Une tribune pour les luttes

Communiqué de la CNT 13

Manifestation du mardi 5 juillet 2016, Loi Travail, autoritarisme et répression. La lutte ne fait que commencer !

Article mis en ligne le mercredi 20 juillet 2016

Dans un contexte des plus tendu, une atmosphère de 49.3 planant constamment, de l’installation d’un régime de plus en plus autoritaire : une manifestation était appelée à Marseille une nouvelle fois, 12ème journée de grève et de mobilisation nationale (5juillet 2016).

La journée commence par un rassemblement devant le commissariat de Noailles en solidarité avec une camarade arrêtée et placée en Garde À Vue toute la nuit, pour avoir simplement scandé un slogan lors de la venue du Ministre de l’Intérieur B. Cazeneuve à la Villa Méditerranée.
À peine arrivées, toutes les personnes présentes se font contrôler leurs identités, leurs sacs et certaines fouiller, le tout sans aucune justification. Le rassemblement se trouve plus tard nassé par les forces répressives de l’État, sur place on se dit que la manifestation va passer par là, comme à l’habitude, et que nous aurions du renfort, de la solidarité.
Grosse déception quand on voit au loin la manifestation tourner plus bas en direction de la Préfecture. Puis notre camarade est finalement relâchée (avec une convocation ultérieure pour outrage apparemment), la petite foule se dirige alors en direction de la manifestation pour la rejoindre.
À moins de 10 mètres de la manifestation, la police et la BAC nous nasse une nouvelle fois, nous interdisant de rejoindre la manifestation, encore une fois sans aucune raison.
Ne pouvant plus bouger, nous avons crié en direction du cortège de la manifestation, appelant à l’aide, à nous rejoindre pour nous libérer du cordon policier. Et là les militant.e.s du cortège syndical nous regardent, nous voient, nous observent et… continuent de marcher vers la Préfecture.
Quelques personnes se sont malgré tout montrées solidaires et s’arrêtent devant le cordon de police.
Les personnes en dehors de la nasse scandent : « Libérez nos camarades » et enfin arrive le cortège de la CNT 13 et les camarades se dirigent de suite dans notre direction, le cordon de police se trouve à son tour encerclé, la nasse tombe, les camarades nous libèrent.
Les ordres de la police n’étaient pas très clairs, ils ont cédé, certains voulaient forcer et maintenir la nasse… trop tard on avait rejoint notre cortège !
« Et P comme Pourri ! Et S comme Salaud ! A bas le Parti Socialo ! » chante alors la manifestation !
Le cortège de la CNT est escorté par la police et la BAC, photographié et filmé depuis le rassemblement du matin, puis on observe que la police négocie directement avec des responsables de la CGT et qu’un cordon de leur Service d’Ordre est envoyé pour fermer leur cortège.
Le cortège rouge et noir est alors encadré par la police, la BAC et le SO de la CGT !
Un SO qui s’est plus ou moins dissous quelques minutes après… un hasard ou prise de conscience des « ordres » donnés ?

Nous nous questionnons désormais sur la solidarité au sein du mouvement social : le fait que tout un cortège syndical passe et ne s’arrête même pas pour aider des camarades empêchés de rejoindre la manifestation par un cordon de police, pas même un slogan en solidarité ( à l’exception d’une trentaine de personnes qui nous soutenaient cependant).
Face à la répression qui nous touche toutes et tous depuis des mois, dans la rue, dans nos entreprises, lors de nos grèves, de nos blocages ...comment un Service d’Ordre d’une organisation syndicale peut venir se positionner entre d’autres camarades, syndicalistes ou non sur ordre des forces répressives de police ?
Nous encourageons les syndicalistes présents à venir échanger sur les prochaines mobilisations à propos de leur position envers d’autres camarades syndicalistes.

Pour clôturer cette journée, le gouvernement passe en force avec l’utilisation encore une fois du 49.3. Les députés de la Droite jouent leur petit jeu et quittent l’Assemblée Nationale, mais ne votent pas de motion de censure tellement ils sont outrés.. Les députés du Front De Gauche ne réunissent pas le total de voies requis à 2 voies près. Bref toutes et tous ces élu.e.s corrompu.e.s tiennent à leur place : à nous de les virer !
À ce jour le projet de loi Travail vient de passer en force, mais la lutte ne fait que commencer : dans les mois qui viennent soyons ingouvernables : grève générale reconductible, blocages, manifestations et surtout organisons-nous pour reprendre le contrôle de nos vies !

Un rassemblement devant le TGI aura lieu une nouvelle fois le 31 août 2016 à Marseille, soyons solidaires et présent.e.s face à la répression. Nous, la CNT 13 condamnons la mise en GAV de notre camarade de lutte et exigeons l’abandon de toute poursuite.
Nous condamnons également avec fermeté les pratiques de plus en plus autoritaires exercées par le gouvernement et ses forces de l’ordre ; les contrôles d’identités injustifiés, les fouilles et l’empêchement de manifester, de se rassembler que subit la population depuis plusieurs mois maintenant.

La loi Travail et son monde ne se combattent pas dans les urnes !
Construisons la justice par la grève générale reconductible !
Pour la Confédération : révolution sociale et libertaire !

Pour contacter la CNT 13 :

- Par mail : stics.13 chez cnt-f.org
- Par téléphone : 06 18 23 81 63
- Facebook ICI
- Site internet ICI

Pour lire l'article sur le site internet de la CNT 13, c'est par ICI






Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 22 juillet 2016 à 12:21, par Christiane

    Marseille : refuser la criminalisation des militants


    Le mercredi 31 août, Fadela passera devant un juge.

    http://www.npa2009.org/agir/social-autres/marseille-refuser-la-criminalisation-des-militants

    Notre camarade Fadela a récemment été la cible d’un acharnement judiciaire sans nom (voir l’Anticapitaliste n°346). Face à cette menace qui pèse aujourd’hui sur tous les militantEs, une seule réponse possible : la détermination.

    Lundi 4 juillet, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, se rendait à Marseille pour un raout entre riches. En pleine mobilisation contre la loi travail, les consignes étaient claires : aucun militant ne doit pouvoir pointer le bout de son poing. Déploiement massif de flics en civil, fouilles…Mais à quelques dizaines de mètres de la tribune, une poignée d’irréductibles a bravé le dispositif, et une voix s’élève « P comme pourris, S comme salauds, à bas, à bas le Parti socialo ! », c’est celle de Fadela !

    Aussitôt, une femme, sans brassard de police, se jette sur elle. Fadela et une camarade ayant tenté de l’aider sont immédiatement transférées au commissariat, seule Fadela s’y verra signifier son placement en garde à vue (GAV). Militante sans relâche pour la Palestine, les quartiers populaires, la justice sociale, Fadela est de tous les combats. Une cible toute désignée. Au bout de 17 heures de GAV, elle sortira avec une première plainte de la police pour rébellion, résistance à une interpellation, bla-bla-bla…

    (...)

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Autogestion c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30

CNT 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 970

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1085

Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 235

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1150

syndicalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 140

Travail c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 115