Une tribune pour les luttes

Malville - Sivens

Rien n’a changé depuis un 31 juillet 1977

Article mis en ligne le mercredi 29 octobre 2014

La mort de Rémi Fraisse nous ramène 37 ans en arrière, à ce 31 juillet 1977 ou disparaissait Vital Michalon tué par une grenade offensive. Ce jour là deux autres manifestants furent mutilés : Michel Grandjean qui perd un pied et Mandfred Schultz qui perd une main. À la suite de témoignages publiés par le journal Le Monde d’un manifestant touché par un tir tendu de grenade, le président de la République Valéry Giscard d’Estaing interdira l’usage de ces tirs dans les corps à corps.

À Sivens, dans la nuit du 24 au 25 octobre 2014, Hollande, Valls et Cazeneuve qui se targuent de vouloir faire du socialisme autrement, prouvent qu’ils ne sont, en fait, que les tristes héritiers de Guy Mollet et de Jules Moch et les dignes successeurs des très réactionnaires Valery Giscard d’Estaing, Raymond Barre et Christian Bonnet.

La centrale nucléaire de Creys-Malville est en cours de démantèlement, Peut-être (!) que le barrage de Sivens ne verra pas le jour ? Mais aujourd’hui, quand nous pensons au sort réservé à Michalon et Fraisse, nous ne pouvons pas nous enlever de la tête que pour faire perdurer ce système productiviste , ceux qui ne se projettent pas plus loin qu’au bas de leurs colonnes comptables, sont prêts à entonner l’hymne des fascistes espagnols "Viva la Muerte" le cri de ralliement de tous les fossoyeurs de la vie.

Au moment ou le capitalisme tire sa force de l’industrialisation et des développements technologiques, ces enfoirés n’ont qu’une idée en tête pour pouvoir s’enrichir jusqu’à plus soif, c’est de détruire les fondements naturels qui servent de base à l’évolution.

Vital Michalon et Rémi Fraisse avaient choisi une autre voie, celle de leur faire entendre raison en s’engageant dans cette longue lutte pour notre émancipation.

Sur les chemins de traverse que nous parcourons, nous vous gardons aux fond de nos cœurs.

Marc

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 29 octobre 2014 à 16:59, par

    ça ne me disait rien "un 31 juillet 1977" ; alors j’ai cherché et j’ai trouvé ce site sur le net : "Jalons pour l’histoire du temps présent" et ce lien :
    http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01114/violents-incidents-lors-d-une-manifestation-antinucleaire-a-creys-malville-en-1977.html

    j’ajoute ce texte pris et repris, entre autres, par rené binamé :
    Parole de La Vie S’écoule, La Vie S’enfuit :
    La vie s’écoule, la vie s’enfuit
    Les jours défilent au pas de l’ennui
    Parti des rouges, parti des gris
    Nos révolutions sont trahies
    Le travail tue, le travail paie
    Le temps s’achète au supermarché
    Le temps payé ne revient plus
    La jeunesse meurt de temps perdu
    Les yeux faits pour l’amour d’aimer
    Sont le reflet d’un monde d’objets.
    Sans rêve et sans réalité
    Aux images nous sommes condamnés
    Les fusillés, les affamés
    Viennent vers nous du fond du passé
    Rien n’a changé mais tout commence
    Et va mûrir dans la violence
    Brûlez, repaires de curés,
    Nids de marchands, de policiers
    Au vent qui sème la tempête
    Se récoltent les jours de fête
    Les fusils sur nous dirigés
    Contre les chefs vont se retourner
    Plus de dirigeants, plus d’état
    Pour profiter de nos combats

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2040