Une tribune pour les luttes

Mut Vitz 13

Raconte-toi le monde. Forum pour la défense du territoire et de la terre-mère en terre zapatiste

De l’autre coté du charco - carnet de passage par Abya Yala (Traba , Patxi Beltzaiz)

Article mis en ligne le dimanche 26 janvier 2020

Au Chiapas, les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Après avoir fait un pas de côté par la danse et le cinéma, les zapatistes reviennent sur le terrain politique de la dénonciation du capitalisme et du patriarcat. Un an après l’installation d’un président supposément de gauche, quelles sont les forces en présence, quelles sont les poches de résistance dans le pays ? Pour répondre à ces questions et dénoncer tous ces méga-projets mortifères dont se prévaut le nouveau gouvernement, le Congrès National Indigène (CNI), le Conseil Indigène de Gouvernement (CIG) et l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) ont convoqué un « Forum pour la défense du territoire et de la terre-mère ».

Le programme donne le tournis. Une intervention toutes les vingt minutes. Sur deux jours, les indigènes du pays ont tous rendez-vous au CIDECI, où plutôt au nouveau caracol, qui a pour nom Jacinto Canek. La Junta de Buen Gobierno qui y siège se nomme « Flor de nuestra palabra, luz de nuestros pueblos que refleja para todos y todas ». Cela représente une étape importante dans l’expansion de l’autonomie zapatiste avec la mise en place d’un caracol dans une ville coloniale qui, depuis la Conquête, représente un pouvoir oppressif sur les peuples originaires du Chiapas.
La géographie du forum couvre presque tout le territoire avec les états du Chiapas, Sonora, Baja California, Nuevo Léon, Jalisco, Michoacán, Chichuahua, Nayarit, Colima, México, Puebla, Tlaxcala, Guerrero, Oaxaca, Veracruz, Campeche, Yucatán, Quintana Roo. Les luttes du monde ont aussi leurs représentants avec les Mapuches du Chili, les défenseurs de l’eau en Équateur ou les Nasa de Colombie ainsi que les femmes kurdes du Rojava par l’entremise d’une vidéo.

La litanie des dommages à la nature est presque sans fin à savoir la contamination de la terre et des rivières, la déforestation abusive, l’extractivisme intensif et tout son florilège d’expulsions, de déplacements forcés, de problèmes de santé, de maladies dégénératives inhérents à ces projets de mort. Tout cela entraîne une menace matérielle pour ces peuples et met en péril leur mode de vie, leurs cultures, leurs traditions, leurs langues, leur cosmovision. Ces méga-projets ont pour volonté de vendre le pays au plus offrant. Des projets qui ne serviront non pas à améliorer la vie des peuples originaires mais plutôt à les soumettre au modèle capitaliste et à enrichir un peu plus, les plus riches. Pour beaucoup, il s’agit d’une véritable guerre du capital contre leur peuple, à travers des mégaprojets, comme le couloir interocéanique dans l’isthme de Tehuantepec ou le Train Maya sur la péninsule du Yucatán, Campeche, Quintana Roo et Chiapas.

La suite et les photos ici

P.-S.

Nous vous invitons à suivre "De l’autre coté du charco" sur place :

https://delautrecoteducharco.wordpress.com

Nous publierons sur ce blog des articles et des photos des différents lieux et situations que nous rencontrerons durant notre passage en Amérique, ou plutôt en Abya Yala.
Abya Yala est le nom indigène pour désigner le continent Amérique.
Photographies : Patxi Beltzaiz / Textes : Vero Traba

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 420

MUT VITZ 13 c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60