Une tribune pour les luttes

Le dernier numéro de "Planète CRA", rédigé par l’équipe de la Cimade au Centre de Rétention de Toulouse - Cornebarrieu est sorti.

Planète CRA n°34 juillet 2013

Article mis en ligne le mardi 9 juillet 2013

Bonjour à tous,

De la lecture pour la plage. Le nouveau numéro de Planète Cra « spécial mariage » pour tous enfin dans les bacs !
Bonne lecture

L’équipe du cra de Toulouse

/Numéro spécial MARIAGE POUR TOUS / MOMO ET JULIETTE / PIQÛRE DE RAPPEL // DETENTION TOUR SAHARONIM / EVROS

# CRATOSPHERE #34
Depuis 1939, La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités et d’assurer leur défense, quelles que soient leur nationalité, leur position politique ou religieuse.
En 1984, avec la légalisation des centres de rétention administrative, la Cimade obtient le droit d’intervenir auprès des étrangers retenus afin d’y représenter la société civile et d’aider à l’exercice effectif des droits des retenus.
Cette mission rendue de plus en plus complexe par les réformes successives n’a de sens que si elle est le support à une autre toute aussi importante, celle du témoignage dans ces lieux de privation de liberté qui sont fermés au regard extérieur. C’est tout l’objet de cette modeste
feuille de chou.

PDF - 3.4 Mo

# EDITO PLANETE CRA #34

Voilà, ça y est, le mariage entre personnes de même sexe est autorisé en France. Ce fût long et difficile. Nous dûmes supporter les excès des intégristes de tous bords : les prières de rue, les manifestations violentes, les attentats suicides en la cathédrale Notre Dame, mais il semble que nous en soyons sortis et quoique l’on pense de cette institution, il faut se féliciter de l’élargissement d’un droit à une partie de la population qui en était jusqu’alors injustement privée.

Rappelons que la liberté du mariage, protégée par les articles 2 et 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, a été érigée en principe constitutionnel. Le droit de se marier est un droit fondamental régi par les articles 144 et suivants du Code civil, qui ne souffre théoriquement pas de limite en France. C’est ainsi que l’on peut se marier en prison, que l’on peut se marier avec son cousin (n’est ce pas Christine), que l’on peut même se marier avec un défunt. Et aujourd’hui donc, on peut se marier avec une personne de même sexe.

Pire, un citoyen français peut même se marier avec une personne étrangère. Et même avec un étranger en situation irrégulière ! En effet, toute restriction au droit de se marier, notamment en raison de l’origine nationale des futurs époux, est interdite selon les articles 12 et 14 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales. Ainsi, aucune condition de régularité de séjour ne peut être exigée pour se marier (
Conseil constitutionnel, décision n° 2003-484 DC du 20 nov. 2003).

Ça, ce sont les principes. Dans la réalité, on constate que la liberté de mariage entre français et étrangers n’a cessé d’être restreinte depuis la loi du 26 novembre 2003 avec l’institution d’un contrôle a priori des mariages mixtes pour vérifier l’authenticité de l’intention matrimoniale.
C’est que là, on touche au sensible, à l’intime. Aux jalousies, au désarroi d’un bon père de famille voyant sa fille chérie ramener un arabe à la maison ; à la détresse d’un jeune homme de 67 ans qui ne digère pas que sa femme ukrainienne volage de 19 ans soit partie avec le fils du facteur ; ou lorsque l’idylle naissante dans le club Med de Djerba se transforme en pugilat lors du repas de Noël avec les enfants qui ne comprennent pas ce que fout maman avec ce type plus jeune qu’eux, et qui s’avère être un sérieux concurrent pour l’héritage.
Nous en vîmes donc passer des mariages blancs, des mariages gris et même des verts cacas d’oie si vous voulez savoir. Des déchirures, des dénonciations honteuses, des abandons, des mensonges, des coups et
des pleurs.
Un peu comme dans tous les mariages finalement.
Sauf que pour les unions mixes, la délivrance du titre de séjour est conditionnée à la permanence de la communauté de vie. Un sacré tue-l’amour soit dit en passant.

Alors à l’heure de célébrer le mariage pour tous, attention de ne pas déverser toutes nos angoisses, nos échecs et nos déceptions sur les étrangers qui sont avant tout des hommes et femmes qui aiment, qui se
marient et qui divorcent comme les autres

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 910