Une tribune pour les luttes

Communiqué de SUD Santé-Sociaux - Marseille

Fermeture des urgences psychiatriques à l’Hôpital Nord ?

Article mis en ligne le lundi 17 mars 2014

Le Syndicat SUD de l’hôpital Édouard Toulouse porte à la connaissance des personnels des décisions lourdes de conséquences pour l’accueil des urgences psychiatriques des quartiers Nord de Marseille et pour les personnels.

En effet, mardi 11 mars 2014 lors du Comité Médical d’Établissement les psychiatres ont très sérieusement envisagé, par manque de médecins psychiatres, la fermeture des urgences psychiatriques d’Édouard Toulouse, (CAP 72) situées à l’Hôpital Nord, et ce dès le 1er Mai !

L’ensemble des psychiatres d’Édouard Toulouse assurent depuis quelques mois, dans l’attente de recrutement médical, une suppléance pour compléter l’effectif médical de cette structure.
Sans recrutement et avec l’arrêt de ce système de suppléance c’est la fermeture qui est évoquée.

De son côté, la Direction, fin 2013, lors de la présentation de son Plan Pluriannuel de Financement pointait le CAP 72 (constitué de 8 lits d’hospitalisation) comme représentant les 2/3 du déficit de l’établissement. Cette structure ne percevrait qu’une dotation de 350 000 € au regard des 1 350 000€ de dépenses en personnels.
La Direction par ailleurs se projetant sur un hypothétique financement par l’AP-HM !!!

L’activité, quant à elle, représente près de 3 000 passages reçus dans l’année par les soignants du service d’urgence de psychiatrie et dont le 1/3 est hospitalisés au CAP.
Suite à ces courts séjours au CAP, la moitié des patients sont hospitalisés en psychiatrie principalement dans les unités d’Édouard Toulouse soit près de 250 hospitalisations par an.

• Sachant que la mission et la qualité du travail assurées par l’équipe du CAP sont reconnues par tous, notamment par le professeur responsable des Urgences Générales de l’hôpital Nord ;
• Sachant, par ailleurs, que l’hôpital Édouard Toulouse a d’ores et déjà les plus grandes difficultés à répondre aux besoins d’hospitalisation, au point de perturber la qualité et la sécurité de prise en charge des patients (sorties d’isolements non conformes à l’état clinique du patient ; journées avec un taux d’occupation supérieur à 100%...)

Il parait inconcevable de se passer de cette unité intermédiaire sans risquer l’implosion et l’aggravation des conditions de travail, que ce soit aux Urgences Générales de l’hôpital Nord ou sur l’hôpital Édouard Toulouse.

L’éventualité de la fermeture n’a été accompagnée d’aucune solution de remplacement que ce soit pour les patients ou les personnels.

SUD interpelle les pouvoirs publics (ARS, CG 13, Mairies) garants de l’accès aux soins et de la coordination des urgences de psychiatrie de Marseille.

A Marseille le 13 mars 2014

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 4525

Santé c'est aussi ...

0 | ... | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55