM :

Parfois, les États commettent des actes simplement révoltants. Quand des héros comme Edward risquent leur liberté pour révéler des scandales de cette ampleur, les membres d’Avaaz se rassemblent pour demander un traitement équitable... et gagnent. En 2011, cinq cent mille membres se sont unis à d’autres organisations et militants pour appeler le gouvernement américain à stopper ses traitements cruels sur Bradley Manning. En nous avons gagné ! Il a été déplacé vers une prison moins sécurisée et sorti de sa cellule de confinement. Si nous agissons vite, nous pourrons faire mieux encore pour Edward et l’aider à gagner ce combat qu’il a courageusement lancé pour nous.

Avec espoir et détermination,

Ricken, Emma, Oli, Mia, Allison, Ari, Dalia, Laura et toute l’équipe d’Avaaz

PLUS D’INFOS

Edward Snowden, l’homme qui fait trembler le gouvernement américain (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/10/01003-20130610ARTFIG00394-etats-unis-edward-snowden-un-whistleblower-contre-la-nsa.php

Sauter l’échelon (Le monde diplomatique)
http://blog.mondediplo.net/2013-06-12-Sauter-l-echelon

Comprendre le programme PRISM (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/international/infographie/2013/06/11/le-programme-prism-en-une-infographie_3427774_3210.html/

NSA slides explain the PRISM data-collection program (The Washington Post) (en anglais)
http://www.washingtonpost.com/wp-srv/special/politics/prism-collection-documents/

MacKay défend le CSTC (Le Journal de Montréal)
http://www.journaldemontreal.com/2013/06/10/mackay-defend-le-cstc/

Mille jours de prison sans procès pour avoir donné des informations à Wikileaks (Slate.fr)
http://www.slate.fr/lien/68689/wikileaks-manning-1000-jours-prison-sans-proces

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Fichage/surveillance c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 230

International c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 430