Une tribune pour les luttes

Agir pour la Crau

Edito-talitarisme

Article mis en ligne le mardi 30 juillet 2013

http://www.agirpourlacrau.fr/agir-pour-la-crau/edito-talitarisme

29/07/2013

La saison du moustique ne fait que commencer, et déjà certains se plaignent de graves démangeaisons. Normal, on se gratte là où ça fait mal. Il semble bien que les actions et les arguments d’Agir Pour la Crau donnent de l’urticaire à qui de droit. Conséquence : un déclenchement hargneux et un dénigrement sans fondement pour dire «  voyez comme nous sommes les gentils et eux les méchants ».
Le dernier édito d’Infos Saint-Martin du mois de juillet a failli nous tirer une larme. Sortons nos mouchoirs !

Extrait de l’édito d’Infos Saint-Martin de juillet 2013

"Par ailleurs, depuis peu, une association locale revendique de sauver la Crau , ses prairies, ses moutons. Elle a, entre autres, intenté un recours au tribunal administratif contre un permis d’aménager un terrain de 6 745 m2 aux Angelets en zone constructible (zone UD du PLU). Un recours de plus me direz-vous. Mais leurs membres n’agissent en fait que par intérêt personnel, considérant que le PLU ne leur convient pas. Offrir de façon mesurée aux habitants, notamment de Caphan, des terrains constructibles pour qu’ils bénéficient eux aussi d’un cadre de vie agréable, le même d’ailleurs que celui de certains membres deladite association, c’est juste équitable. A moins que ces derniers ne veuillent égoïstement se réserver ce droit. Les petits propriétaires apprécieront, eux qui attendaient cela depuis longtemps pour valoriser leur retraite. Les activistes de cette association, qui ne sont certainement pas au chômage et pour laquelle la défense de la Crau n’est qu’un prétexte, n’ont pas la moindre pensée humaine pour tous ceux qui souffrent sans emploi, sans logement, quelquefois avec enfants à charge. Gageons que début 2014, ils tomberont les masques… Les paris sont ouverts !"

Démagogie rétrograde

Piètre défense que de mettre en avant la détresse des pauvres propriétaires chômeurs, chargés d’enfants qui attendent de vendre un de leur terrain pour sortir enfin d’une précarité insupportable. Quel mépris à l’égard de tous, justement ! Se servir du malheur des plus démunis pour justifier ses actions perverses. Belle leçon de démagogie ! Quant au nombre de demandeurs d’emplois, il est prouvé qu’il ne cesse d’augmenter sur la commune. Alors, les actions entreprises sont-elles vraiment efficaces ?

Il n’est pas question de refuser le bonheur aux Saint-Martinois(es), ni l’habitat, ni le droit au travail mais il est vital de ne pas l’octroyer à n’importe quel prix en faisant n’importe quoi sur la commune. Et qui paiera la prochaine facture quand ceux qui auront initié un développement anarchique auront disparu du paysage politique ? Après moi, le déluge ! Il sera alors trop tard pour se lamenter et revenir en arrière sur les destructions des terres agricoles et des espaces naturels. Notre souveraineté alimentaire aura disparu, perdue dans les nuages de pollution des camions ou coulée dans le béton.

Alors oui, Agir Pour la Crau conteste, attaque, revendique et porte plainte à chaque fois qu’elle considère que la nature ou les citoyens sont bafoués. Et dommage que le délit de mensonge populiste ne soit pas reconnu par les tribunaux, nous aurions quelques plaintes en plus à leur soumettre.

Concernant les Angelets, parlons-en. Il s’agit d’un projet de lotissement en pleine zone Natura 2000 porté par une société basée à Vauvert. On est très loin du petit propriétaire qui cherche un complément pour sa retraite et beaucoup plus proche d’une opération spéculative aux conséquences dramatiques pour notre environnement.

Nous n’avons pas besoin, nous, de faire un bilan à coup de retro plein d’auto satisfaction. Il nous suffit de relever ce qui est commis régulièrement contre l’intégrité de notre territoire et de ses habitants au nom d’une fausse idée, à très courte vue, du bonheur pour tous mais surtout de l’intérêt de certains !
Allons, allons ! Qui peut croire encore que la culture du béton représente l’avenir heureux des populations ? Dans les années 60, peut-être, quelques uns l’ont cru. Les plus intelligents ont depuis largement révisé leurs certitudes.

D’autres ont gardé leurs idées d’un certain développement dans le formol et nous le ressorte régulièrement comme la panacée. Mais ces choix sont dépassés, rétrogrades et dangereux. Les solutions d’hier ne marchent plus aujourd’hui. La modernité est de notre côté, de celles et ceux qui pensent que les choix qui sont faits en ce moment ne doivent pas compromettre l’avenir de nos enfants.

Il est surprenant de constater que notre association trouve écho bien au-delà de Saint-Martin-de-Crau. On nous approuve, on nous écoute, on nous consulte, on nous rallie depuis les régions environnantes et même au-delà. Des journaux et médias connus relayent nos propos : Le Monde, La Provence, La Marseillaise, France 3 Méditerranée, LCM… Nous avons même étés reçus par le Ministère de l’Ecologie qui souhaitait avoir notre vision des choses.

Démocratie ou démocrassie

Nos batailles, libres de toutes considérations égoïstes et politiques, parlent à de plus en plus de citoyens qui refusent que nos campagnes soient englouties par les idéaux ringards de politiciens dépassés. Nous revendiquons notre liberté de parole et de contestation qui a toujours fait avancer les mentalités, quand les élus ont l’humilité de ne pas se croire infaillibles et écoutent ce que leur disent les administrés par la voix des associations.

Comment se fait-il que de nombreux élus alentour acceptent le dialogue avec nous, reconnaissent les convergences de vues quand il y en a, même si nous nous opposons sur d’autres points ? Comment se fait-il qu’il n’y ait ni mépris ni agressivité dans nos discussions, que nous puissions débattre sereinement et de façon constructive alors que les invectives et menaces à demi mot de représailles restent de mise à Saint-Martin-de-Crau ? Se faire taxer "d’activiste" est encore un moindre mal quand on sait que certains de nos membres se sont retrouvés en gendarmerie pour une plainte déposée par un élu suite à une mainfestation pacifique sur sa commune. Et que dire des pressions exercées auprès des employeurs pour que certains d’entre nous perdent leur emploi. Alors, qui sont les véritables activistes ?!

Les associations jouent pourtant un rôle essentiel et grandissant dans nos sociétés à une époque où les citoyens demandent à être davantage entendus, à participer aux prises de décisions qui conditionnent leur devenir. A l’heure où le monde entier aspire à plus de démocratie, certains revendiquent encore un modèle plus directif, plus contraignant et moins participatif : la démocrassie !

L’ambition d’Agir Pour la Crau est d’être un lanceur d’alerte. C’est un devoir auquel nous ne renoncerons pas, quelle que soit la couleur politique et les élus de la municipalité en place ! Mener un tel combat représente une énergie, un investissement de soi, une volonté, une abnégation que vous n’imaginez pas. Les intérêts particuliers qu’on agite pour discréditer nos motivations ne font pas le poids face au bien commun que nous défendons. S’il en était autrement, il y a longtemps que nous aurions laissé tomber. L’égoïsme est incompatible avec un tel engagement qui n’a comme objectif que de préserver le mieux vivre de tous !

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Environnement/écologie c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 120