Une tribune pour les luttes

Morts en Biélorussie, noyades dans la Manche et en Méditerranée : les bourgeois européens sont responsables du sort tragique des migrants !

Parti Communiste International

Article mis en ligne le jeudi 9 décembre 2021

La noyade le 24/11 dans la Manche de 27 migrants, hommes, femmes et enfants, qui voulaient rejoindre la Grande Bretagne a ému l’opinion et fait la « une » des medias. Les autorités gouvernementales ont aussitôt accusé des « réseaux criminels » de « passeurs » d’être responsables de ce drame : Darmanin a appelé à des « mesures très dures » tandis que Macron parlait du renforcement immédiat de Frontex, l’agence européenne de gardes-frontières chargée de bloquer l’arrivée de migrants ; cette agence a été à plusieurs reprises accusée de « violation des droits de l’homme » ainsi que de diverses malversations, au point que le parlement européen a refusé de voter son budget en avril dernier.

Mais en réalité c’est la politique européenne et française très dure envers les migrants qui est la cause de ce drame comme de ceux qui l’ont précédé, obligeant les réfugiés à prendre tous les risques pour franchir les frontières et arriver au pays de leur destination. Il y aurait eu ainsi 336 morts dans la Manche depuis 1999. C’est en Méditerranée que le nombre de morts est le plus important, même si on en parle moins : l’agence onusienne OIM (Organisation Internationale pour les Migrations), estime au minimum à 1146 morts pour le seul premier semestre de 2021 (un certain nombre d’embarcations ayant sans doute coulé sans laisser de traces).

Ces migrants sont chassés par la misère et des guerres dont la responsabilité incombe au moins en partie aux impérialismes européens : ils ont tous participé aux destructions causées par les conflits dans les pays d’origine et à l’exploitation qui y règne. Ces migrants fuient des conditions de vie devenues donc insupportables en espérant trouver en Europe des conditions meilleures.

En Biélorussie ce sont ainsi quelques milliers de personnes, hommes femmes et enfants qui se sont trouvées bloquées dans le froid par les gardes-frontières polonais ; le gouvernement de Varsovie qui avait envoyé plus de 8000 soldats arrêter les migrants a en outre empêché les organisations humanitaires de les secourir et les journalistes d’aller voir ce qui se passait à la frontière. Il y aurait eu une douzaine de morts selon les medias polonais. Pendant ce temps les politiciens et les medias européens n’ont cessé de dénoncer le régime biélorusse en l’accusant de vouloir déstabiliser l’Europe ; le gouvernement social-démocrate danois a même offert 15 km de barbelés dotés de lames coupantes à la Pologne. Comme si une Communauté des pays parmi les plus riches de la planète et comptant près de 450 millions d’habitants pouvait être déstabilisée par l’entrée sur son territoire de quelques milliers de migrants ! Rappelons que pour des raisons politiques, la France avait accueilli plus de 120 000 réfugiés vietnamiens (« boat people ») en 1979 et pour des raisons économiques, l’Allemagne plus d’un million de réfugiés, surtout syriens, en 2015.

L’hypocrisie des dirigeants et des politiciens bourgeois européens est encore plus écœurante quand on sait qu’une bonne partie de ces migrants coincés entre la Biélorussie et la Pologne sont des Kurdes irakiens. Quand ils sont réprimés dans leur pays, leur sort suscite l’indignation générale en Europe ; mais quand ils essaient de gagner l’Europe, ils sont traités comme des chiens, tout juste bons à crever dans la forêt…

Toutes les politiques anti-migrants qui existent en Europe ont fondamentalement pour but de désigner aux prolétaires nationaux les étrangers, ou ceux d’origine étrangère, comme leurs ennemis contre qui l’État bourgeois est le seul capable de les défendre. Ce nationalisme est absolument anti prolétarien parce qu’il affaiblit les travailleurs en les opposant selon leur nationalité, et parce qu’il les fait adhérer aux intérêts nationaux bourgeois.

Aux politiques anti migrants, à la fermeture des frontières et à la xénophobie, les prolétaires doivent s’opposer à toutes les discriminations et toutes les mesures contre les immigrés, l’unité de tous les travailleurs dans la lutte contre le capitalisme et les États bourgeois assassins.

Non à l’Europe forteresse capitaliste, non aux politiques anti-immigrés !
Régularisation des travailleurs sans-papiers !
Ouverture des frontières, liberté de circulation des prolétaires !
Les prolétaires n’ont pas de patrie !

Parti Communiste International, 27/11/2021

www.pcint.org

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 555

Migrant.e.s c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15